Info.Circ@Maralpines

 

retour Accueil

 

Les InfoCirc prennent la relève des Bulletins

Diffusées par messagerie électronique, les Info.Circ@Maralpines ont été crées en janvier 1999 aux fins, d'une part, d'informer les adhérents du GIR Maralpin de manière plus souple que par correspondance, et, d'autre part, de diffuser les travaux du GIR, plus largement que par le Bulletin diffusé par voie postale. Annoncée dans le Bulletin 14/15 [décembre 1998 - avril 1999] "Un changement de formule inévitable", la transition entre ce dernier et les Info.Circ s'étendit sur la période de coexistence 1999-2004, le mode de communication par voie postale étant définitivement supplanté par le Site Internet du GIR Maralpin [www.gir-maralpin.org], dont la mise en ligne eut lieu le 15 juin 2003 [cf. InfoCirc 42].

Comme on le verra en consultant les archives du Bulletin [cf. Bulletin], ce dernier a achevé son existence en apothéose avec ses deux derniers numéros dont le volume (une quarantaine de pages) rendait sa diffusion aussi coûteuse que difficile.

En substance, les activités du GIR ont été, au fil des années, couvertes par les deux dispositifs qui suivent :

[1] de l'origine (décembre 1995) à octobre 2004, par les Bulletins

[2] de janvier 1999 à ce jour, par les InfoCirc

L'accès aux informations chronologiques et aux travaux

Bien que certains des Bulletins, notamment les derniers d'entre eux, aient été les supports d'études substantielles, ce n'est qu'avec la mise en ligne du Site Internet (en juin 2003) que les travaux du GIR ont pu être rendus directement accessibles.

Les premiers d'entre eux n'y figurant cependant pas, les sources d'information sur leur contenu restent les Bulletins, puis les InfoCirc.

Bulletins, InfoCirc et Site, sources d'information et de documentation précieuses

L'évanescence des documents non publiés et non archivés qui relèvent de la littérature grise, risque d'occulter des sources d'information précieuses pour les cherche

urs et les historiens, même pour des périodes aussi récentes que celles couvertes par le GIR Maralpin, lesquelles ne remontent même pas, pour la plupart, à la naissance de la Convention alpine.

Ainsi l'évènement avorté de "Métropole Azuréenne" (supplanté par la survenue de la DTA 06), le projet d'extension du port de Nice, celui de percée autoroutière du Mercantour (à l'origine de la création du GIR), qui n'ont déjà plus laissé de traces dans la mémoire collective azuréenne, restent signalés et référencés dans les archives du GIR Maralpin.

Comment consulter les Info.Circ

À chacune de leur livraisons, outre leur référence à l'actualité (quelques fois sous forme d'éditorial), les Info.Circ visent à appeler l'attention sur des documents et/ou études mises en ligne sur le Site du GIR Maralpin, auxquels on accède directement par le lien correspondant.

Le classement dans l'ordre chronologique inverse devrait faciliter des recherches en ce sens. Des investigations spécifiques peuvent être facilitées par le dispositif de recherche interne à la page inséré ci-après.

Recevoir les Info.Circ

En adresser la demande par courriel à GIR Maralpin

 

Pour effectuer une recherche sur un article tapez sur les touches Ctrl et F Un cartouche apparaîtra en haut (ou en bas) de votre écran

 

InfoCirc179

2017.04.17

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 179  [17.04.2017]  –  Jeux de rôles ferroviaires et métropolitains aux portes de Nice

Manigances sur le site de Nice-St. Augustin - Premiers retours sur la concertation LN-PCA

 

Éditorial  : Jeux de rôles ferroviaires et métropolitains aux portes de Nice

Que les récents grands projets ferroviaires comme la LN-PCA (ex LGV-PACA) aient conduit leurs porteurs à accorder plus d’attention à leurs retombées "périphériques", telles les gares hors-la-ville (dont Aix-TGV et le projet de gare OAM à Sophia), n’étonne plus guère. Tel n’est cependant pas le cas d’une opération s’engageant aux portes de Nice pour la réalisation d’un pôle d’échanges multimodal devant satisfaire aux besoins immédiats d’opérations immobilières engagées sous l’égide de la Métropole Nice Côte d’Azur et de l’EPA Plaine du Var, opérations où le chemin de fer tient d’autant moins de place que l’essentiel de ses emprises y sera sacrifié.

Pourtant, et sans aucun doute en raison de cela, l’ensemble de cette opération intitulée PEM Nice-Saint-Augustin, qui réunit une kyrielle de partenaires dédaigneux du ferroviaire, est confié au Groupe Ferroviaire SNCF "pour la maîtrise d’ouvrage" et à SNCF Gares & Connexions "pour le pilotage des procédures administratives" (sic).

Il n’aura pas échappé au GIR Maralpin, à l’occasion de la concertation ad hoc mais surtout d’enquêtes antérieures, que l’ensemble de l’opération repose essentiellement sur d’importantes cessions d’emprises de la gare existante (non évoquées) et sur son déplacement (intitulé du projet), et, le dossier n’en dit mot, qu’elle entraine la suppression des emprises réservées à la troisième voie littorale, dont la réalisation, qui fait pourtant l’objet d’une déclaration d’utilité publique (en vigueur jusqu’au 14 septembre 2023), est vivement réclamée par le GIR Maralpin et ses partenaires

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/3emeVoieLittoraleAvatars2017.02.24.pdf].

On peut espérer que les Autorités de l’État, alertées par nos soins, y remédieront et qu’il soit aussi remédié et mis fin au plus tôt à de telles confusions des genres et des pratiques, instaurées de longue date au détriment, tant du patrimoine de la nation que des potentialités ferroviaires du secteur ferroviaire azuréen (jm).

[1] [DOSSIER] Déplacement de la gare SNCF et construction de la gare routière de Nice Saint-Augustin - Observations du GIR Maralpin 

L'intitulé de la concertation publique qui s’est tenue du 9 mars au 8 avril 2017, occulte la place déterminante du projet dans celui, gigogne, du "Pôle d'échanges multimodal"  (PEM) de St. Augustin, relevant lui-même du projet "Grand Arénas", lequel ressortit à l'opération "Éco Vallée" gérée par l'EPA Plaine du Var sur laquelle la Métropole Nice Côte d'Azur garde la haute main.

Dans un tel contexte, on ne comprendrait pas pourquoi le Maître d'ouvrage de ce PEM serait le Groupe SNCF Réseau et son Chef de Projet SNCF Gares & Connexions, si la réalisation de l'ensemble ne dépendait pas de la mise à disposition, sinon de l'aliénation, d'importantes assises ferroviaires, objet des préoccupations du GIR Maralpin.

Le projet, présenté en tant que déplacement de la halte ferroviaire existante assorti d'une gare intermodale desservie par une ligne de tramway en cours de construction, constitue en fait un des éléments d'une opération très complexe et de grande ampleur qui déborde largement du périmètre examiné.

Il n'est, en effet, qu'une étape (transitoire) d'un enchaînement d'autres projets qui le précèdent et lui succèdent :

1.      Création de la nouvelle gare (provisoire) de St Augustin [St Augustin bis]

2.      Déclassement de la gare actuelle de St. Augustin

3.      Libération d'une grande partie des emprises marchandises et voyageurs de la dite gare

4.      Réalisation du prolongement de la Voie Mathis (Autoroute urbaine Nord) [Tunnel de la Victorine 2] débouchant sur la Route de Grenoble (M6202) à travers les dites emprises

5.      Réalisation de la gare définitive de Nice Aéroport par remaniement de St Augustin Bis avec démolition du bâtiment de sa gare provisoire

Outre les sévères amputations du domaine ferroviaire de Nice St. Augustin, le projet compromet la réalisation de la troisième voie de la ligne ferroviaire littorale qui a pourtant fait l'objet d'une déclaration d'utilité publique dont le délai de réalisation a été prorogé jusqu'au 14 septembre 2023 par décret du 11 septembre 2013.

[cf. InfoCirc 178] [cf. http://www.gir-maralpin.org/Interventions/NiceStAugustinConcertPubliqueAvisGir20170407.pdf] 

[2] Premiers retours de SNCF Réseau sur la concertation LN-Pca de 2016

Comme rappelé dans l’InfoCirc 177, sous l’intitulé "LN-Pca, que penser du projet …et de la concertation ?", la concertation publique annoncée par le comité de pilotage du projet du 12 avril 2016, s'est déroulée à partir du 21 avril 2016 et s'est prolongée d'une semaine à la demande du Garant  "jusqu'au lundi 9 janvier 2017 à minuit"échéance avant laquelle le GIR a adressé ses dernières contributions et commentaires.

Ce n'est que le 5 avril 2017 que sont parvenus aux participants le compte rendu du Comité de pilotage du Projet qui s'est tenu le 8 février 2017 à Marseille sous la présidence de Stéphane Bouillon, Préfet de Région PACA, ainsi qu'une série de diaporamas qui y ont été présentés, l'un par le Garant de la concertation, les autres par le Maître d'ouvrage SNCF Réseau.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLnPca.htm]

Bien qu'aucun de ces diaporamas ne présente de caractère contractuel ou définitif, on constatera, à la lecture du compte-rendu du COPIL, que ce dernier en a retenu des pans majeurs dont on pourra constater qu'ils sont loin de prendre en compte toutes les propositions de la société civile, dont celles du GIR Maralpin et de ses partenaires, propositions dont, tant le Garant que le maître d'ouvrage, n'ont même pas pris le soin d’en dresser l'état.

Sans attendre le rapport d’étape pourtant promis par le Président de la CNDP et le compte rendu circonstancié annoncé par le Garant de la concertation, le GIR Maralpin et ses partenaires veilleront à ce que leurs propositions conjointes soient prises en compte dans le Bilan de la concertation, au même titre que l’a été celle de la gare TER/TGV à Cannes-la-Bocca, heureusement retenue par le Copil.

·     Compte-rendu du Comite de pilotage du 8 février 2017

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca_cr_copil_8_fev_2017_0.pdf]

·     Avis du Garant sur la concertation publique de 2016

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca20170208-avis_du_garant_copil_0.pdf]

·     Synthèse de la concertation publique de 2016 et propositions de SNCF Réseau pour la suite

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca20170208-presentation_copil_0.pdf]

·     Propositions de SNCF Réseau – Présentation par secteurs

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca20170208_propositions_traces_et_gares_copil_0.pdf]

InfoCirc178

2017.02.24

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 178  [24.02.2017] –  La 3ème voie… celle de la sagesse !

Un nouveau dossier « sensible » du GIR

 

Éditorial  : La 3ème voie …celle de la sagesse ! Un nouveau dossier « sensible » du GIR

 

Sans se dérober aux pressions d’une concertation LN-PCA, aussi démesurée (8 mois et demi) que fallacieuse, et aux autres grand-messes d’une « démocratie participative » où toutes les cartes restent en mains des décideurs quand elles ne sont pas biseautées par leurs soins, le GIR a poursuivi la tâche ingrate, mais utile, d’inventaire critique.

Notre dossier sur le 3ème voie littorale, s’appuie, comme dans toute démarche scientifique, sur une recherche documentaire qui n’aurait pu s’engager sans les secours des archives départementales des Alpes-Maritimes auxquelles il doit être rendu hommage.

Nous détenons maintenant les preuves de la duplicité d’un même maître d’ouvrage, qui se fait le chantre du projet de 3ème voie littorale quand il est directeur régional, puis le dénigre pour en suspendre l’achèvement, une fois nommé responsable du projet LGV-Paca.

à l’examen de notre dossier et des documents originaux que nous portons à sa connaissance, le lecteur pourra constater que le projet de 3ème voie littorale dont seule la tranche centrale - la plus courte (8,6 km) - a été réalisée, n’avait de légitimités technique et fonctionnelle que sur la totalité du trajet, ainsi que le soulignait alors l’administration ferroviaire.

On découvrira aussi, avec étonnement pour ceux qui n’ont pas eu connaissance des analyses et propositions formulées par le GIR à l’orée du projet LGV-Paca, que la même administration ferroviaire arrimait - comme nous le prônions - ce dernier à Cannes-la-Bocca, d’où elle le prolongeait vers Nice via Antibes par un tronçon de ligne nouvelle et la troisième voie ; tout cela, pour un coût total de 1,3 Md€, à rapprocher des 4,2 Md€ annoncés pour une LN-PCA qui, non seulement, n’assure pas une desserte aussi efficace de la conurbation azuréenne que la voie littorale, mais délaisse délibérément l’étranglement ferroviaire de Nice commandant son propre accès, ainsi que la liaison vers la principauté de Monaco et l’Italie.

On peut espérer, qu’à l’appui du présent dossier, ces indéniables considérations financières, mais plus encore les savoirs ferroviaires de tous, les besoins de la population et les soucis d’aménagement du territoire, l’emportent, à l’encontre d’un projet LN-PCA, conçu et promu par des « communicants », et en faveur de nos analyses présentées auparavant, notamment dans les trois InfoCirc précédents (jm). 

[DOSSIER] Troisième voie littorale azuréenne – Déshérence ou saisine ?  

La troisième voie ferrée littorale qui, au moment où les chantiers de l'A8 éventraient les A1pes-Maritimes, fut prônée en juin 1980 par les syndicats cheminots pour donner essor à un transport public à l'échelle de la conurbation en devenir, n'a guère été prise en considération avant que la mobilité automobile n'y ait atteint les limites du supportable.

Près d'une trentaine d'années se seront écoulées avant le lancement des travaux de la 3ème voie littorale, et près de six années de plus auront été nécessaires pour n'aboutir qu'à la réalisation d'un tronçon de 8,6 km (entre Antibes et Cagnes-sur-Mer), soit moins du tiers du parcours Cannes-Nice.

La survenance du projet LGV-Paca, puis celle de son clone LN-Pca, non moins aisé à promouvoir, n'a eu jusqu'ici pour effet que la disqualification, à son profit, du projet initial de troisième voie littorale dont l'achèvement permettrait pourtant de satisfaire à la fois aux récentes directives de l'État et aux besoins impérieux de la mobilité locale, mais aussi, et surtout, de remédier aux défauts du projet LN-PCA affligé des archaïsmes du projet initial.

Le présent dossier ne peut prétendre couvrir l'ensemble de la problématique de la 3ème voie, il ne vise qu'à en brosser l'historique en renvoyant directement aux sources dont un grand nombre est préservé et archivé sur le site du GIR Maralpin, ainsi qu'à nos chroniques [Bulletins et InfoCirc] qui y sont répertoriées.

NB. La question cruciale de la préservation des emprises ferroviaires sur le tracé littoral fera l'objet d'une note ultérieure

11 pages ; 9 planches et tableau ; 17 Mo  + accès direct aux dossiers de référence

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/3emeVoieLittoraleAvatars2017.02.24.pdf]

InfoCirc177

2017.01.12

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 177  [12.01.2017] LN-PCA que penser du projet …et de la concertation ?
 

Éditorial  : LN-PCA que penser du projet …et de la concertation ?

Pressés de faire aboutir leur projet LN-PCA, le Maître d’ouvrage (MO) SNCF-Réseau et ses partenaires Cofinanceurs ont, avec la complaisance de la CNDP, tourné la loi qui, du fait du dépassement des délais, imposait l’ouverture d’un nouveau débat public.

La concertation, qu’ils sont parvenus à instaurer, s’est déroulée du 21 avril 2016 au 9 janvier 2017 et aura donc duré huit mois et demi, soit plus du double de la durée du débat public dont ils dénonçaient la durée et appréhendaient les conclusions. Sous une forme bien moins enrichissante, objective et scrupuleuse qu’un débat public, cette concertation aura au moins porté au grand jour les contradictions et les aberrations d’un projet qui ne satisfait en rien, ni aux propres objectifs de l’État, ni aux besoins de plus en plus criants de la population.

Comme d’autres de ses partenaires de la Société civile, le GIR Maralpin a déposé ses observations sur le projet, mais a pris soin de les formuler aussi sur la concertation, et, plus généralement, sur l’ensemble des processus qui ont conduit à la présente situation. Il l’a fait sous la forme d’un dossier s’adressant comme il convient au MO mais, plus encore, à l’ensemble des citoyens perfidement égarés par des procédures complexes et contradictoires qui ont jalonné les douze années de divagations du projet.

Outre le décryptage qu’il devrait permettre, le Dossier [1] présente les propositions du GIR : pour l’essentiel, un redéploiement du projet dans la perspective de l’Arc méditerranéen ferroviaire [que s’appliquent à construire nos voisins italiens (cf. InfoCirc 176 précédent)], et une restructuration du réseau en vue d’une desserte adéquate, tant de la Principauté de Monaco que de l’ensemble de la Côte d’Azur dont la gare TGV de Cannes-la-Bocca doit constituer la porte d’entrée [cf. InfoCirc 175 notamment]

Ces recommandations, qui s’appuient sur les nombreuses analyses et études réalisées par le GIR (elles sont pour la plupart rappelées en Annexe au Dossier), sont énoncées dans le courrier adressé le même jour au Secrétaire d’État aux Transports [2] (cb-jm). 

[1] LN-PCA - Commentaires sur le concertation à l'attention de la CNDP, du Maître d'ouvrage et des Cofinanceurs du projet [DOSSIER] 

Ce Dossier, adressé le 9 janvier 2017 au Maître d'ouvrage SNCF Réseau, inventorie l'ensemble des éléments à partir desquels s'est positionné le GIR Maralpin, ainsi que ses contributions à la réflexion sur les objectifs et le contenu du  projet.

Il dresse un état de l'évolution de la situation depuis les tout débuts du projet.

Il déplore

(a) les décisions qui ont conduit à traiter, de manière expéditive en moins d'un mois, la phase décisive de définition des zones de passage prioritaires (ZPP) [cf. pages 5 à 7] ;

(b) le rejet du débat public [pourtant justifié par les atermoiements du projet], auquel a été substituée une concertation dont les modalités sont contestables et dont la durée s'est révélée deux fois supérieure.

Il examine le déroulement de cette concertation [cf. pages 9 & 10] en donnant les avis du GIR Maralpin sur

·        le rôle du garant [cf. encadré p. 10] ;

·        le maître d'ouvrage [cf. encadré p. 11] ;

·        les services de l'État et les Cofinanceurs du projet [cf. encadré p. 12].

En clôture de ce dossier, le GIR exprime sa position quant à l'évolution à donner au projet [cf. pages 12 à 15] et formule ses propositions [cf. pp. 15-18], lesquelles sont récapitulées dans la note adressée le même jour par le GIR au Secrétaire d’État aux Transports [2].

Le dossier comporte en Annexe les références aux contributions du GIR Maralpin à la réflexion sur la LGV-Paca et sur sa dernière version LN-Pca.

[48 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaConcertationCommentairesGir20161231.pdf] 

[2] LN-PCA - Situation  à la clôture de la concertation liée à la Priorité 1 - Note du GIR à l'attention du Secrétaire d'État en charge des Transports 

Se référant à son dossier [1] établi à l'issue de la concertation et aux observations qui y sont formulées à ce sujet, le GIR Maralpin  appelle l'attention de M. Alain Vidalies, Secrétaire d'État en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, sur la situation alarmante d'un projet  ne tenant aucunement compte, tant de l'évolution de la conjoncture et des besoins, clairement et fortement exprimés par les élus et la population, que des récentes analyses et recommandations en la matière des hautes instances de l'État.

Le GIR appelle particulièrement son attention sur :

d'une part, les principes qu'il souhaite voir adopter dans la suite du projet, à savoir :

·     la priorité à accorder à l'aménagement du territoire,

·     la sécurisation et le renforcement du réseau reposant sur un maillage de lignes compatibles entre elles, reliées par des nœuds d'interconnexion proches,

·     le rejet d'implantation de gares hors-la-ville ;

d'autre part, ses propositions relatives au secteur Est ("nœud niçois"), à savoir :

·     achèvement prioritaire de la 3ème voie littorale (dont les travaux ont été déclarés d'utilité publique),

·     étude urgente de la traversée de l'Estérel par la ligne nouvelle et de la gare TGV de Cannes-la-Bocca,

·     réalisation de la liaison Cannes-la-Bocca – Antibes pour contournement de Cannes-Centre par une ligne nouvelle à voie unique (en première phase), selon un projet d'ailleurs esquissé en 2004 par RFF et estimé alors à 1,1 Md€.

Le montant de l'ensemble de ces propositions ne devrait pas excéder la moitié du coût annoncé du projet de nœud niçois (4,2 Md€), tout en se révélant, selon le GIR, plus bénéfique pour le territoire, la population et l'environnement.

Pour le cas où l'enveloppe financière dédiée à ce projet le permettrait, le GIR suggère qu'une quatrième priorité soit accordée à la réalisation phasée de la liaison Nice-Monaco, selon une configuration à voie unique assortie d'une gare bis à deux voies à quai. Une telle perspective devrait permettre de regagner l'adhésion au projet de la Principauté de Monaco ainsi que son soutien financier.

[2 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/CD.2017.01.09.MeemSecretEtatTransportsAVidaliesLnPcaConcertPriorite1.pdf]

InfoCirc176

2016.12.21

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 176  [21.12.2016] Ferroviaire : le modèle italien et l’incurie azuréenne

Le "Raddoppio" en Ligurie et la LN-PCA en 06 : une inauguration et un enterrement

 

Éditorial  : Le "Raddoppio" en Ligurie et la LN-PCA en 06 Le modèle italien et l’incurie azuréenne : une inauguration et un enterrement 

À quelques jours de la clôture d’une parodie de concertation où se sont ridiculisés, tant les promoteurs du projet du « nœud ferroviaire niçois »  que ses maîtres d’ouvrage successifs (RFF puis SNCF Réseau), et à moins de quelques dizaines de kilomètres de là, les plus hautes autorités ferroviaires italiennes, celles de l’État et celles de la Région, inauguraient en Ligurie 19 km de ligne ferroviaire moderne à haute performance dont le coût ne s’est élevé qu’à 580 millions d’euros …quand celui de boucle niçoise est, pour quelques kilomètres de plus, annoncé sans vergogne à 4,2 milliards d’euros.

Avoir assisté à l’inauguration du « raddoppio » d’Andora à San Lorenzo honore le GIR Maralpin qui déplore l’absence de toute autre délégation française, ainsi que l’indifférence - teintée de mépris - des Autorités nationales, régionales et azuréennes à l’égard des réalisations de leurs voisins.

Pourtant, depuis sa création, il y a plus de vingt ans, le GIR n’a eu de cesse d’appeler l’attention des "hexagonaux" sur les réalisations transalpines, et sur l’intérêt primordial de concevoir l’aménagement du territoire à l’échelle transfrontalière, et cela en tirant parti de leurs enseignements.

On voudra bien à l’occasion se reporter à toutes les analyses du GIR [consulter notamment nos Bulletins], les premières portant sur les Schémas de services collectifs, au temps des projets d’A8bis et du Mercantour, bien avant celui de la LGV-PACA. Elles se référaient toutes à des principes qui furent développés chez nos voisins [notamment celui de la "Alta velocità-Alta capacità" (AV/AC)] et qui sont en cours de mise en œuvre avec le Terzo Valico [AV/AC Gênes-Plaine Padane] et la poursuite annoncée du raddoppio.

 

Nous ne reviendrons pas ici sur le contenu de notre précédent InfoCirc dont l’éditorial avait pour titre « Dénouer le nœud niçois et redéployer le projet sur l’ensemble de la métropole azuréenne ». La plupart des questions qui y étaient soulevées ont été évoquées par nombre d’élus, de collectifs associatifs et de citoyens lors de la dernière réunion publique, dite de concertation, tenue à Nice le 19 décembre et dont les modalités de déroulement sont une nouvelle fois à remettre radicalement en cause.

Il y est apparu nécessaire à cette occasion de faire état de la réponse (tardive) du président de la CNDP, Christian Leyrit, à la requête d’un collectif d’associations s’étant élevé sur les modalités de la concertation telles qu’elles avaient été engagées par le maître d’ouvrage et le Garant.

On veillera avec une attention particulière aux retours annoncés par le président de la plus haute instance de la démocratie participative (jm).

 

[1] Riviera Ligure ferroviaire – Inauguration, le 11 décembre 2016 d'un nouveau tronçon de ligne nouvelle (18,8 km) entre Andora et San Lorenzo al Mare

Un tronçon de ligne à haute performance pourvu d'une grande gare (Imperia), et comportant une suite, presqu'ininterrompue sur 19 km, de tunnels et viaducs, pour un coût de 580 millions d'euros

1. Un projet ancien dans un nouveau contexte

2. Configuration du nouveau tronçon

3. Quelques aspects techniques des travaux réalisés

4. Premières avancées et perspectives d'amélioration du dernier tronçon de ligne historique

5. Quelques premiers commentaires du GIR Maralpin - Un accueil chaleureux mais des lendemains qui déchantent déjà

Annexe 1

Entretien de Riviera24.it avec Maurizio Gentile, Administrateur délégué de RFI, le 11 décembre 2016, lors de l'inauguration de Andora-San Lorenzo (Extraits) [traduction GIR]

Annexe 2

Interview à Andora de Jacques Molinari par la Sig.ra Martinelli Emanuela - Imperia Oggi Web TV

Références

3 planches, 1 tableau - 7 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/RaddoppioAndoraSlorenzoInaugurationCrGirDec2016.pdf]

 

[2] Réponse du président de la CNDP à la Déclaration commune d’un collectif de fédérations et d’associations

Le 3 octobre 2016, à la veille de l'ouverture de la troisième étape de la concertation publique, la FNAUT-PacaFARE Sud et le GIR Maralpin ont porté à connaissance une déclaration commune appelant l'attention du Maître d'ouvrage, des Autorités régionales, de celles de l'État, ainsi que de la Commission nationale de Débat public (CNDP), sur le constat qu'elles ont conjointement dressé sur le déroulement de la première phase [étape 1] de la dite concertation.

Rappelant les débats et concertations qui ont précédé le phase actuelle et auxquels elles ont participé activement, les organisations signataires déplorent la manière dont s'est engagée la nouvelle concertation, en en signalent les anomalies, et en considérant à bon droit pouvoir enfin accéder en toute légitimité aux éléments d'étude, et partager en toute clarté des données, lesquelles, par ailleurs, sont communiquées dans d'autres instances.,

Cette déclaration commune avait immédiatement rallié une quarantaine de fédérations et associations des trois départements 06,13 et 83

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaConcert2016DeclaratCommuneFnautFareGirElargie961006d.pdf]  [2 pages]

La réponse du président Leyrit, bien que tardive, atteste la prise en compte de la requête assortie de l’exigence d’un rapport intermédiaire, tant du Garant que du maître d’ouvrage, et de leur notification auprès de la CNDP

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/CndpPresidLeyritReponseDeclaratCommune201016.pdf]

InfoCirc175

2016.12.04

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 175  [04.12.2016] [Spécial LN-PCA 2] –  Dénouer le nœud niçois en redéployant le projet sur l'ensemble de la métropole azuréenne – Réunion débat GIR LnPca lundi 12 décembre au Novotel Nice Arénas
 

INFORMATION IMPORTANTE

à l’occasion de la tenue de notre Assemblée générale statutaire lundi 12 décembre au Novotel Arénas à Nice, sera organisée, le même jour à sa suite, à partir de 17:00 (pause café), une réunion-débat ouverte au public, débutant à 17:30, sur le thème suivant

Le projet de ligne nouvelle (LN-PCA) dans son contexte local, régional et international

Dans ce contexte, nous ne manquerons évidemment pas d’évoquer et de commenter l’inauguration, la veille à Imperia, des 19 km de ligne nouvelle, tracée pour 200 km/h et gabarit fret, du « Raddoppio » ligure.


Éditorial  : LN-PCA en 06 - Dénouer le nœud niçois et redéployer le projet sur l'ensemble de la métropole azuréenne

 

L’application avec laquelle le GIR n’a eu de cesse, depuis 12 années, de préconiser la création d’un réseau, maillé et sécurisé, articulé autour des nœuds ferroviaires de cœur de ville, a porté ses fruits avec l’adoption du tracé des métropoles à l’échelle de la région entière, mais non pas à l’échelle de la métropole azuréenne où  Cannes, Nice-Ville et la principauté de Monaco ont été escamotés par le « nœud » prétendument niçois, ficelé par le maître d’ouvrage (MO) et ses quelques complices locaux.

La tâche était d’autant plus aisée pour le MO que ce choix ne laissait guère la possibilité de s’exprimer, ni au public au cours d’une consultation d’une durée de moins d’un mois (du 21 novembre au 20 décembre 2013), ni aux collectivités locales exclues du Comité de pilotage (COPIL) réservé aux seuls co-financeurs, et ni aux membres de comités territoriaux (COTER), chambre d’enregistrement où seules les quatre associations 06 (dont le GIR) formulent des avis dont les Autorités ne tiennent aucun compte.

Le tracé du « nœud niçois », articulé sur une gare TGV Ouest Alpes-Maritimes (OAM) à Sophia, n’est qu’une survivance de la recherche à tout prix du gain de temps, assortie d’une double aubaine

(a) se parer de l’image de la technopole de Sophia Antipolis

(b) faire face au changement de stratégie imposé en réalisant, par le biais de la boucle, un court tronçon de la LGV initiale, tout en satisfaisant (modiquement) à l’injonction gouvernementale d’assurer le transport du quotidien.

Sous sa nouvelle appellation [SNCF/Réseau], le MO a échappé de justesse à un débat public qui eut été parfaitement justifié, compte tenu des délais écoulés et de la manière dont a été imposée la nouvelle version du projet. La consultation, censée pallier le débat public, a débuté le 21 avril et doit s’achever le 30 décembre prochain, mais n’a été ouverte au grand public que le 24 octobre.

La plupart des populations concernées par le projet OAM à Sophia se sont organisées, à temps et en conséquence, pour en remettre en cause l’implantation et le tracé, conjointement ou non avec leurs élus, mais il revient aux élus de l’Ouest du département, tenus jusqu’alors à l’écart des tables de négociation, d’avoir fait prévaloir leur propre conception du projet en revendiquant l’implantation de la gare OAM-TGV à Cannes-la-Bocca.

Le GIR reviendra dans un prochain Bulletin sur leur argumentation qu’il à toujours prônée et qu’il partage avec ses partenaires FNAUT-Paca et FARE Sud

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaCommuniquePresseFnautFareGirLogos20160713z.pdf] et bien d’autres organisations.

 

Avant de présenter son propre projet, qui considère pour acquise l’implantation de la gare TGV à Cannes-la-Bocca [cf. 3], le GIR tient dans ce numéro à appeler une nouvelle fois l’attention sur les mécomptes d’une gare-hors-la-ville, avec l’exemple de celle d’Aix-TGV [cf. 1], étayant de la sorte la réfutation par le GIR de l’argumentaire de SNCF/R en faveur d’une gare OAM à Sophia Antipolis [cf. 2] (jm).

 

[1] AIX-TGV Quintessence de Gare Hors-la-Ville - Brèves remarques sur son ampleur et ses fonctionnalités

 

La gare d'Aix-en-Provence TGV a été mise en service en 2001 avec le dernier maillon de la ligne à grande vitesse Paris-Lyon-Marseille. Elle n'est desservie que par des trains à grande vitesse (TGV). 

Construite sur le plateau non urbanisé de l'Arbois, la gare d'Aix-en-Provence TGV est située à 7 km au nord-est de Vitrolles et environ 15 km au sud-ouest d'Aix-en-Provence, à l'intersection de la LGV et de la route départementale 9.

La desserte de la gare, dont la fréquentation (3,2 M de passagers/an) a rapidement dépassé les attentes de la SNCF, est essentiellement assurée par déposes-minute et des trajets automobiles, qui achoppent sur les difficultés de circulation et, plus encore, de stationnement, lesquelles, en dépit des aménagements réalisés par étapes, ne seront toujours pas surmontés, même après le tout dernier d'entre eux (portant à 4000 le nombre de places de stationnement), ainsi qu'en font état les commentaires de la Presse locale.

Le Plateau de l'Arbois, désormais insidieusement phagocité par l'automobile, avait pourtant fait l'objet d'une mission d'inspection générale en mars 2000, préliminaire à la DUP de la gare TGV. En dépit des atteintes dont il est l’objet, il reste néanmoins en instance de classement au titre de la Loi de 1930 sur les sites naturels.

4 pages, 4 planches, 2 tableaux

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/AixTgvGare&Parkings20161203.pdf]

 

[2] Gare OAM à Sophia Antipolis ? Réfutation de l'argumentaire SNCF/Réseau

 

Dicté dès l’origine du projet par la recherche de l’optimisation des temps de trajet, et celle d’une clientèle nouvelle, le choix de Sophia par le M.O. repose sur une double aubaine

(a) se parer de l’image de la technopole

(b) faire face au changement de stratégie imposé en réalisant, par le biais de la boucle, un court tronçon de la LGV initiale, tout en satisfaisant (modiquement) à l’injonction gouvernementale d’assurer le transport du quotidien.

Synopsis

1. Rappels chronologiques : la projet LGV-PACA remis pas à pas en questions depuis son lancement en 2004

2. Des premiers tâtonnements au choix délibéré de Sophia-Antipolis

3. Acceptabilité et légitimités territoriales de la gare OAM à Sophia Antipolis

4. Des contraintes topographiques dirimantes

5. Sur l’efficacité présumée du projet et ses coûts induits

6. Le véritable coût du nœud niçois

7. Le retour à la rationalité : la gare TGV à la Bocca


[Diaporama 39 planches] [11 Mo]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca06GareOamSophiaRefutationGir20161130.ppt]

 

[3] Une autre conception de la traversée-desserte des Alpes-Maritimes de Cannes-la-Bocca à Nice - Pour une redéploiement du projet ferroviaire LN-PCA

 

Présentation du GIR Maralpin, le 28 novembre 2016, à l'Atelier Géographique Gares de la concertation sur le projet LN-PCA

Le projet du GIR se fonde sur le changement de cap imposé par les élus de l'Ouest des Alpes-Maritimes revendiquant une gare TGV à Cannes-la-Bocca, au débouché d'une traversée LN de l'Estérel [exigences toutes deux préconisées depuis l'origine du projet (alors LGV-Paca) par le GIR Maralpin] pour, d'une part, y articuler la ligne nouvelle sur la ligne historique aux fins de sécurisation des itinéraires et, d'autre part, y assurer la desserte de l'agglomération cannoise par toutes les circulations longue distance (TAGV). En découle à la fois l'inutilité d'une gare TGV hors-la-ville à Sophia Antipolis, et même l'inadéquation d'une gare TER à laquelle la topographie imposerait des rampes inappropriées à ce type d'exploitation.

Au delà de La Bocca, le projet fait référence à une étude de SNCF Ingénierie & RFF de 2004 préconisant la réalisation d'un tronçon de ligne nouvelle souterraine contournant Cannes Centre pour déboucher à Antibes et se raccorder à la ligne littorale portée à 3 voies sur toute sa longueur jusqu'à Nice.

L'économie résultant d'un tel parti [dont le court tronçon de LN (16 km) pourrait être réalisé à voie unique], devrait conduire au redéploiement du projet sur l'ensemble des Alpes-Maritimes, notamment sur son secteur Est avec la desserte de Monaco et la liaison avec l'Italie. 

[Diaporama 17 planches] [5 Mo]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPca06TraverseeDesserte06ProjetGir20161128.ppt]

InfoCirc174

2016.10.11

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 174  [11.10.2016] [Spécial LN-PCA

La LN-PCA et le nœud niçois : le dénouer ou le trancher ?

 

Éditorial  : La LN-PCA et le nœud niçois : le dénouer ou le trancher ?

 

Une énième concertation s’est engagée sur ce projet protéiforme de ligne nouvelle qui, dans sa configuration initiale, était censée pouvoir relier, sans ambages et à très grande vitesse, Nice à Paris. Coudée depuis, pour légitimement desservir Toulon, elle ne présente plus que deux moignons d’extrémité improprement qualifiés de "nœuds" ferroviaires, celui de Nice présentant l’originalité de tenir à l’écart la gare centrale de la capitale de la Métropole Côte d’Azur.

Le GIR Maralpin déplore, depuis l’origine, les aberrations, tant ferroviaires que territoriales, auxquelles conduirait la réalisation d’un tel embryon de projet. Le temps étant venu d’en reparler dans le cadre d’une concertation réduite à sa plus simple expression [cf. 1. Déclaration commune], on se satisfera d’invoquer les tous récents avis des plus hautes instances de l’État sur les implications financières et stratégiques d’un projet qui, en dépit de son caractère étriqué, coûterait 4,2 Md €, sans répondre pour autant aux besoins de la Côte d’Azur, de la Principauté de Monaco et, moins encore, de l’Arc méditerranéen [cf. 2. La LN-PCA un projet crucial aussi pour Monaco].

Première phase d’un projet qui en comporte trois, elle ne comprend qu’une très courte section de ligne nouvelle, obère le fonctionnement de la section de ligne littorale la plus chargée (Antibes-Monaco), repousse à l’horizon 2050 son entier dédoublement, et détourne à son profit des moyens financiers nécessaires à la rénovation des infrastructures et aux investissements de capacité et de désaturation.

 

En préambule à la concertation qui s’engage, le GIR se doit d’appeler l’attention sur le Rapport de la Cour des comptes sur la Grande vitesse ferroviaire [cf. 3], rapport rendu public le 23 octobre 2014, et sur le Rapport d’information sur le financement des infrastructures de transport [cf. 4] fait au nom de la Commission des finances par le Sénat, et enregistré le 28 septembre 2016.

Ces deux très récents rapports partagent la même analyse sur les dérives de l’administration ferroviaire en matière de grande vitesse, sur la situation préoccupante du réseau existant, et - plus encore - sur la crise financière qui frappe SNCF Réseau (ex RFF). Au nombre des critiques, figurent tant la surestimation des hypothèses de trafic, des gains de temps, et de la rentabilité socio-économique, que la sous-estimation des coûts de réalisation et d’exploitation. Ils appellent l’attention sur la non-soutenabilité de certains projets dont la faible rentabilité financière porterait préjudice à l’entretien et à la sécurisation du réseau existant (cb,jm).

 

FR3 Côte d’Azur reçoit le GIR

Le 5 octobre, Jacqueline Pozzi a reçu un représentant du GIR au journal télévisé de 19 heures

[pour le visionner (durée 3’30’’) cf. FR3CaJt2016.10.05.GirJPozziJMolinari.mp4]

 

[1] Déclaration commune à l’ouverture de la troisième étape de la concertation publique sur le projet LN-PCA

 

À la veille de troisième étape de la concertation publique sur le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur, les organisations signataires, la plupart membres de son Collège des acteurs, appellent l'attention du Maître d'ouvrage, des Autorités régionales, de celles de l'État, ainsi que de la Commission nationale de Débat public (CNDP), sur le constat qu'elles ont conjointement dressé sur le déroulement de la première phase [étape 1] de la dite concertation.

Sommaire : Rappel des débats et concertations qui ont précédé la phase actuelle ; Sur la première étape de la concertation (21 avril – 30 juin) ; Sur la troisième étape de la concertation (initialement prévue de septembre à novembre)

[23 fédérations et organisations de la Région et des départements 06, 13 et 83, en sont co-signataires à la date du 6 octobre]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaConcert2016DeclaratCommuneFnautFareGirElargie961006d.pdf]

 

[2] La LN-PCA, un projet crucial… aussi pour Monaco

 

L’objet de la présente note est de sensibiliser la population de la Principauté de Monaco sur le fait que ce projet concerne directement la Principauté, bien que les investissements projetés soient situés presque uniquement en France.

Sommaire : Un avenir inquiétant pour la Côte d’Azur ; Investir dans de nouvelles voies ferrées ; Le projet SNCF : un détournement d’objectifs ; Comment remettre le projet sur la bonne voie ; Que propose concrètement le GIR Maralpin ?

[4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaGirNoteMonaco.2016.09.30z.pdf]

 

[3] La grande vitesse ferroviaire : un modèle porté au-delà de la pertinence [Rapport de la Cour des Comptes]

 

La Cour des comptes a rendu public, le 23 octobre 2014, un rapport sur la grande vitesse ferroviaire. Le succès technique et commercial du TGV est certain, au moins jusqu’à une date récente, et les voyageurs qui l’empruntent apprécient sa rapidité. Mais, au-delà de ce constat, il convient d’évaluer son apport réel pour la collectivité dans son ensemble. Au terme de son enquête, la Cour considère que le choix de nouvelles lignes à grande vitesse ferroviaire pour assurer le transport en commun des voyageurs sur grande distance doit être entouré de plus de garanties de pertinence et de rentabilité

Synthèse [une page]

Sommaire : Un choix systématique de la grande vitesse – Un modèle à bout de souffle – Recommandations

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/CourComptesGrandeVitesseFerroviaireSynthese20141103.pdf]

Rapport [173 pages]

Sommaire : 1. Les limites d’une réussite – 2. Un processus de décision tendu vers la réalisation systématique de nouvelles lignes – 3. Un coût non soutenable - Une évaluation optimiste de la rentabilité attendue des LGV

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/CourComptesGrandeVitesseFerroviaire20141023.pdf]

 

[4] Le financement des infrastructures ferroviaires [Rapport d’information du Sénat au nom de la Commission des finances]

 

Les grands réseaux de transport français (ferroviaire, routes, voies navigables) font partie des plus performants au monde. Mais ce statut est menacé.

Au cours des trois dernières décennies, les pouvoirs publics ont systématiquement privilégié les investissements de développement des infrastructures de transport au détriment de l'entretien et du renouvellement des réseaux existants : le chantier de leur remise à niveau est immense.

Or, son financement paraît éminemment complexe : les ressources du bras armé de l'État, l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), sont notoirement insuffisantes depuis l'abandon de l'écotaxe ; SNCF Réseau est grevée par une lourde dette de 44 milliards d'euros ; et les collectivités territoriales réduisent leurs investissements.

Sur la base de ce constat préoccupant, le groupe de travail de la commission des finances du Sénat a souhaité explorer les voies et moyens susceptibles d'assurer un financement durable de la modernisation de nos réseaux de transport et une sélection plus rigoureuse de projets d'infrastructures de transport à l'efficacité socio-économique avérée.

Sommaire : 1. Mettre en place une véritable programmation et une sélection plus rigoureuse des projets d’infrastructure de transport ; Les évaluations socio-économiques des projets restent trop optimistes et leurs plans de financement trop tardifs – 2. La préférence pour les infrastructures nouvelles au détriment de la modernisation : un facteur de risque pour les finances publiques – 3. Financer ces infrastructures dans un contexte budgétaire contraint.

Rapport d'information de MM. Vincent CAPO-CANELLAS, Yvon COLLIN, Mme Marie-Hélène DES ESGAULX, MM. Thierry FOUCAUD, Roger KAROUTCHI, Mme Fabienne KELLER, MM. François PATRIAT et Daniel RAOUL, fait au nom de la commission des finances

n° 858 (2015-2016) - 28 septembre 2016 [131 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/SenatInfrasTransportsFinanctSept2016r15-8581.pdf]

 

 

InfoCirc173

2016.09.23

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 173  [23.09.2016]

La Plaine du Var : dans quel État sommes-nous donc ?

 

Éditorial  : Plaine du Var : dans quel État sommes-nous donc ?

 

Le 3 juillet dernier, à l’initiative du Groupe de travail inter-collèges (GTIC) de l’EPA Plaine du Var, s’est déroulée à Carros (Alpes-Maritimes) une « Fête de la Blette » destinée à appeler l’attention sur l’amenuisement progressif des terres agricoles et des espaces naturels dans une plaine du Var livrée aux convoitises de toutes sortes, sous couvert d’une opération d’intérêt national (OIN) que devrait pourtant maîtriser et piloter l’Établissement public d’aménagement (EPA) auquel le GTIC a suspendu sa participation sous réserve de la nomination d’un Garant à désigner par la CNDP.

Plus d’une année après cette requête, restée vaine, l’État vient pourtant de prendre des mesures novatrices, à savoir :

(1) L’Ordonnance n° 2016-1060 du 3 août 2016 portant réforme des procédures destinées à assurer l'information et la participation du public

(2) La loi du 9 août pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

Ces mesures devraient enfin donner satisfaction à la requête du GTIC, et, mieux encore, (a) prendre en considération la remarquable étude universitaire réalisée par l’UMR CNRS ESPACE qui avait analysé la dynamique de la dégradation des espaces agricoles de la Plaine du Var, et (b) assumer le risque de relancer cette étude afin de disposer d’un bilan différentiel d’une opération OIN qui devra désormais satisfaire aux mesures préconisées dans la Loi du 9 août dernier.

Le lecteur y verra plus clair sur ces enjeux en se reportant à l’étude de l’UMR Espace, étude à laquelle ses auteurs ont aimablement permis d’accéder via notre site, ainsi qu’à leurs communications à la Fête de la Blette, également accessibles dans leur intégralité sur notre site.

Ces savantes études de terrain, et, plus généralement, de nos territoires, devraient inciter leurs habitants à se saisir de leur devenir et nos Autorités à faire preuve de plus de cohérence et de fermeté dans leurs engagements (jm).

Post scriptum : Vicissitudes du tunnel routier de Tende : un fontis, une suite annoncée

 

[1] L'activité agricole dans le territoire "plaine du Var-OIN" : enjeux de connaissance

Karine EMSELLEM, Christine VOIRON [UMR 7300 ESPACE, CNRS, Université de Nice-Antipolis]

Cette étude réalisée par l’UMR ESPACE [CNRS/Université de Nice-Antipolis], achevée en 2010, porte sur la situation agricole dans la totalité du territoire de la plaine du Var entre 2006 et 2009. Elle a été établie pour identifier les occupations du sol et leur zonage, à partir de données à haute résolution (20 cm x 20 cm), complétées par des relevés de terrain. Elle constitue de ce fait une sorte d'état zéro de référence avant la mise en œuvre de l'OIN.

Précédée d’un synopsis, l’étude se décline en quatre sections dont les contenus sont inventoriés dans une table des matières détaillée

[cf. http://www.gir-maralpin.org/EddAgriPaysTramesPaca.htm]

 

[2] Deux exposés universitaires sur le devenir de ce territoire …et de sa biodiversité 

L’aménagement de la basse vallée du Var - Rétrospective et perspectives

Dans sa conférence d'introduction au débat organisé le 2 juillet 2016 à Carros (Alpes-Maritimes) dans le cadre de la Fête de la Blette, sous l'égide du Groupe de Travail Inter Collèges (GTIC) du Comité Permanent de Concertation de l'EPA Plaine du Var, Madame Christine Voiron, Directrice de l'UMR ESPACE, analyse, à la lumière de l'ensemble des travaux universitaires, la nature, l'ampleur et la célérité de l'évolution de la plaine du Var, met l'accent sur la nature des mécanismes qui y prévalent, déplore le non respect des directives de la DTA 06, et formule des préconisations en faveur d'un aménagement prudent et raisonné de ce territoire à enjeux.

L'ensemble de la présentation est illustré de clichés et documents d'archive, ainsi que de dossiers d'analyse et d'études.

Diaporama 23 planches - 1,8 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/presentations/EspaceConfBletteVoiron2.pdf] 

Évolution récente des terres agricoles dans la Plaine du Var

Sous une présentation actualisée, Karine EMSELLEM  commente l’étude réalisée par elle-même, avec Alain MANNONI et Christine VOIRON, sur lEnjeu agricole dans la Plaine du Var entre 2006 et 2009 - Mesures et Spatialisations (cf. [1] ) en portant l’accent sur la méthodologie employée et les conclusions qui s’en dégagent, à savoir l’artificialisation croissante des terres agricoles

Diaporama 27 planches 1,8 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/presentations/EspaceConfBletteEmsellem.pdf]

 

[3] Vicissitudes du nouveau tunnel routier de Tende (suite) : un fontis …une suite annoncée

Sur le versant français, un fontis large de dix mètres est apparu fin août, environ 130 m à l'aplomb du front d’avancement (actuellement suspendu) du tunnel de Tende Bis où, fin juin, s'étaient écroulés 1500 m3 de sable et de boues.

Tandis que les responsables des travaux minimisent les effets de ce phénomène en considérant qu’il témoigne de la stabilisation en cours des désordres survenus, le Président du Comité de pilotage des travaux de doublement du tunnel considère "qu’il n'est pas acceptable de prendre connaissance de ces problèmes par la presse... l'Anas minimise mais nous sommes préoccupés".

Dans le même temps, des associations italiennes annoncent pour le 12 octobre une nouvelle manifestation commune avec leurs partenaires français en faveur de la revalorisation de la ligne ferroviaire Cuneo-Nice-Ventimiglia du même Col de Tende.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendaBisLa%20StampaCuFontisOrig&Trad.2016.09.0304.pdf]

InfoCirc172

2016.09.01

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 172  [01.09.2016]

LN-PCA - Noeud niçois en questions - Manifeste du GIR Maralpin - Spécial CONCERTATION LN-PCA

 

Éditorial  : Sans remise en questions du projet de "Nœud Niçois", la "concertation" sur la LN-PCA a-t-elle encore un sens ?

Faisant fi des déclarations d’intention des plus hautes autorités en matière de concertation publique, les meneurs de jeu du projet de LGV-Paca ne se sont pas résignés à renoncer aux dogmes de la grande vitesse et ont persisté, en dépit des décisions du Comité 21, à en maintenir un lambeau dans le secteur azuréen sous la forme d’un abracadabrant "nœud niçois" qui n’a jamais fait l’objet d’un débat public dont pourtant il relèverait, tant la nature comme le cadre du projet se sont métamorphosés depuis la clôture précipitée le 9 janvier 2013 de celui qui l’a précédé.

C’est donc par une habile entourloupe que le maître d’ouvrage, dont seule la casquette a changé (RFF se grimant en SNCF Réseau), est parvenu à échapper au débat public salutaire en lui substituant une procédure prétendue consensuelle de « concertation » précédée d’une série d’ateliers dont ce même maître d’ouvrage s’était, il y a quelques années, appliqué à en interrompre le cours.

Conçue comme un pare-feux, la série d’ateliers "Saturation ferroviaire" et "Environnement et développement durable", qui s’est déroulée, du 12 mai au 4 juillet 2016, devant un public pourtant choisi, a été l’occasion pour ce dernier d’exprimer son exaspération face à l’obstination du maître d’ouvrage à dissimuler ses projets et à ne livrer en pâture que des informations fragmentaires et souvent périmées.

Nous reviendrons sur ces débats et sur les enseignements à tirer de ces échanges à l’occasion de la phase de concertation annoncée comme devant débuter le 1er septembre. En revanche, le GIR se devait auparavant d’exprimer clairement sa position sous la forme du manifeste qui fait l’objet du présent InfoCirc.

L’argumentation sur laquelle ce manifeste se fonde a été exposée dans la série des InfoCirc qui précèdent, et notamment les tous derniers auxquels nous convions nos lecteurs à se reporter.

On ne pourra, en abordant cette phase décisive, que déplorer le regrettable décalage qui s’est instauré entre les méthodes de concertation pratiquées jusqu’ici par SNCF-Réseau et celles recommandées par l’État et la CNDP, décalage dont la population de la Côte d’Azur subirait de néfastes effets s’il n’y était remédié à temps (cbjm)

Manifeste du GIR Maralpin au sujet du "Nœud Niçois" de la LN-PCASpécial CONCERTATION LN-PCA 

À la veille de la phase de concertation annoncée comme devant débuter le 1er septembre 2016, le GIR se devait auparavant d’exprimer clairement sa position sous la forme du présent manifeste, lequel traite tour à tour des points suivants

1. Le Constat - Points-clés de la position du GIR Maralpin

2. Les points faibles du projet de "Nœud niçois"

3. Un projet-leurre détournant des besoins prioritaires de la population

4. Les Gares nouvelles

Ce manifeste se réfère implicitement au communiqué commun de la FNAUT-Paca, de FARE-Sud et du GIR Maralpin du 12 juillet 2016 [cf. InfoCirc 171 (2B)], tandis que l’argumentation sur laquelle il se fonde a été exposée notamment dans ce même numéro et dans ceux qui le précèdent, notamment l’InfoCirc 169 (Éditorial & "La fronde des élus"), auxquels les lecteurs sont conviés de se reporter.

On ne pourra, en abordant cette phase décisive, que déplorer le regrettable décalage qui s’est instauré entre les méthodes de concertation pratiquées jusqu’ici par SNCF-Réseau et celles recommandées par l’État et la CNDP, décalage dont la population de la Côte d’Azur subirait de néfastes effets s’il n’y était remédié à temps.

[cf. LnPcaNoeud06ManifesteGir.2016.09.01.pdf]

InfoCirc171

2016.07.18

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 171  [18.07.2016]

Agir sur le devenir du système ferroviaire maralpin

 

Éditorial  : Sans un système ferroviaire robuste et à sa mesure, que deviendrait notre territoire maralpin et transfrontalier ?

Dans notre territoire sinistré (dans toute l’acception du terme), les Autorités locales et régionales ne s’affairent guère en matière d’infrastructures que sur des travaux et des projets d’investissements routiers. Ainsi, tandis qu’est annoncée le prolongement de la Voie Mathis qui a étranglé la ligne ferroviaire historique à la sortie ouest de la gare de Nice, les mêmes persistent encore à laisser en déshérence la ligne Nice-Cuneo, et à accorder libre cours au maître d’ouvrage de la LN-PCA pour promouvoir son projet extravagant de « boucle niçoise », laquelle fait fi de la desserte du cœur de Nice, de la Principauté de Monaco et de la liaison avec l’Italie, pour imposer, aux alentours de Sophia-Antipolis, une nouvelle gare "hors-la-ville" dont les méfaits urbanistiques et environnementaux sont pourtant bien connus.

Au Col de Tende, tandis que les travaux du second tunnel routier marquent le pas, suite à un incident qui a motivé la venue sur les lieux d’un ministre, on reste dans l’incertitude sur les travaux de restauration et de mise à niveau de la ligne ferroviaire, pourtant clairement cernés dans une étude du 7 juin 2010, il y a six ans !

Le présent InfoCirc est pourtant porteur d’espoirs sur ces deux fronts.

Sur celui du Col de Tende, la presse italienne, plus pertinente et plus motivée que la nôtre, porte toujours un regard critique et vigilant sur les travaux chaotiques du second tunnel en plaidant pour le renoncement au réalésage du premier [cf. 1A]. Pour le volet ferroviaire, dont responsabilités et parts capitales sont imputables à la France [cf. 1B], les associations et élus locaux continuent d’exercer leur vigilance [cf. 1C], sans pourtant que la GIG Alpes-du-Sud (dont le composition vient d’être remaniée) prenne les mesures adéquates.

Sur le front du "nœud niçois", la fronde des élus vient de se renforcer vigoureusement avec la motion adoptée le 6 juillet par le Scot Ouest [250 000 habitants et notamment les villes de Cannes et de Grasse] "en faveur de la réalisation de la Gare Ligne Nouvelle à Cannes" [cf. 2A]. Ces élus adoptent enfin les positions que le GIR n’a cessé de prôner depuis le tout début du projet, et que viennent de conforter, le 12 juillet par une déclaration commune, les fédérations FNAUT Paca et FARE-Sud, dont l’appui sera précieux pour préparer la phase de consultation publique devant s’ouvrir le 1er septembre prochain [cf. 2B].

[1] Sur le front du Col de Tende 

[1A] Tournée d’inspection du Ministre sur le chantier chaotique du Tenda Bis

C’est un défi que le ministre lance à l’Anas, maître d’ouvrage, en lui demandant de respecter ses derniers engagements et en lui imposant de rendre compte de l’avancement des travaux "par un suivi mensuel à l’attention des institutions et des citoyens".

Deux Articles de La Stampa Cuneo du 4 juillet (4 pages)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendaBisLaStampaOrig&Trad.2016.07.05.pdf

[1B] Étude diagnostic de la ligne Cuneo-Vintimille - Section française [rappel]

En date du 7 juin 2010, cette étude réalisée sous l’égide de RFF dresse un état objectif de la situation de la section française dont la remise à niveau est, du fait de la Convention franco-italienne du 24 juin 1970, essentiellement imputable à l’Italie, n’a été que fort modiquement engagée dans l'attente d'une révision de cette convention.

1. Présentation et historique de la ligne

2. Résumé des étapes 1 et 2 : Recensement et diagnostic des installations fixes

3. Étape 3 : proposition de trois scénarios d'investissements

Diaporama 66 planches (ATTENTION : 5,2 Mo)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/CuXxmEtudeDiagnosticPartieFrancaiseRff.07.06.2010.pdf] 

[1C] Requête des Conseillers départementaux du Canton Roya-Bévéra-Paillons auprès du Président de la Région PACA

Le 12 juillet, les deux Conseillers départementaux font part au Président de la Région Paca de leur étonnement d’apprendre la réduction de moitié de la part régionale du financement de la rénovation de la voie ferrée Nice-Tende.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerNiCuContratPlanRequeteElus20160712.pdf] 

[2] Sur le front du "Nœud niçois" de la LN-PCA 

[2A] Motion du Scot Ouest "en faveur de la réalisation d’une Gare Ligne Nouvelle à Cannes"

Le syndicat mixte en charge du Schéma de Cohérence Territoriale de l'Ouest des Alpes-Maritimes (Scot Ouest 06) [qui rassemble 250 000 habitants et regroupe 29 communes, dont Cannes, Grasse, Mandelieu et Mougins notamment] a adopté, le 6 juillet 2016, une "motion en faveur de la réalisation d'une Gare Ligne Nouvelle à Cannes".

Cette motion est argumentée par une analyse approfondie de la question des déplacements, telle qu'elle est portée par le Scot Ouest, et un rappel de sa position relative à la réalisation de la ligne nouvelle dans le secteur ouest des Alpes-Maritimes, et plus particulièrement sur l'implantation de la gare Ouest Alpes-Maritimes.

En conclusion de cette analyse, la motion expose en six points les exigences du Scot.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaScotOuest06motionGareLnCannes20160706.pdf

[2B] Fnaut-Paca, FARE-Sud et GIR Maralpin conviennent de positions communes relatives au projet de désaturation du nœud ferroviaire azuréen

Constitués en groupe de travail le 12 juillet 2016 à Mouans-Sartoux, les délégués des trois fédérations et associations sont convenus, au nom de leurs organisations respectives, de positions communes relatives au projet de désaturation du nœud ferroviaire azuréen, positions exprimées sous forme de communiqué de presse en huit points.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaCommuniquePresseFnautFareGirLogos20160713z.pdf]

InfoCirc170

2016.07.04

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 170  [04.07.2016]

Col de Tende : les « fausses routes » du second tunnel routier

 

Éditorial  : Col de Tende : les "fausses routes" du second tunnel routier ("Tenda Bis"), déboucheraient-elles au moins sur la remise en question de certains accords franco-italiens ?

 

Les travaux du chantier de percement du second tunnel routier de Tende sont, une nouvelle fois, interrompus sur leur versant Sud. La première fois pour avoir méconnu l’existence sur son tracé de vertiges de fortifications souterraines [cf. InfoCirc 165], la seconde pour avoir « raté leur entrée » lors du franchissement (certes délicat) de la même formation de sables aquifères qu’affrontèrent pourtant avec succès les constructeurs des ouvrages historiques routier et ferroviaire, il y a respectivement 138 et 127 ans.

Au cours de la semaine écoulée, un effondrement (dégorgement) de 1500 m3 de matériaux a partiellement obstrué la galerie sur une trentaine de mètres « subordonnant (selon l’ANAS, maître d’ouvrage) la reprise des travaux d’avancement à une phase de consolidation ».

Tandis que la presse locale cuneese communique avec précision et en temps réel ces informations, notre collègue et ami le Prof. G. Martinotti, qui avait porté à connaissance la présence de vestiges militaires ignorés du maître d’ouvrage [cf. InfoCirc 165], rappelle la richesse et la qualité des données géologiques dont ce même maître d’ouvrage disposait, et livre ses réflexions d’expert sur la manière dont ce dernier semble avoir opéré jusqu’ici.

Au moment où la conduite de ces travaux s’avère plus laborieuse, plus lente et plus coûteuse qu’annoncé, le temps n’est-il pas venu de remettre en questions l’accord franco-italien "relatif à la mise en place d’une gestion unifiée du tunnel de Tende et la construction d’un nouveau tunnel, signé à Paris le 12 mars 2007", en renonçant au doublement du tunnel (par réalésage du tunnel historique) et en associant les deux partenaires au suivi et à la conduite de ces laborieux travaux dont l’impact sur l’environnement et les ressources en eau des deux versants appellent une attention vigilante ?

Mais il est surtout grand temps, au moment où le bout du tunnel routier est plus que jamais hors de vue, de s’atteler à la révision de la Convention franco-italienne de 1970 sur la reconstruction de la ligne Cuneo-Breil-Vintimille dont les conditions léonines en défaveur de l’Italie ont empoisonné son exploitation et en compromettent aujourd’hui la remise en état [cf. InfoCirc 159] (jm).

 

[1] Tende Bis - Effondrement dans une partie du nouveau tunnel - L’ANAS : « les travaux de percement ne reprendront qu’après une phase de consolidation »

C’est sous ce titre que La Stampa Cuneo [version électronique] a annoncé le 26 juin l’écroulement survenu dans la galerie du front Sud (versant français) du percement du nouveau tunnel de Tende (Tenda Bis) incident survenu en fin de semaine 25 en l’assortissant d’extraits du Communiqué de l’ANAS [Azienda Nazionale Autonoma delle Strade S.p.A. (Société nationale autonome des routes)], maître d’ouvrage qui, par ailleurs, projette, construit et gère l'ensemble du réseau routier italien.

Les interventions à partir du 27 juillet ; Les murs de soutènement ; Un incident prévisible ; Rencontre en préfecture

Original et traduction [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendaBisLaStampaOrig&Trad.2016.06.26.pdf]

 

[2] Tende Bis - Juin 2016 - Nouveaux avatars - Un effondrement sur 30 mètres d'une partie du nouveau tunnel du versant français suspend les travaux de percement et en retarde l'avancement

Dans un article, publié peu après l’évènement dans l'hebdomadaire La Guida Cuneo, et sous-titré :

Durée plus longue et coûts plus élevés ?- L'effondrement, amplement prévisible, selon les études du projet, aura des conséquences sur le chantier

Des problèmes analogues furent rencontrés lors du percement du tunnel ferroviaire, 300 mètres plus bas

le professeur Giorgio Martinotti, qui s'est déjà exprimé à plusieurs reprises dans nos InfoCirc sur cette problématique du Col de Tende, rappelle que des problèmes analogues furent rencontrés lors du percement du tunnel ferroviaire 300 mètres plus bas, et souligne combien le "débourrage" survenu était prévisible, références à l'appui. Sans même revenir sur l'incident précédent dont il a révélé les causes [cf. InfoCirc 165], il déplore la manière dont est conduit ce chantier de configuration banale et dont le contexte géologique est pourtant parfaitement défini depuis la réalisation des ouvrages ferroviaire et routier, qui le jouxtent et l'ont précédé respectivement de 150 et 115 années.

Original et traduction [4 pages ; 1 planche]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendaBisLaGuidaMartinottiOrig&Trad.2016.06.20.pdf

InfoCirc169

2016.06.19

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 169  [19.06.2016]

LN-PCA : l’injonction SNCF de la boucler en 06 restera-t-elle encore longtemps supportable ?

 

Éditorial  : Les années passent et les (col)porteurs du projet LN-PCA s’obstinent à récuser toute concertation loyale

 

En échappant de justesse au débat public que le reformatage du projet justifiait doublement (remaniement de sa nature et dépassement des délais), l’inamovible meneur de jeu, a repris, sous une forme encore plus perverse, une concertation dont le GIR Maralpin et plusieurs de ses partenaires avaient dénoncé les dérives et les pièges [cf. Observations sur les dérives du maître d'ouvrage].

Proclamant des règles du jeu auxquelles il déroge aussitôt (ainsi en a-t-il été des invitations aux "ateliers"), le porteur du projet étourdit sa clientèle de la "société civile" avec des dossiers ad usum Delphini et de surcroît périmés, tandis qu’il réserve aux "partenaires et élus locaux" un traitement particulier en ne leur soumettant que par tâtonnements des "vues d’artiste" et/ou des "esquisses-esquisses" à la mode des Beaux-Arts, pour les priver de données concrètes, et ne leur extorquer, somme toute, qu’un sondage d’opinions.

On constatera à la lecture du présent « InfoCirc » que ces élus locaux, qui n’ont pas voix au chapitre pour ne pas avoir émargé au co-financement, ne sont pas dupes d’un tel manège et expriment fortement leur désapprobation à l’encontre de tels procédés [cf. 1., 2., 3. & 4. ci-après]. L’unanimité qui, à ce propos, se dégage des Collectivités du pourtour Nord de "La Boucle" rassure tous ceux qui s‘inquiétaient jusqu’alors du consensus que le logo « Sophia » semblait avoir conféré à un projet démagogique dont le GIR Maralpin n’a cessé de dénoncer la malignité.

En effet, n’en déplaise au porteur du Projet qui prétendait interdire la diffusion des données de fréquentation des gares, ces données attestent que le pôle des trafics azuréens se situe à l’Est de Nice-St. Augustin, c’est-à-dire hors de "La Boucle", de Nice-Thiers à Monaco, de très loin les deux plus importantes gares de la Région après celle de Marseille-St. Charles.

Le non-sens de cette boucle, qui compromet l’essor de la transfrontaliarité ferroviaire, et dont la vanité est soulignée par Michel Leboeuf, l’un des stratèges de la Grande vitesse ferroviaire [cf. InfoCirc 166], se double d’une série d’incompatibilités techniques sur lesquelles il serait souhaitable de connaître l’opinion des futurs exploitants, prudemment restés en retrait du projet depuis son lancement.

Le GIR Maralpin exprime donc fermement, auprès des autorités en charge, et particulièrement des plus hautes instances de l’État, notamment la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et le Secrétaire d’État chargé des Transports, le souhait de voir assurer le respect de l’esprit de la concertation, afin que celle-ci se déploie largement, en mettant un terme aux dérobades, en cessant de qualifier "d’ateliers" des exposés pédagogiques de salon, en mettant cartes sur table, et en débattant des enjeux à long terme d’un projet qui devait, depuis son origine, s’inscrire dans l’Arc Méditerranéen, participer du report modal, et surtout ne pas dépendre d’intérêts particuliers, étriqués et à courte échéance (jm).

 

La fronde des élus

 

[1] La commune de Mougins renouvelle le 25 février 2016 son refus d'implantation d'une gare nouvelle sur son territoire

Motion contre l'implantation d'une gare Ouest Alpes-Maritimes (OAM) et d'un passage en aérien de la ligne nouvelle sur le territoire de la commune de Mougins [séance du Conseil municipal du 25 février 2015]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaMouginsMotion20160225.pdf]

 

[2] Le 11 avril 2016, le Conseil communautaire de la CASA (Communauté d'agglomération de Sophia Antipolis) s'élève contre la dernière version du projet et exige l'ouverture d'une véritable concertation

Conseil communautaire de la CASA du 11 avril 2016 [Nice Matin du 12 avril]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaCasaCcGareNm20160412.pdf]

 

[3] Le 18 mai 2016, la Ville de Biot refuse tout passage de la ligne nouvelle sur son territoire

Délibération en date du 18 mai 2016 du Conseil municipal de la Ville de Biot

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaBiotConseilMunicipal20160518.pdf]

 

[4] Le 13 juin 2016, la Ville de Biot informe de ses décisions les membres du CoTer ainsi que les différents élus de l'Est du département des Alpes-Maritimes concernés par le projet

Courrier en date du 13 juin 2016 & Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal du 18 mai 2016 [4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaBiotDgsaCopilLnPca20160613.pdf]

InfoCirc168

2016.05.08

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 168 [08.05.2016]

L'aménagement du territoire en question(s)

 

Éditorial  L’aménagement du territoire en question(s) 

L’acuité des menaces pesant sur les territoires de l’Est de la Région Paca a conduit plusieurs organisations des Alpes-Maritimes regroupées au sein du GTIC à solliciter une nouvelle fois audience auprès de la Direction de la DREAL Paca. Le compte rendu de cette audience, validé par cette autorité [cf. 1], ne remet pas en cause les motivations de la démarche, mais reconnaît l’impuissance des autorités de l’État à remédier, dans la plupart des domaines, aux processus signalés. On regrettera notamment, que, ni la DREAL, ni son homologue de l’Agriculture (la DRAAF), n’aient encore manifesté leur intérêt à la mise à jour de l’étude réalisée il y a cinq années par l’UMR ESPACE du CNRS sur l’état des lieux des terres agricoles de la Vallée du Var, mise à jour qui révèlerait l’ampleur des dégradations commises depuis la création de l’OIN.

En revanche, c’est dans la précipitation que s’engage dans quelques jours, une nouvelle étape de la concertation sur l’ex LGV-PACA dont la nouvelle configuration, sous la forme LN-PCA, eut dû faire l’objet d’un nouveau débat public. Cette nouvelle mouture instaurant le phasage du projet, en maintient les dispositions perverses (notamment la gare « hors-la-ville » de Sophia-Antipolis) [cf. InfoCirc 166] et y surimpose une « boucle ferroviaire » locale dont la légitimation opérationnelle reste à prouver.

À son stade actuel, la nouvelle concertation se penche sur les mécanismes de saturation ferroviaire auxquels ne peuvent désormais échapper SNCF Réseau (ex-RFF) et SNCF Mobilités (ex-SNCF) qui, jusqu’ici, s’en sont accommodés, au déni de toute logique et au mépris des usagers. Première concrétisation de la requête formulée par le GIR et ses partenaires lors du dernier CoTer 06, cette démarche devra s’éclairer et s’inscrire dans celles qui l’ont précédée tout au long des travaux du GIR Maralpin [cf. 2] (jm). 

[1] Compte rendu de l’Audience du Directeur Régional de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement 

Relevé de notes de l’audience accordée le 27 janvier 2016 par M. Éric Legrigeois, Directeur par interim de la DREAL Paca, à une délégation du Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) du Comité permanent de concertation (CPC) de l'EPA Plaine du Var, complété et validé le 18 avril 2016 par la Direction de la DREAL.

L'ensemble de la démarche se réfère à l'audience qui avait été accordée au GTIC le 17 décembre 2014 par Madame Anne-France Didier, alors Directrice, mais porte sur un évènement survenu depuis, à savoir la suspension de la participation du GTIC au Comité permanent de concertation de l'EPA Plaine du Var, sous condition de la désignation d'un Garant à désigner par la CNDP

Thèmes abordés

Organisation de la Dreal - Infrastructures et aménagement du territoire : Projet Ln-Pca - Observatoire de la métropolisation - Mobilité urbaine - Risques naturels et risques d'inondation - Agriculture et valorisation de l'étude réalisée sur la Plaine du Var par l'UMR Espace  - La Concertation et l'EPA

Échanges de vues

Ils se sont poursuivis par l'adjonction des notes complémentaires adressées à la Dreal par la Délégation et, réciproquement, en retour de la Dreal, notamment sur ses positions en matière de Ln-Pca et sur les mesures nouvelles en matière de risques naturels.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/GticAudienceDreal2016.01.27.RevisDreal04.18.Edit02.05.pdf] (14 pages) 

[2] Saturation ferroviaire - Rappel des alertes du GIR Maralpin en la matière et de ses préconisations pour y remédier 

Comme le soulignait le préambule de l’une d’entre ces études, "les présentes observations s'inscrivent dans les réflexions conduites par le GIR Maralpin depuis sa création en 1996 et se réfèrent à ses études, analyses et propositions formulées dans le cadre du Schéma régional des transports, des Traversées sud-alpines, de la DTA 06 et de la LGV-Paca. Elles concernent le Projet LGV-Paca et portent sur le secteur Est de la Région, secteur pivot des activités déployées par le GIR Maralpin autour des problématiques transfrontalières alpine et méditerranéenne".

·   Desserte de la conurbation azuréenne par la ligne littorale - Réflexions sur ses potentialités et propositions pour son exploitation future [mise en garde sur les potentialités d’une troisième voie entre Antibes et Nice]

J. Molinari ; 37 pages ; 12 décembre 2005

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/FerLigneLittorale06Capacite512.pdf]

·     Schémas de desserte ferroviaire sur le territoire régional PACA aux horizons 2012, 2015, 2023 et 2040

Observations du GIR Maralpin sur les réticulaires de desserte proposés par RFF et propositions sur les aménagements d'infrastructures devant conférer la robustesse requise à l'exploitation du secteur Est

Cl. Brulé, J. Molinari ; 22 pages ; 21 janvier 2011

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerDessertesPacaObservGir2011.01.21z.pdf]

InfoCirc167

2016.04.15

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 167 [15.04.2016]

De l’autre côté du miroir…  Compte-rendu de deux colloques transalpins

 

Éditorial  De l’autre côté du miroir… Piémont et Ligurie : au "Pays des Merveilles" …ferroviaires

 

Franchir la courte distance qui sépare des réalisations voisines, et transgresser les dogmes qui "empèguent" le système ferroviaire provençal (et surtout "nissart") sur des voies sans issues, offre un salutaire dépaysement, et, si l’on voulait bien y accorder de l’attention, délivre une bonne leçon de sagesse et de persévérance.

À la Conférence sur les corridors de transport européen qui s’est déroulée le 6 avril dernier à Turin dans le cadre de l’exposition ferroviaire, comme au Colloque sur le désenclavement ferroviaire qui s’est tenu à Gênes peu après (le 11 avril), aucun autre participant français que le représentant du GIR Maralpin n’était présent !

Pourtant, il eut été utile de s’y assurer notamment que tous les projets et toutes les réalisations ferroviaires italiennes abandonnent la très grande vitesse ferroviaire (en se restreignant à 200 km/h), et sont désormais conçues pour le report modal du fret, en s’imposant des rampes très faibles (12 pour mille) et des voies d’évitement longues (750 m).

Pourtant, il eut été réconfortant d’y apprendre que les travaux du Terzo Valico entre Gênes et la Plaine padane (ligne à grandes performances vitesse et fret), et de ses tunnels de 27 et 10 km, ont très largement débuté (les quatre fenêtres d’accès étant achevées), et d’y apprendre aussi que la nouvelle section de 19 km du Raddopio ligure, entre Andorra et S. Lorenzo al Mare, sera très bientôt en service, la pose des voies étant en cours d’achèvement.

 

De ce côté-ci du miroir, les alouettes de tous genres se sont engluées dans les discours de bonimenteurs, propagandistes de dogmes désormais périmés, qui mènent le service public à la recherche de profits vains et à sa perte annoncée.

Combien sont réconfortantes les réflexions, les démarches et les réalisations de nos voisins qu’il serait grand temps de rejoindre en cessant de tourner des regards de Chimène vers la capitale, et en s’appliquant à résoudre, sur place et avec nos voisins monégasques et ligures, les questions non moins capitales de la survie de notre conglomérat résidentiel et touristique, mais bien peu productif …dans toutes les acceptions du terme (jm). 

[1] L'Italie et les corridors de transports transeuropéens - Compte rendu des Conférences CIFI de l'Exposition Ferroviaire 2016 de Torino 

Organisée par le Collège des Ingénieurs Ferroviaires Italiens (CIFI), et avec l’appui des Ferrovie dello Stato (FS), la conférence, qui s'est déroulée les 5 et 6 avril avec la participation des plus hautes instances ferroviaires italiennes, portait en sous-titre "Pour l'avenir du trafic ferroviaire marchandises en Italie". Ce thème a été souligné avec insistance par l'ensemble des conférenciers, et conforté par l'orientation fermement affichée du nouveau PDG des FS, celle de mettre un terme au développement de la grande vitesse en promouvant la "Alta Capacità", et celle de porter l'accent sur le transport public local (mobilité du quotidien) d'une part, et sur le report modal d'autre part.

Ainsi, les importants financements programmés pour 2015-2020 (74 Md€) seront répartis entre les corridors TEN-T[1] (45 Md€), le développement du réseau national (17 Md€), la sécurité du réseau (8 Md€) et l'innovation technologique (4 Md€).

Ont été ensuite examinés tour à tour l’avancement des réalisations des différents corridors [Méditerranéen (Lyon-Turin  & Milano-Trieste) ; Scandinavo-Méditerranéen (Autriche-Italie & Napoli-Palermo) ; Rhin-Alpes (Suisse-Genova & Suisse-Malpensa)].

[4 pages, dont 2 cartes]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrConfCifiTorino.jm.2016.04.06y.pdf]

 

[2] Dessertes ferroviaires voyageurs génoises – Compte rendu du Colloque-Table ronde de l’IIC – Gênes le 11 avril

 

Organisée par L'Institut International des Communications (IIC), en collaboration avec CIFI Genova et le Rotary Club de Gênes, et sous le patronage de la Région Ligurie, de la Chambre de Commerce et de la Commune de Gênes, la rencontre s’est tenue le 11 avril 2016 au Palais de la Bourse de Gênes.

Son cadre et son contexte ont été définis par le Président de l'IIC, Fabio Capocaccia, qui a eu recours au qualificatif quelque peu provocateur "d'isolement" pour rappeler le fait que Genova a été tenu à l'écart de la Grande vitesse [alta velocità] qui s'est développée selon un schéma en forme de T dont la barre supérieure relie Turin à Venise et le piètement relie Milan à Rome et au Sud de l'Italie. La ligne à haute performance du Terzo Valico reliant le milanais à la mer, dont la construction est engagée, en constituera certes un appendice Nord-Sud, mais sa vocation sera majoritairement dédiée au corridor fret Rhin-Alpes aboutissant à Gênes.

En l’absence d’autre grand projet à court terme, les réflexions, qui ne mettaient nullement en cause l’intensité et la qualité excellentes des dessertes, ont porté sur les réductions de temps de trajet, entre Gênes et les grandes métropoles italiennes voisines (et aussi Nice), susceptibles d'être réalisées sans autre modification que les importants aménagements d'infrastructures en cours.

Pour un participant non directement concerné, l’intérêt de la rencontre reposait sur l’implication de l’ensemble des acteurs dans une réflexion portant sur la prise en compte de tous les besoins de mobilité à l’échelle la plus vaste, lesquels ont été soulignés par le représentant des associations qui a mis l’accent sur des dérives et des tendances dont il importe de se prémunir

[6 pages, dont 3 cartes et 3 tableaux].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrConvegnoIsolmtFerrGenova.jm.11.04.2016.pdf


[1] Trans-European Transport Network

InfoCirc166

2016.03.16

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 166 [16.03.2016]

Implantation des gares nouvelles "hors-la-ville" et LN-Pca

 

Éditorial  Doit-on encore s’obstiner à créer des gares nouvelles « hors-la-ville » ?

Tandis que les deux administrations ferroviaires réunifiées conviennent enfin des disfonctionnements structurels de la ligne littorale historique [un compte rendu officiel de la rencontre du 3 mars à Nice avec les associations est en attente], que l’on est également dans l’attente du CR du CoTer 06 [qui s’est pourtant tenu le 28 octobre 2015], et que le grand public est encore sans nouvelles de la concertation annoncée pour le début de l’année 2016, les tractations en vue de la réalisation de la "boucle ferroviaire" du "nœud niçois" se poursuivent, ainsi qu’en atteste la vigoureuse réaction de la commune de Mougins à l’encontre des modalités de traversée de son territoire par la ligne nouvelle et de l’implantation de la gare Ouest des Alpes-Maritimes que le maître d’ouvrage promeut sous le label fallacieux « Sophia Antipolis ».

Les problèmes soulevés par l’implantation d’une gare nouvelle « hors-la-ville » ne peuvent pourtant être résolus, ni par "la réalisation d’un échangeur autoroutier", ni par "le redimensionnement de voies existantes", comme l’a revendiqué sans succès le maire de Mougins auprès du maître d’ouvrage, l’ex-RFF. Ils sont inhérents à tout un faisceau de considérations économiques et territoriales clairement exposées dans le Rapport au premier ministre La gare contemporaine de Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, rapport dont le contenu a été vainement plaidé par l’un de ses contributeurs, M. Christian Oudin, lors de l’Atelier Gares du débat public LGV-Paca, débat interrompu fin décembre 2011.   

Au refus, motivé par des considérations purement locales, qu’oppose la municipalité de Mougins, s’ajoute l’interrogation fondamentale de l’un des chantres officiels de la SNCF, Michel Lebœuf, qui dans son ouvrage La grande vitesse ferroviaire [pages 611 & 612], s’étonne de la configuration du "nœud ferroviaire de Nice"… "qui n’est autre qu’une section de LGV Paca sans création de nouvelles voies en amont ou aval de la gare" (sic).

Le temps est donc venu de reconsidérer le projet de ce « nœud niçois » imposé sans débat public suite aux décisions de la Commission Mobilité 21, projet que ses promoteurs étayent par l’implantation d’une gare nouvelle TGV/TER "hors-la-ville" dans le secteur de Sophia Antipolis …bien connu par les encombrements routiers qui le caractérisent.

Le présent InfoCirc vise également à mettre à disposition des lecteurs, d’une part, l’approche méthodologique exemplaire de Mme Fabienne Keller plaidant en faveur des gares en centre-ville [préconisation dont le GIR Maralpin regrette qu’elle n’ait pas été mise en œuvre dans le cadre du véritable nœud ferroviaire de Nice-Ville (Nice-Thiers et Nice CP)], ainsi que, d’autre part, les rares données, obtenues grâce au Bilan LOTI (bien décevant), sur le contre-exemple de la Gare d’Aix-TGV qui s’illustre par les formidables embouteillages qu’elle génère.

Ces questions feront l’objet d’examens plus approfondis encore dans de prochains InfoCirc (jm). 

[1] La réaction salutaire de la Commune de Mougins au projet de gare "hors-la-ville" de Sophia-Antipolis 

Arguant notamment du refus de prise en compte des aménagement routiers nécessaires à faire face aux trafics induits par la création d'une gare nouvelle sur son territoire, la commune de Mougins renouvelle le 25 février 2016 son refus déjà formulé le 15 décembre 2011 dans le cadre du débat public.

Motion contre l’implantation d’une gare Ouest Alpes-Maritimes (OAM) et d’un passage en aérien de la ligne nouvelle sur le territoire de la commune de Mougins

[cf.  http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LnPcaMouginsMotion20160225.pdf]

On se reportera également avec intérêt à la délibération du 15 décembre 2011

Motion sur l'implantation d'une gare LGV sur le territoire de Mougins - Avis défavorable de la commune de Mougins

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaMouginsDelib20111215.pdf]

[2] Le Rapport KELLER [2009] « La gare contemporaine » : une approche méthodologique exemplaire

Par une lettre en date du 29 septembre 2008, le Premier ministre François Fillon, a chargé la Sénatrice du Bas-Rhin, Madame Fabienne Keller, d'une mission "dans le cadre des objectifs prioritaires de la politique du développement durable visant à permettre l'émergence d'une ville durable" sur "le concept de gare contemporaine conçue comme un lieu d'échanges et de complémentarité entre les transports, un lieu de vie et de services, et le centre d'un quartier urbain dense et durable".

La sénatrice Fabienne Keller y a répondu au delà de toute attente et le Rapport qu'elle a produit, en date du 10 mars 2009, constitue une source précieuse d'informations et de recommandations qui s'appliquent tout particulièrement aux territoires de la Région PACA et à ses projets ferroviaires

247 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/RapportKellerGareContemporaine2009.pdf] 

[3] Les gares "hors-la-ville" des Lignes à Grande Vitesse 

SNCF - Bilan LOTI des gares nouvelles de la LGV Méditerranée : Valence TGV, Avignon TGV et Aix-en-Provence TGV

Au défi de la confidentialité que s’arroge l’exploitant ferroviaire en matière de trafics et de bilans financiers, la Loi LOTI impose la communication de certaines de ces données, au moins dans le laps de temps légal. Le bilan dressé dans ce cadre restrictif sur les trois gares "hors-la-ville" de la LGV Méditerranée (Valence TGV, Avignon TGV et Aix-en-Provence TGV) fournit néanmoins quelques indications sur leur financement, leur fonctionnement (trafic) et leurs enjeux.

50 pages ; 26 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvMedGaresBilanLotiSncf2007.pdf

CGEDD - Rapport sur le bilan LOTI des gares nouvelles des LGV Rhône-Alpes et Méditerranée (Valence, Avignon et Aix-en-Provence)

L’analyse qu’en dresse le CGEDD n’est cependant pas non plus à la hauteur de l’attente escomptée d’une procédure définie par la Loi comme devant « analyser et expliquer les écarts entre l’évaluation économique et sociale du projet établie à l’issue de l’enquête publique et formuler les observations réelles après la mise en service de l’infrastructure. Il s’agit également de vérifier le respect des engagements du maître d'ouvrage à l’issue de l’enquête publique.»

5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvMedGaresBilanLotiCgedd.10.07.2008.pdf]

InfoCirc165

2016.03.01

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 165 [01.03.2016]

Hommage à Christian Collet

 

Éditorial Hommage à Christian Collet

Président du GIR à partir du 15 mai 2013, Christian Collet y a assumé un rôle stimulant et décisif jusqu'à ses derniers instants, le 16 décembre 2015.

Sa compagne Christine et deux de ses amis, Bernard Bourgade et Bernard Boyer, qui ont partagé sa vie professionnelle avant qu'il ne rejoigne le GIR Maralpin, se sont appliqués à brosser, dans un brève biographie, quelques traits de la vie privée, de la vie publique et de l'engagement associatif de Christian Collet, qui a bien voulu faire bénéficier le GIR Maralpin et ses partenaires, de son expérience, de ses compétences et de son enthousiasme, au service de l'intérêt public.

Ce modeste hommage s'efforce d'en témoigner [3 photos ; 5 Pages]

Il couronne le Bilan de vingt années d’activités du GIR, bilan auquel une page du site est consacrée

[cf. http://www.gir-maralpin.org/GIR/VieDuGir.htm]

La disparition de Christian Collet ne détourne pas pour autant le GIR Maralpin de ses tâches, le présent InfoCirc en témoigne, avec les travaux qui suivent, ainsi qu’avec la tenue de la Conférence GIR sur les tunnels à Antibes, jeudi 3 mars à 18:00 [cf. 3].

 

[1] Une première réaction et des instructions du Gouvernement suite aux inondations catastrophiques d’octobre 2015

Le GIR Maralpin, qui peu après les catastrophes du 3 octobre 2015, en avait fourni quelques clés de lecture dans un précédent dossier

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/EpisodeOct2015ClesLecture151015.pdf]

s’empresse de porter à connaissance "l’Instruction du Gouvernement du 31 décembre 2015 relative à la prévention des inondations et aux mesures particulières pour l'arc méditerranéen face aux évènements météorologiques extrêmes"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/Gouv31122015PrevInondArcMed.pdf]

Ces instructions se fondent sur les enseignements de cette catastrophe pour édicter des dispositions applicables aux territoires du pourtour méditerranéen,  et notamment la prise en compte des effets du ruissellement dans les documents de prévention [plans de prévention des risques naturels (PPRN)] et d'urbanisme [plans locaux d'urbanisme (PLU)], et dans les programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI).

Elles s’adressent à toutes les Autorités de l’État, et ce, à tous les niveaux pour les faire respecter par toutes les instances.

[NB. Ces instructions ont été portées le 3 février à connaissance d’une délégation du GIR auprès de la Direction Générale de la Prévention des Risques du MEDDE]
 

[2] Les avatars du Tenda Bis - Avec le nouveau tunnel, quel sort sera-t-il réservé aux ouvrages militaires d'intérêt historique ?

Se référant aux sources historiques (archives du génie militaire piémontais), notre ami le Géologue Giorgio Martinotti, qui par ailleurs observe d'un regard critique le projet de doublement du tunnel de Tende [cf. publications GIR précédentes], analyse les conséquences d'une méconnaissance flagrante par les projeteurs, tant de l'existence d'un remarquable ouvrage militaire faisant corps avec l'ancien tunnel... que de la géologie locale.

Soucieux de la préservation de ce patrimoine historique [fossé anti-intrusion et casemates souterraines], l'Auteur renouvelle ses préconisations quant au réexamen de l'ensemble du projet par réalisation d'un seul tunnel à double voie sécurisable par le  tunnel historique dont le caractère patrimonial, renforcé par les ouvrages militaires ainsi révélés, justifie à lui seul le maintien.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendaBisHistoLaGuidaOrig&Trad.2016.02.25z.pdf]

 

[3] RAPPEL Conférence sur les tunnels

À la suite de nos réflexions avec nos partenaires piémontais sur le tunnel routier du Col de Tende [cf. InfoCircs 159 & 163], en écho à la conférence sur les tunnels de la LN-PCA qui s’est tenue à Paris le 15 décembre dernier [cf. InfoCirc 164], et à quelques semaines de la nouvelle concertation publique sur cette même LN-PCA, notre collègue Jean Piraud, expert en travaux souterrains, se propose de nous exposer la problématique des tunnels et de répondre à toutes les questions qui se posent et se poseront à court terme dans les Alpes-Maritimes à ce sujet.

Conférence-débat sur la construction des tunnels : comment limiter les impacts et garantir la sécurité

Jean Piraud, Ingénieur Civil des Ponts et Chaussées

Jean Piraud a consacré l’essentiel de sa carrière à des projets d’ouvrages souterrains : tunnel sous la  Manche, tunnel transalpin Lyon-Turin, métros de Paris et de Lyon, projets de tunnels de la LN/PACA, etc. Il a présidé pendant 10 ans le Comité technique national de l’AFTES (Association Française des Tunnels et de l’Espace Souterrain)

jeudi 3 mars 2016 à Antibes de 18:00 à 20:00

InfoCirc164

2016.02.11

GIR Maralpin - Info.CircʘMaralpines 164 [11.02.2016]

Conférence Tunnels

 

Éditorial Le GIR renoue avec les conférences en organisant le 3 mars à Antibes une conférence sur les Tunnels

 

À la suite de nos réflexions avec nos partenaires piémontais sur le tunnel routier du Col de Tende [cf. InfoCirc 159 & 163], en écho à la conférence sur les tunnels de la LN-PCA qui s’est tenue à Paris le 15 décembre dernier [cf. Compte-rendu ci après], et à quelques semaines de la nouvelle concertation publique sur cette même LN-PCA, notre collègue Jean Piraud, expert en travaux souterrains, se propose de nous exposer la problématique des tunnels et de répondre à toutes les questions qui se posent et se poseront à court terme dans les Alpes-Maritimes à ce sujet.

Conférence-débat sur la construction des tunnels : comment limiter les impacts et garantir la sécurité

Jean Piraud, Ingénieur Civil des Ponts et Chaussées

Jean Piraud a consacré l’essentiel de sa carrière à des projets d’ouvrages souterrains : tunnel sous la  Manche, tunnel transalpin Lyon-Turin, métros de Paris et de Lyon, projets de tunnels de la LN/PACA, etc. Il a présidé pendant 10 ans le Comité technique national de l’AFTES (Association Française des Tunnels et de l’Espace Souterrain)

le Jeudi 3 mars 2016 à Antibes

de 18:00 à 20:00 - Salle des Associations - 2 cours Masséna (marché couvert)

Pourront être examinés tour à tour  (1) Processus et méthodes de construction des tunnels (2) Effets des tunnels sur l’environnement naturel et humain : comment limiter les impacts en cours de chantier et en cours d’exploitation (3) La sécurité à l’intérieur des tunnels en exploitation : comment l’optimiser dans les ouvrages routiers et ferroviaires

 

Cette conférence-débat, suivie d’un repas convivial pour ceux qui le souhaitent, offrira l’occasion d’échanger avec les animateurs du GIR Maralpin sur les questions d’actualité relatives aux transports et à l’aménagement du territoire.

 

[1] Quelques données de SNCF Réseau sur les ouvrages souterrains de la LN-PCA

À l’invitation de l’Association Française des Tunnels et de l’Espace Souterrain (AFTES), et dans le cadre de son assemblée générale à Paris le 15 décembre 2015, Alain Préa, Sncf Réseau, Responsable du pôle Études Techniques,  Mission Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur (LN PCA), a présenté un exposé intitulé : Préparation de la Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur - Franchissement de Marseille en souterrain et liaison en tunnels entre Cannes et Nice soumis à enquête d'utilité publique en 2018  dont nos collègues Claude Brulé et Jean Piraud rendent compte ci-après. On en retiendra pour le moins que le maître d’ouvrage exclut la mixité fret de son projet.

3 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[2] Du plan d’occupation des sols (POS) au plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi)  

Colloque organisé par l’Association des Maires du Var et la Société Française des Urbanistes à Sainte Anastasie (Var), le 3 décembre 2015

Compte rendu (relevé de notes et commentaires) par Frédérique Lorenzi (Aspona) et Jacques Molinari (GIR Maralpin)

Co-organisé comme à l’accoutumée par l’AMF 83 et par la SFU Paca, ce colloque s’adressait, du fait de la technicité des exposés, à un public d’initiés, agents techniques de collectivités locales et architectes-urbanistes. Il avait pour objectif de mettre l’accent sur les dernières actualités de l’urbanisme et de tirer les conséquences des changements règlementaires qui s’appliqueront désormais dans toutes les communes, notamment par les quatre principales lois votées depuis 15 ans : Loi SRU, Grenelle 1 puis 2, et Loi ALUR.

Table des matières

Le cadre du Colloque tel que défini par ses organisateurs - Disparition progressive des plans d’occupation des sols - Suppression des COS et des superficies minimales, densification - Montée en puissance environnementale et Loi ALUR - Impacts de la loi ALUR sur la planification de l'urbanisme - État des lieux - Modalités d’élaboration et contenu des PADD et des PLU - Le projet d'aménagement et de développement durables (PADD) - Vers la généralisation des PLU intercommunaux - Quelques idées et recommandations fortes dégagées de la rencontre - Repenser l’urbanisme - Conclusions

6 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

InfoCirc163

2016.01.14

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 163 [14.01.2016]

Tunnel routier de Tende

 

Éditorial Tunnel routier de Tende ou l’obstination dans l’erreur : le Piémont (mais lui seul) sait qu’on ne verra pas avant longtemps le bout du tunnel !

Ouvert à la circulation en 1882, le tunnel de Tende, le plus grand tunnel routier en son temps, allait être dédoublé, 16 ans plus tard et 220 m plus bas, par un ample tunnel ferroviaire n’assurant pleinement la liaison entre le Piémont et le littoral qu’après achèvement en 1928 de la ligne ferroviaire Cuneo-Nice-Vintimille, détruite pendant la seconde guerre mondiale et reconstruite sans ré-électrification en 1979.

L’indiscutable vétusté croissante de l‘ouvrage routier, qui s’est traduite notamment par un effondrement de voûte en mai 1989, alors pallié par l’établissement de navettes ferroviaires temporaires, a conduit les autorités des deux pays à débattre des dispositions à prendre pour assurer la sécurité du transit routier.

Lors d’une mémorable rencontre, le 27.02.1999 à Cuneo, sous le présidence de la ministre italienne Livia Turco, les deux seuls représentants français se sont obstinément refusés à prendre en considération une motion des élus italiens souhaitant la ré-électrification de la ligne ferroviaire (reconstruite mais non ré-électrifiée) au détriment de nouveaux investissements routiers. Pis encore, sous l’empire du dogme azuréen du "tout automobile", et sans aucun doute dans l’esprit de revanche de l’abandon du projet de tunnel autoroutier du Mercantour, ils ont refusé, au profit du doublement du tunnel, la proposition du Président de l’ANAS, Giuseppe d’Angiolini, de réaliser, aux frais de l’Italie, un retubage de la partie centrale du tunnel devant assurer à la fois son confortement et la réalisation d’une plateforme de sécurisation [cf.MolinariConfRouteRailColTende807s].

Décision ainsi prise, sans considération d’autres options telles que celles préconisées récemment par le GIR Maralpin [cf. TendeBisMemoireInterassocFr.2015.09.05], le projet bi-tubes monodirectionnels, démesuré en regard, tant des besoins que des contraintes environnementales, traîne en longueur pendant que la ligne ferroviaire commence à manifester des signes de fatigue au point que sa desserte a été réduite de onze (11) paires de trains par jour à deux (2). 

Après s’être privés d’une première mesure de sécurisation du tunnel existant, et d’une réflexion approfondie sur les potentialités et les vertus du report modal, les tenants du maxi-routier commencent à éprouver les affres d’un projet irréfléchi, ainsi que le révèlent leurs partenaires plus clairvoyants dans les deux récents articles de presse que nous livrons ci-après à nos lecteurs [jm].

[1] Tenda Bis – Travaux au ralenti – Trop de retard dans la réalisation – Au fond du tunnel, on ne voit pas la lumière

Article de Provincia Oggi paru en décembre 2015

Organe mensuel de Confindustria Cuneo [Organisation représentative des entreprises de la Province de Cuneo], Provincia Oggi fait état des données communiquées par l'ANAS [Société nationale autonome des routes] et dans le cadre du Comité de pilotage où siège Confcommercio Cuneo, pour dresser un état alarmant chiffré de l'avancement des travaux engagés en juin 2015.

L'article, qui exprime les points de vue partagés de Confindustria et de Luca Chiappella, Président de Confcommercio Cuneo, commente les bilans d'avancement dressés six mois après l'ouverture du chantier, lequel, au rythme d'avancement actuel, ne pourrait s'achever avant 2027.

[original et traduction française]

[TendeBisProvinciaOggiOrig&TradDic2015] 

[2] Chantier-escargot, Tenda sera prêt en 2027

Article de La Stampa - Cuneo e Provincia en date du 7 janvier 2016

En écho à l'article paru quelques jours auparavant dans Provincia Oggi [cf. ci-dessus], La Stampa fait état des données avancées par le mensuel de Confindustria et les enrichit des commentaires des Présidents de la Confindustria [Franco Biraghi] et du Confcommercio [Luca Chiapella], ce dernier étant coordonnateur du Comité de pilotage du chantier. La concordance des vues de ces deux autorités consulaires est totale, ces dernières s'accordant tout à la fois sur l'allongement démesuré du chantier et sur les doutes qu'elles ressentent sur la détermination de ceux qui le pilotent.

[original et traduction française]

[TendeBisLaStampaOrig&Trad.2016.01.07]

InfoCirc162

2016.01.05

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 162 [05.01.2016]

Spécial anniversaire - Bilan de vingt années d'activités du GIR Maralpin

 

Les membres du GIR Maralpin éprouvent la grande tristesse de vous faire part du décès le 16.12.2015 de leur Président

Christian Collet

dont les obsèques se sont déroulées à Nice le 23 décembre dernier

Présidant avec enthousiasme et brio aux destinées du GIR Maralpin depuis mai 2013, Christian Collet ne sera pas parvenu à commémorer, avec nous tous, les vingt années d’existence du GIR Maralpin, né il y a vingt ans de l’initiative de l’un de nous et du soutien confiant d’un aréopage de gens de lettres et de sciences, soucieux de contribuer à la mise en abymes de l’aberrant projet Mercantour.

Se réunissant pour la première fois le 14 décembre 1995, à la Faculté de Droit de l'Université de Nice-Sophia Antipolis sous la présidence du professeur Gilles Martin, ils ne tardèrent pas à constituer le Groupe interdisciplinaire de réflexion sur les traversées sud-alpines et l'aménagement du territoire maralpin (GIR Maralpin), "ayant pour vocation de rassembler les enseignants universitaires, chercheurs et experts, français et étrangers, de toutes disciplines, aux fins de contribuer à l'analyse approfondie de la problématique de l'aménagement du territoire, des voies de communication et des transports, ainsi que la protection de l'environnement, dans les zones littorale et maralpine (Alpes de la Méditerranée)", société savante dont les statuts furent déposés à la préfecture des Alpes-Maritimes dès le 6 février 1996. 

C’est au regretté professeur Jean Miège, directeur honoraire de l’Institut Raoul Blanchard, que nous devons notre désignation « maralpine » dont, vingt ans après, commencent à s’emparer nos détracteurs découvrant tardivement l’intérêt, sinon la nécessité, de se dégager d’une conception cloisonnée du territoire.

Mais c’est aussi à la fougue naturaliste de Vincent Kulesza, épaulé par notre regretté premier Président Christian du Saussay, juriste de l’environnement, que nous devons d’avoir échappé au carcan de la technique, et d’avoir embrassé, non pas tous les champs du savoir, mais au moins ceux qu’il nous fallait déchiffrer et défricher pour poser les bonnes questions et y répondre parfois. 

Il est difficile de brosser l’activité du GIR Maralpin au cours des vingt années écoulées, même pour ceux d’entre eux qui les ont toutes et pleinement vécues. Le moyen le plus sûr d’y parvenir serait de se reporter aux jalons que constituent d’une part nos Bulletins - ils ont couvert les huit (8) premières années d'activités du GIR Maralpin et, d’autre part, les Info.Circ qui ont été crées en janvier 1999 aux fins de faire connaître les travaux du GIR plus largement que par les Bulletins diffusés par voie postale.

La création du Site Internet, dont la mise en ligne eut lieu le 15 juin 2003, allait désormais constituer tout à la fois la vitrine et les archives des documents élaborés par le GIR. 

Un survol rapide de tous ces supports, révèle comment et combien le GIR a assumé les tâches qu’il s’était fixées d’emblée. Catalyseur et acteur majeur du combat transfrontalier (et même circum-alpin) contre la percée autoroutière du Mercantour, le GIR s’est impliqué avec un même succès dans la DTA 06, et dans les débats à enjeux régionaux et nationaux tels ceux des projets d’extension du port de Nice, du contournement (auto)routier de Nice, de la liaison (auto)routière Grenoble-Sisteron, de la Politique des transports Vallée du Rhône-Arc Languedocien (qu’il a contribué à ouvrir sur l’Arc Provençal), de la LGV-Paca, de la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan. Hormis ce dernier projet dont il n’a pu infléchir le cours, le GIR est parvenu à faire aboutir ses analyses dans une approche globale et à long terme, dans le cadre il est vrai propice de débats publics dont se sont, depuis, prémunis les tenants de l’aménagement débridé de la Plaine du Var. 

Participer, même activement par des communications invitées, ne suffisait pas. Le GIR a préparé ses propres interventions et celles du public par instauration de groupes de travail, d’ateliers et de conférences, rencontres organisées dans le cadre de l’Université de Nice Sophia Antipolis qui n’a cessé d’accorder sa confiance aux dirigeants du GIR, dont le moindre ne fut pas Éric Gasperini, Vice-président de l’Université et président du GIR de 1999 à 2013, par l’entremise de qui le GIR put formaliser ses relations avec l’Université de Genova et la Région Ligurie, lesquelles valurent au GIR le Prix international de la communication décerné en 2007 par la municipalité de Gênes. 

En ces journées de deuil et de commémorations reconnaissantes, le Bureau et les membres du GIR font appel aux compétences et aux motivations de tous ceux qui souhaitent poursuivre et conforter avec eux les tâches entreprises au cours des vingt années passées. Il en va du devenir de nos territoires des Alpes méditerranéennes dans leur plus large acception (jm).

 

Vingt années d’archives

 

[1] Bulletins  [archives complètes]

Diffusés par voie postale, les Bulletins ont couvert les huit (8) premières années d'activités du GIR Maralpin dont la création remonte au 14 décembre 1995.

[2] Info@Circ Maralpines

Les InfoCirc prennent la relève des Bulletins. Diffusées par messagerie électronique, les Info.Circ-Maralpines ont été créées en janvier 1999 aux fins, d'une part, d'informer les adhérents du GIR Maralpin de manière plus souple que par correspondance, et, d'autre part, de diffuser les travaux du GIR, plus largement que par le Bulletin diffusé par voie postale.

[3] L'accès aux informations chronologiques et aux travaux du GIR

Bien que certains des Bulletins, notamment les derniers d'entre eux, aient été les supports d'études substantielles, ce n'est qu'avec la mise en ligne du Site Internet (en juin 2003) que les travaux du GIR ont pu être rendus directement accessibles.

Les premiers d'entre eux n'y figurant cependant pas, les sources d'information sur leur contenu restent les Bulletins, puis les InfoCirc.

InfoCirc161

2015.11.10

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 161 [10.11.2015]

Spécial Ferroviaire azuréen 

 

Éditorial – Ferroviaire azuréen : beaucoup de bruit …pour rien de (bien) nouveau

 

Alors que l’on ne semble toujours pas avoir dégagé les enseignements des quelques investissements réalisés (réouverture de Cannes-Grasse, troisième voie littorale Antibes-Cagnes), RFF, depuis peu requalifié en SNCF Réseau, vient d’être autorisé par la CNDP à poursuivre sans nouveau débat public la concertation sur le projet LN-PCA interrompue en novembre 2011, il y a quatre ans. Le maître d’ouvrage persiste à imposer à la Côte d’Azur un lambeau de la ligne à très grande vitesse Nice-Paris que les co-financeurs niçois amorçaient à l’Aéroport Nice Côte d’Azur et continuent à s’en satisfaire.

Sans attendre la consultation devant être mise en place au début de l’année 2016 [de fin février à fin juin], et sur les modalités desquelles on reviendra, les quatre associations invitées à s’exprimer le 28 octobre 2015 dans le cadre du Comité territorial des Alpes-Maritimes (COTER 06), l’ont fait avec clarté et force sous la forme d’une déclaration conjointe [cf. 1.].

Dans l’intervalle, tenu à l’écart de l’étude Mandelieu-Vintimille [à laquelle AAR, ADEV et GIR avaient conjointement demandé en janvier 2013 (il y a presque deux ans) au préfet des Alpes-Maritimes d’être associées], le GIR Maralpin a porté son attention sur la laborieuse finalisation de la première moitié de la 3ème voie littorale où la question des nuisances sonores avait été soulevée par des associations riveraines. Bien lui en a pris, la question du bruit ferroviaire se révélant incontournable, notamment dans la perspective des projets futurs, mais du fait surtout de la mise en évidence, à travers cette étude, du sous-emploi de cette 3ème voie, sous-emploi que laissait pressentir une étude antérieure du GIR.

L’ensemble de ces requêtes et des questions soulevées devra être attentivement examiné lors de la nouvelle concertation annoncée.

 

[1] COTER 06 de la LN-Pca – Déclaration conjointe des quatre associations membres

Les quatre associations membres du COTER 06 [Amis du Rail Azuréen, FNAUT, GADSECA et GIR Maralpin], représentantes du milieu associatif depuis l’ouverture du débat public sur la LGV-PACA (juillet 2006) [devenue LN-PCA en septembre 2013], ont, lors du Comité territorial du 28 octobre 2015, présenté une déclaration conjointe demandant, d’une part, la reprise des groupes de travail transversaux "gares" et "fret" dont la poursuite avait été interrompue en novembre 2011 et, d’autre part, l’instauration de deux groupes de travail départementaux portant respectivement sur les fonctionnalités et les impacts environnementaux.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaCoter06DeclarationAssoc27102015.pdf]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLnPcaNoeud06.htm]

 

[2] La prise en compte du bruit ferroviaire – Deux cas d’école à Antibes et à Villeneuve-Loubet

La prise en compte du bruit ferroviaire et la réalisation corrélative d’écrans acoustiques continuent d’animer la phase terminale de la première section de troisième voie littorale dont l’achèvement a été suspendu sine die par le projet LN-PCA.

L’étude du GIR porte certes sur les deux cas d’école mentionnés où les bénéficiaires des protections sonores que leur octroie la législation s’y opposent ou les négocient, mais elle fait aussi apparaître, à travers les données révélées par les dossiers techniques, les discordances entre les objectifs de trafic annoncés lors du lancement du projet et les résultats obtenus depuis sa mise en service.

Outre ses enseignements et ces constats, cette étude sur la prise en compte du bruit ferroviaire sera d’une grande utilité pour préparer les citoyens et leurs associations représentatives à appréhender les contraintes d’insertion qui ne manqueront pas de se manifester dès la mise en oeuvre des nouveaux projets ferroviaires, dont la LN-PCA.

A. Le bruit, le bruit ferroviaire et la législation – B. La prise en compte prévisionnelle du bruit ferroviaire entre Antibes et Nice – C. La protection des riverains de la troisième voie ferrée à Antibes – D. La protection contre le bruit de la troisième voie ferrée à Villeneuuve-Loubet – E. Questionnements sur les données de trafic et d’exploitation – Bibliographie et références [25 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

InfoCirc160

2015.10.15

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 160 [15.10.2015]

Spécial Inondations azuréennes du 3 octobre

Éditorial – De quoi et à qui se plaindre ?

[1] Les inondations azuréennes catastrophiques du 3 octobre 2015 - Quelques clés de lecture – Dossier

[2] Vallées et vallons « arrière-cours » de la bande littorale [rappel de de l’InfoCirc 156]

 

Éditorial. – De quoi et à qui se plaindre ?

Les précipitations qui se sont tout récemment abattues sur une partie littorale du département des Alpes-Maritimes n’ont d’égale que celle avec laquelle certains ont maudit le ciel. Pourtant ce dernier n’a eu de cesse de gronder sur ce territoire où l’on se moque de la nature et où l’on croit pouvoir la malmener jusqu’à plus soif de terres, d’espaces et de profits. Ce sont pourtant moins de 200 mm de pluie (et non pas les 400 mm de Fréjus et de Nîmes naguère) qui auront suffi à mettre en cause l’aménagement d’un territoire où ses gestionnaires n’ont pas fait grand cas des recommandations des experts et des autorités de l’État sous lesquelles a été pourtant élaborée une bien timide DTA 06, que personne néanmoins ne respecte. C’est le récent audit du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) qui vient de l’affirmer en mettant en cause la gestion des Autorités locales et aussi le comportement de certains citoyens.

Les clés de lecture que nous livrons à nos lecteurs sont édifiantes et précieuses. Elles ouvrent sur des trésors d’analyses et de réflexions dont il faut s’emparer pour se dégager du gâchis où est englué ce territoire, et pour jeter les bases de sa résurrection qui ne sera plus occultée par des incantations mensongères mais qui sera fondée sur des données objectives et reposera sur la participation de tous les citoyens (jm).

[1] Les inondations azuréennes catastrophiques du 3 octobre 2015 - Quelques clés de lecture – Dossier

Les éléments d'information (PPRN, PPRI, DTA 06, son bilan 10 ans, Audit CGEDD, examen d’évènements locaux) collationnés dans le présent dossier sont destinés à éclairer sur les processus à partir desquels un évènement météorologique, somme toute assez courant,  peut entrainer de nombreuses pertes de vies humaines et des désordres de grande ampleur dans une des plus riches régions du littoral méditerranéen.

Le rappel du contexte hydrométéorologique méditerranéen établit que l'épisode, certes intense, ne présente nullement un "caractère exceptionnel" au sens de la rareté. En revanche, le rappel des stratégies nationales et régionales en matière de gestion des eaux et des risques d'inondation, ainsi que l'analyse de l'évolution du territoire à travers les recommandations de la DTA 06 et de son suivi, établissent clairement les charges qui pèsent sur les aménageurs des Alpes-Maritimes, soulignées dans le constat dressé par le CGEDD dans son récent audit sur les risques [dossier arrêté le 12 octobre 2015].

27 pages

[cf. EpisodeOct2015ClesLecture151015] 

[2] Sur un thème connexe : Vallées et vallons, "arrière-cours" de la bande littorale – Enquêtes [Rappel de l’InfoCirc 156]

À la veille de la clôture (le 18 juin 2015) de la consultation du public sur le SDAGE Rhône-Méditerranée, le GIR Maralpin et ses partenaires du GTIC ne peuvent que déplorer la piètre contribution de l’EPA Plaine du Var à la gestion et l’aménagement du bassin inférieur du Var, espace de 15 000 ha sur lequel cette institution se targue, depuis plus de cinq années, de « promouvoir l’éco-exemplarité » (sic).

Bien au contraire, cette vallée dont l’aquifère assume l’alimentation en eau d’une grande partie de la population littorale, n’a cessé d’être en proie à un mésusage spéculatif, au risque de compromettre l’exploitation de la ressource, et au détriment des derniers vestiges de l’activité agricole.

Mais la prise en considération des préceptes qui régissent l’élaboration des Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion de l'Eau (SDAGE) et de leurs déclinaisons locales (les SAGE), ne doit pas se restreindre aux seuls bassins qui font l’objet, comme celui du Var, de déclarations d’intentions aussi péremptoires que  fallacieuses. Ces préceptes devraient s’appliquer, aussi et sans faille, à tous ces cours d’eau qui, à l’image du Var, constituent chacun « l’arrière-cour » d’une façade littorale qui s’y débarrasse sans vergogne de ses « encombrants », sans en évaluer les moindres conséquences quant aux risques hydrologiques, environnementaux et sanitaires majeurs qu’ils font peser sur les villes elles-mêmes et même sur leur milieu marin.

Afin d’appeler l’attention sur l’état de délabrement du réseau hydrographique littoral, le GIR Maralpin et son partenaire local l’ASPONA (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et environs), se sont livrés à une courte enquête sur l’un des cinq fleuves côtiers du bassin mentonnais. Une telle enquête pourrait à elle seule suffire à soulever une indignation que l’inventaire naturaliste de notre collègue Joss Deffarges légitime sur le plan scientifique.

Le GIR Maralpin et l’ASPONA, qui n’ont pas manqué de porter cet exemple à connaissance des instances supérieures en charge de la protection des ressources naturelles et de l’environnement, espèrent ainsi susciter par leur démarche, l’émulation des autres associations et des citoyens pour que, de proche en proche, l’ensemble des enjeux et des ressources des cours d’eau littoraux, et notamment le bassin inférieur du Fleuve Var, soit inventorié en vue d’une prompte et décisive remise en état (jm).

Regards sur l’un des fleuves côtiers des Alpes-Maritimes - La basse vallée du Borrigo [Communes de Sainte-Agnès et de Menton]

Diaporama 28 planches ; 18 Mo

[cf. EnvMentonValBorrigo.2015.05]

Biodiversité des Vallons de Borrigo (Ravin de Cabrolles) et de Pescaïre à Menton et Ste. Agnès

2 pages ; 2 Mo

[cf. BioDivMentonBorrigo.2015]

InfoCirc159

2015.09.08

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 159 [08.09.2015]

Éditorial. – Spécial Col de Tende : Croiser enfin le Fer avec la Route !

[1] Relance de la réflexion sur la problématique routière du Col de Tende : modifier le projet !

[2] Retour sur la genèse : 1996 Mercantour et Tende : même combat !

[3] Rétrospective interventions Col de Tende

[4] Rétrospective études ferroviaires sur les percées alpines

 

Éditorial. – Spécial Col de Tende : Croiser enfin le FER avec la Route !

 

À l’heure où les gouvernements de nos deux pays et les deux administrations ferroviaires ne parviennent encore pas à assurer le financement de la remise en état de la ligne Cuneo-Ventimiglia, les mêmes gouvernements et leurs administrations routières s’engagent au Col de Tende dans des travaux routiers d’un coût démesuré, d’une durée incertaine, de conception archaïque et dont les conséquences à long terme sur l’avenir de nos vallées seraient désastreuses.

Le Colloque sur le devenir des lignes ferroviaires du Col de Tende, qu’associations et élus organisent à Breil les 12 et 13 septembre prochain, offrira une occasion de plus pour conjuguer les efforts de tous pour que soient enfin instaurée, comme l’exigent la Convention Alpine et d’autres engagements internationaux, une stratégie raisonnable et respectueuse de l’environnement en matière de déplacements et de report modal.

Le GIR Maralpin y apporte sa contribution avec ce numéro spécial consacré, d’une part, à sa remise en question, en collaboration avec ses partenaires de longue date piémontais et ligures, des solutions techniques retenues par la CIG pour le tunnel routier, et, d’autre part, au rappel des études qu’il a conduites depuis sa création il y a près de vingt ans sur la problématique rail/route des traversées sud-alpines.

 

[1] Relance de la réflexion sur la problématique routière du Col de Tende : modifier le projet !

 

Dans un mémoire, adressé le 1er septembre aux Autorités italiennes en charge du tunnel routier, trois fédérations piémontaises et ligures ainsi que le GIR Maralpin remettent en question les solutions techniques retenues par la CIG Franco-Italienne

Ce document, élaboré par un groupe d’experts s’appuyant sur les dossiers techniques du projet, ainsi que sur l’ensemble de la documentation relative à la problématique de Tende et des percées routières alpines, prône la modification du projet par renoncement au double tunnel, l’adoption d’un tunnel unique bidirectionnel, et l’abandon du réalésage du tunnel historique pouvant être dévolu en l’état à la sécurisation et aux mobilités douces.

Ce contre-projet, qui réduirait la durée des travaux et allègerait les coûts de réalisation, ne requiert qu’une modification minime des caractéristiques de l’ouvrage amorcé ; mais il serait surtout en cohérence avec l’opposition des populations à l’accroissement du trafic poids lourds au Col de Tende.

(a) Mémoire sur la réalisation du nouveau tunnel routier de Tende et la problématique du Col de Tende à l'attention de l'ANAS Piemonte, de la Province de Cuneo et de son Préfet

Adressé à leurs Autorités respectives le 1er septembre 2015 par Legambiente (Circulo di Cuneo & Piemonte e Val d'Aosta), Pro Natura (Cuneo & Piemonte), Italia Nostra (Direzione Regionale Liguria & Sezione Imperia e Intemelia) et GIR Maralpin (7 pages)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendeBisMemoireInterassocFr.2015.09.01.pdf]

(b) "Le Tende bis doit être à double sens" Article de La Stampa Cuneo du 2 septembre 2015

Original italien et traduction française (3 pages)

 [cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/TendeBisLaStampaArt.2015.09.02.pdf]

[2] Retour sur la genèse : 1996 Mercantour et Tende : même combat !

 

La problématique du Col de Tende (Route et Fer) ne peut être dissociée de celle du projet de percée autoroutière du Mercantour. Le GIR Maralpin ressort de ses cartons (à l’époque la numérisation n’était que balbutiante) sa plus ancienne étude : elle dressait un état de la situation, à la fin de l’été 1996 (il y a près de 20 ans), du Projet que le GIR et ses partenaires de France, d’Italie et d’organisations internationales (CIPRA, ITE notamment) n’ont pas peu contribué à faire capoter.

On y découvrira que l’affaire du Col de Tende, n’est qu’un remugle de ce projet aberrant, pour en convenir qu’il en reste encore le vestige.

Le Projet Mercantour (Situation à la fin de l’été 1996)

Dossier réalisé à l’attention de CIPRA-France par Jacques Molinari (GIR Maralpin) – Étude arrêtée au 28.08.1996 – (28 pages) [cf. http://www.gir-maralpin.org/publications/TdPubCipraMercantour1996.pdf]

[3] Rétrospective interventions Col de Tende 1999-2008

Dix années d'études, de démarches et de plaidoiries contre un projet récusant la Convention Alpine

 

2008.11.15Appel d’associations italiennes et françaises en faveur de la complémentarité de la route et du rail au Col de Tende

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionColTendeRouteRail811.pdf]

2008.07.05 - Le devenir des franchissements alpins du Col de Tende - L'indispensable complémentarité de la Route et du Rail pour une maîtrise du transit, une amélioration des dessertes et la promotion d'un tourisme durable

[cf. http://www.gir-maralpin.org/confnvxdossiers/MolinariConfRouteRailColTende807s.pdf]

2007.01.19 - Transports, déplacements et territoires alpins - Les engagements internationaux de la France lui permettront-ils longtemps encore de traiter des transports et des déplacements alpins hors du champ de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme ?

[cf. MolinariConfAruSfuOacaMtGenevre701s ]

2005.03.05 - Motion CAF/CAI demandant réexamen des projets d'infrastructure au Col de Tende dans le sens des recommandations de la Convention alpine

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionTravSudAlpCafCaiFrIt503.pdf]

2001.11.10 - Du Gothard à la Méditerranée - La mise en accusation des tunnels routiers, puis des poids lourds, conduira-t-elle enfin chez nous aux solutions ferroviaires ?

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/ArtGothardMediterranee101.pdf]

2001.02.09 - Les lignes ferroviaires du Col de Tende instruments d'une stratégie cohérente pour la maîtrise des flux de transit alpins est-ouest

[cf. TdFerTendeLivreBlancTorino102] 

1999.12.30 - Pour un simple retubage du tunnel routier de Tende et la valorisation de la ligne ferroviaire

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionTunlRoutTende912.pdf]

1999.02.22 - Motion du Syndicat intercommunal pour le développement économique local transfrontalier (SIDELT) relative à la valorisation des liaisons ferroviaires transfrontalières en Vallée de la Roya (Lignes ferroviaires du Col de Tende)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionFerTendeSidelt902.pdf]

 

[3] Rétrospective études ferroviaires sur les percées alpines

 

Transport combiné et infrastructures ferroviaires - La problématique française - Perspectives et stratégies

J. Molinari - Club Alpino Italiano - Commissione Interregionale Tutela Ambiante Montano Piemontese Valdostana

15° Corso-Seminario Regionale per Operatori Tutela Ambiante Montana - 10-11 maggio 1977 - Saint Oyen (Aosta) - 39 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerTranspCombine1S.pdf

Transport combiné et infrastructures ferroviaires - Compléments 1 - Terminologie - Chargements - Gabarits - Institutions

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Avril 1999 - 35 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerTransptCombine2S.pdf

Éléments de mécanique ferroviaire - Relations entre paramètres de voie, sécurité et vitesses de circulation

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Juillet 1999 - 22 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerElemMecaFerrovS.pdf

Le chemin de fer du Lötschberg (BLS) - Une référence et un modèle de ligne ferroviaire alpine

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Décembre 1997 - 23 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerLoetschberg.pdf

Caractéristiques d'infrastructures comparées des percées ferroviaires alpines franco-italiennes

A - Rappels sur les principaux critères de performance d'une ligne ferroviaire - Application aux lignes ferroviaires alpines

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Septembre 1999 - 22 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerCritPerfLignesAlpinesS.pdf]

Caractéristiques d'infrastructures comparées des percées ferroviaires alpines franco-italiennes

B - Contraintes constructives (génie civil & infrastructures lourdes) régissant les circulations sur la ligne de Modane

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Décembre 1999 - 28 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerCaractConstructModane.pdf]

Caractéristiques d'infrastructures comparées des percées ferroviaires alpines franco-italiennes

C - Contraintes constructives (génie civil & infrastructures lourdes) régissant les circulations sur les lignes de Tende

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Avril 2000 - 70 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerContraintConstructTende.pdf]

Données sur les infrastructures ferroviaires liguro-provençales - Dossier d'enquête

A - La problématique

B - Ferrovie dello Stato (FS) - Les infrastructures existantes du secteur liguro-piémontais et leur amélioration [Enquête GIR]

C - SNCF - Amélioration des infrastructures existantes [Enquête GIR]

[cf. J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Août 1997 - 26 pages

http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerInfrasLigurieProvence1.pdf]

Données sur les infrastructures ferroviaires ligures - Compléments

A - Les liaisons ferroviaires entre le bassin portuaire de Genova et l'Italie du Nord

B - Mise à double voie de la ligne littorale ligure

J. Molinari - GIR Maralpin - Cahier du Livre Blanc - Avril 2001 - 29 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/FerInfrasLigurieComplt2.pdf] 

InfoCirc158

2015.08.25

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 158 [25.08.2015]

Éditorial. - Laissez faire et laissez passer ?

[1] Pour une nouvelle ingénierie – Élus et citoyens au cœur de la fabrique urbaine – Compte rendu d’une conférence-débat de Jean-Yves Chapuis

[2] Circulations motorisées et nuisances sonores – Note à l’attention du Parc National du Mercantour

 

Éditorial. - Laissez faire et laissez passer ?

Afin que la maxime de Vincent de Gournay, "Laissez faire, laissez passer", pratiquée par les tenants azuréens du libéralisme économique, ne prévale pas insolemment, des cimes du Mercantour aux rivages méditerranéens, le GIR Maralpin soumet à ses lecteurs deux de ses récentes analyses, l’une sur le point de vue d’un aménageur d’audience nationale, où l’on trouvera une autre manière d’aménager des berges que celles du Var par l’EPA, et, l’autre, sur les dispositions à adopter pour préserver des nuisances routières le dernier grand secteur sauvegardé des Alpes-Maritimes.

Le GIR Maralpin fait, à l’occasion, appel à ceux de ses lecteurs que ces enjeux préoccupent pour qu’ils viennent renforcer ses rangs et contribuent - avec lui - à faire connaître les savoir-faire exemplaires et élaborer des propositions qui préservent la nature et ménagent le devenir des générations futures (jm).

 

[1] Pour une nouvelle ingénierie – Élus et citoyens au cœur de la fabrique urbaine

Compte rendu par Claude Brulé d’une conférence-débat de Jean-Yves Chapuis, enseignant à l’École nationale supérieure de Paris Val-de-Seine, organisée à Paris le 31 mars 2015, par la COFHUAT dans les locaux de l’AFSA.

Présentation du Conférencier par la Cofhuat - Une nouvelle ingénierie - Élus et citoyens au cœur de la fabrique urbaine - Quelques opérations visitées par J.-Y. Chapuis pour illustrer ses propos - Les participants à la conférence-débat - 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertTravauxAutres.htm]

 

[2] Circulations motorisées et nuisances sonores - Note à l'attention du Parc National du Mercantour sur l'intérêt et la justification de mesures de réduction de vitesse de circulation à la traversée du Parc

Administrateur du Parc National du Mercantour au titre du Conseil National de Protection de la Nature, Jacques Molinari, Secrétaire scientifique du GIR Maralpin, appelle l'attention de la Direction du Parc sur l'importance des nuisances sonores générées par le trafic routier du réseau traversant et/ou desservant le territoire du Parc National du Mercantour, la gêne qu'elles occasionnent aux visiteurs, et leur incidence sur la tranquillité de la faune aviaire et terrestre.

À cette fin, sont examinés quelques éléments d'information susceptibles de conduire à des prises de décision relatives à la mise en œuvre de mesures portant sur la réduction des vitesses de circulation – 9 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/EddInterventions.htm]

InfoCirc157

2015.06.30

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 157 [30.06.2015]  

[1] OIN Plaine du Var – Retrait conditionnel du GTIC de la "concertation"

[2] SDAGE Rhône-Méditerranée – Avis du GIR sur les spécificités du Sous-secteur Est "Mercantour-Riviera"

 

[1] OIN Plaine du Var  Retrait conditionnel du GTIC de la "concertation"

Les six organismes constitués en Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) [UD CFDT 06 – UD CGT 06 – FNE 06 – GADSECA – GIR Maralpin - Région Verte] suspendent leur participation au Comité permanent de concertation (CPC) et subordonnent leur retour à la nomination d’un Garant à désigner par la CNDP

 

Après six mois de suspension (10 juillet 2014 - 14 janvier 2015) l’EPA a repris, cette fois à marches forcées, le cours capricieux de la concertation sur l’aménagement de la Plaine du Var en réunissant le CPC, à deux reprises en un mois d’intervalle, mais en lui dissimulant le contenu du Projet stratégique devant être avalisé par son Conseil d’administration (CA) du 30 mars.

L’apprenant, le GTIC a réagi sans délai en organisant, le jour même de ce CA, une conférence de presse portant à connaissance du public l’ensemble de leurs démarches effectuées auprès du Président de l’EPA, du Préfet des Alpes-Maritimes et de la Ministre de l’Environnement, les deux dernières déplorant la manière dont s’est déroulée la concertation depuis sa mise en place deux années auparavant, et annonçant leur résolution de subordonner désormais leur participation à la nomination d’un Garant de la concertation à désigner par la Commission nationale du débat public (CNDP).

Cette décision a été clairement réaffirmée, le 17 juin à l’ouverture de la 7ème réunion du CPC, par une déclaration liminaire, suivie du retrait immédiat de l'ensemble des représentants des six organisations membres du GTIC.

Conférence de presse du GTIC du 30 mars – Dossier [31 pages - 8 Mo]

(1) Lettre du GTIC à la ministre Ségolène Royal (16 avril 2015) - (2) Déclaration commune du GTIC à l'attention des représentants de l'État (29 mars 2015) - (3) Lettre d'envoi de la déclaration commune du GTIC au Préfet des Alpes-Maritimes (29 mars 2015) - (4) Démocratie participative - Déclaration de Christian Leyrit, Président de la CNDP (mars 2015) - (5) Instructions en date du 4 septembre 2014 de Sylvia Pinel, Ministre du logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité, à M. Christian Tordo, Président de l'EPA - (6) Instructions en date du 5 mars 2013 de Cécile Duflot, Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, à Xavier Hemeury, Directeur général de l'EPA - (7) Rappel des activités du GTIC durant l'intersession R3-R4 [17 avril - 8 juillet 2014] - 1tat de la situation au bout d'une année d'existence du CPC - (8) Déclaration publique commune du GTIC en date du 27.06.2014 - (9) Déclaration commune du GTIC en préambule de la 4ème réunion du CPC (10 juillet 2014) - (10) Éco-vallée : les associatifs imposent leur propre débat - Nice Matin 4 juillet 2014 - (11) Planche EPA - Carte des projets de l'EPA et des instances partenaires (PSO - Livret de concertation) - (12) Planche EPA - Carte des projets d'aménagement engagés ou prévus hors maîtrise d'ouvrage de l'EPA - (13) GTIC - Tableau Inventaire des opérations en projet ou en cours de réalisation sur le périmètre de l'OIN  Plaine du Var (15 août 2014) - (14) Manifeste diffusé le 6 août 2014 par un collectif associatif à l'occasion de la réunion orgnisée par l'EPA à Colomars le 27 août 2014

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCpcGticDossierPresse.2015.04.22.pdf]

Les archives du Comité permanent de concertation [1. Mise en place – 2. CR des réunions]

(1) La mise en place du CPC – (2) Comptes rendus des 7 premières réunions du CPC – Retrait de la délégation du CPC à l’ouverture de la 7ème réunion

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpc.htm]

Les travaux du GTIC [1. Travaux du GTIC – 2. Interventions du GTIC]

[1] La plaine du Var, le GIR Maralpin et l'OIN – Éphéméride - Fiche 1 Développement économique (hors agriculture) - Fiche 2.  Problématique de l’eau - Fiche 3.  Urbanisme - Fiche 4.  Aménagement du territoire et infrastructures de transport - Fiche 5.  Agriculture - Fiche 6.  Environnement - Fiche 7.  OIN Plaine du Var et EPA – Mémento - Fiche 9.  PSO Diagnostic ; Quelques commentaires - Tableau inventaire des opérations en projet ou en cours de réalisation dans le périmètre de l'OIN Éco-Vallée Plaine du Var - août 2014 - Avis du GTIC sur le bilan de 10 ans de mise en œuvre de la DTA des Alpes-Maritimes.

[2] Interventions du GTIC ; annonces, déclarations et courriers

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpcGtic.htm]

 

[2] SDAGE Rhône-Méditerranée – Avis du GIR sur les spécificités du Sous-secteur Est "Mercantour-Riviera" [Territoire 21 "Côtiers Alpins Est"]

 

L’avis, qui porte sur le projet 2016-2021, ne prétend pas couvrir l’ensemble de la problématique du Bassin Rhône Méditerranée. Il vise à appeler l’attention sur l’un de ses sous-ensemble, celui du secteur maralpin sud-est(Mercantour-Riviera) [Territoire 21 "Côtiers Alpins Est"] dont les spécificités présentent un caractère d’autant plus exceptionnel qu’elles englobent un espace triplement transfrontalier particulier puisqu’il enserre un état tiers vis-à-vis de l’Union européenne, la Principauté de Monaco.

1. Du mésusage des ressources en eau - 2. Préserver les aquifères et améliorer le niveau de connaissances - 3. Préserver les têtes de bassins versants - 4. Les fleuves côtiers en situation critique, toutes problématiques confondues - 5. Associer plus étroitement encore la gestion des eaux et les risques - 6. La gestion des eaux ne peut se cantonner à une approche parcellaire et doit faire partie intégrante d'une stratégie, à la fois rétrospective et prospective, d'aménagement du territoire - 7. Une nécessaire gestion transfrontalière

5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/SdageRm2016AvisGir.2015.06.18.pdf]

InfoCirc156

2015.06.03

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 156 [03.06.2015]

ÉDITORIAL Vallées et vallons, arrière-cours de la bande littorale

 

ÉDITORIAL – Vallées et vallons, "arrière-cours" de la bande littorale

 

À la veille de la clôture (le 18 juin 2015) de la consultation du public sur le SDAGE Rhône-Méditerranée, le GIR Maralpin et ses partenaires du GTIC ne peuvent que déplorer la piètre contribution de l’EPA Plaine du Var à la gestion et l’aménagement du bassin inférieur du Var, espace de 15 000 ha sur lequel cette institution se targue, depuis plus de cinq années, de « promouvoir l’éco-exemplarité » (sic).

Bien au contraire, cette vallée dont l’aquifère assume l’alimentation en eau d’une grande partie de la population littorale, n’a cessé d’être en proie à un mésusage spéculatif, au risque de compromettre l’exploitation de la ressource, et au détriment des derniers vestiges de l’activité agricole.

Mais la prise en considération des préceptes qui régissent l’élaboration des Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion de l'Eau (SDAGE) et de leurs déclinaisons locales (les SAGE), ne doit pas se restreindre aux seuls bassins qui font l’objet, comme celui du Var, de déclarations d’intentions aussi péremptoires que  fallacieuses. Ces préceptes devraient s’appliquer, aussi et sans faille, à tous ces cours d’eau qui, à l’image du Var, constituent chacun « l’arrière-cour » d’une façade littorale qui s’y débarrasse sans vergogne de ses « encombrants », sans en évaluer les moindres conséquences quant aux risques hydrologiques, environnementaux et sanitaires majeurs qu’ils font peser sur les villes elles-mêmes et même sur leur milieu marin.

Afin d’appeler l’attention sur l’état de délabrement du réseau hydrographique littoral, le GIR Maralpin et son partenaire local l’ASPONA (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin, Menton et environs), se sont livrés à une courte enquête sur l’un des cinq fleuves côtiers du bassin mentonnais. Une telle enquête pourrait à elle seule suffire à soulever une indignation que l’inventaire naturaliste de notre collègue Joss Deffarges légitime sur le plan scientifique.

Le GIR Maralpin et l’ASPONA, qui n’ont pas manqué de porter cet exemple à connaissance des instances supérieures en charge de la protection des ressources naturelles et de l’environnement, espèrent ainsi susciter par leur démarche, l’émulation des autres associations et des citoyens pour que, de proche en proche, l’ensemble des enjeux et des ressources des cours d’eau littoraux, et notamment le bassin inférieur du Fleuve Var, soit inventorié en vue d’une prompte et décisive remise en état (jm).

 

[1] Regards sur l’un des fleuves côtiers des Alpes-Maritimes - La basse vallée du Borrigo [Communes de Sainte-Agnès et de Menton]

Enquête conduite de mars à mai 2015 par l’ASPONA (Association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune-Cap-Martin Menton et environs), [agréée au niveau départemental 06] et le GIR Maralpin [agréé au niveau régional PACA, Membre du Comité Régional Biodiversité PACA]

L’enquête dont il est ici rendu compte ne prétend pas à l’exhaustivité. Elle s’assortit d’ailleurs d’une autre étude intitulée « Biodiversité des Vallons de Borrigo (Ravins de Cabrolles et de Pescaïre) » réalisée par notre collègue naturaliste Joss Deffarges [cf. 2].

Le présent diaporama met surtout l’accent sur des anomalies d’aménagement flagrantes qui offensent, tant le paysage que la nature, de l’un des fleuves côtiers les plus remarquables de l’Est des Alpes-Maritimes. La plupart des illustrations est renseignée en référence aux extraits de planches cadastrales et aux indications de propriété recueillies auprès des Services de la Ville de Menton.

Le document s’adresse certes aux Services des communes concernées mais surtout aux Services de l’État en charge de la protection de l’environnement, de la gestion des eaux, de l’assainissement et de l’urbanisme. La démarche de nos deux associations s’inscrit également au titre de leur participation à la consultation en cours sur l’adoption du SDAGE régional.

Outre l’aspect environnemental de leur démarche, nos deux associations appellent l’attention de la population et des élus sur l’urgente nécessité de préserver le patrimoine environnemental et culturel de nos vallons obscurs où les activités horticoles et fruitières (citronniers et oliviers) ont été supplantées sans ménagement par l’implantation désordonnée, et indiscutablement incontrôlée, d’entrepôts, sinon de décharges, qui font peser une menace potentielle sur l’ensemble de la vallée et plus particulièrement en sa partie basse densément urbanisée.

Les enquêteurs tiennent également à signaler les difficultés, sinon les risques, qu’ils ont eu à surmonter pour parcourir une vallée densément mitée et  encombrée de sites industriels, uniquement desservie par une route tortueuse, étroite à trafic intense, dépourvue de trottoirs, vallée désormais privée par la spéculation foncière (révélée par le cadastre) des chemins et sentiers qui la desservaient, sentiers qu’une politique touristique bien comprise devrait conduire à restaurer dans le cadre des directives relatives à la protection des paysages et à la sauvegarde de l’environnement.

Diaporama 28 planches ; 18 Mo

[cf. EnvMentonValBorrigo.2015.05]

 

[2] Biodiversité des Vallons de Borrigo (Ravin de Cabrolles) et de Pescaïre à Menton et Ste. Agnès

 

Ces vallons urbains ou périurbains ont un bassin versant intéressant, puisque leurs sources sont situées à plus de 800 m d’altitude et seulement à 3 km de la mer. Les inventaires faunistiques peuvent donc se révéler surprenants, mêlant des espèces alpestres et maritimes. On note toutefois que les parties aval sont assez stériles (sauf pour les espèces cavernicoles), étant en zone urbaine, leurs cours d’eau sont entièrement recouverts par le béton et suivent d’ailleurs pour la plupart la voirie.

Inventaire, par Joss Deffarges, d’espèces protégées et remarquables

2 pages ; 2 Mo

[cf. BioDivMentonBorrigo.2015]

InfoCirc155

2015.04.21

GIR Maralpin - Info.Circ@Maralpines 155 [21.04.2015]

ÉDITORIAL - La Démocratie participative et le Dialogue environnemental s’imposeront-ils aussi dans notre secteur ?

(1) OIN Plaine du Var - Le GTIC refuse de se prêter désormais à une concertation qui serait dépourvue de Garant - (2) Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur (LN-Pca) : un nouveau débat public s'impose

 
 

ÉDITORIAL - La Démocratie participative et le Dialogue environnemental s’imposeront-ils aussi dans notre secteur ?

 

Annoncé par le Président de la République lors de sa 3ème Conférence environnementale qui s’est déroulée du 27 au 28 novembre 2014 à Paris, "le grand chantier pour approfondir la démocratie participative dans l’élaboration des projets" a pris forme avec la mise en place, le 20 février 2015 par la Ministre Ségolène Royal, d’une Commission spécialisée sur la démocratisation du dialogue environnemental, dont la mise en œuvre se traduira par des propositions adoptées le 4 mars dernier par la Commission nationale du débat public (CNDP), propositions dont le président Christian Leyrit a commenté les grandes lignes et l’esprit à la délégation du GIR qu’il a reçue le 24 mars.

Les décisions de la CNDP visent notamment à faciliter la saisine du débat public et "à s’assurer de la cohérence globale des projets en débat (éviter qu’une infrastructure et sa desserte de transport soient débattues séparément, par exemple), s’assurer du continuum de participation entre le débat public et l’enquête d’utilité publique, et développer des expertises indépendantes".

[cf. http://www.armadiyo.com/mailings/cndp/cndp-lettre-info-mars-2015.html]

Ces décisions répondent en tous points aux attentes du GIR qui avait, au nom du GTIC, soumis en juin 2014 à Christian Leyrit le cas de la Plaine du Var et exprimé la demande d’un Garant à laquelle le Préfet des Alpes-Maritimes n’avait pas cru devoir apporter son soutien (cf. [1]).

Elles semblent même faire clairement écho aux observations du GIR exprimées le 24 mars 2015 auprès du Président Leyrit au sujet du déroulement de la concertation sur la Ligne nouvelle Provence Côte d’Azur (LN-Pca) (cf. [2]).

C’est donc sous les meilleurs augures et dans des conditions plus acceptables que devraient pouvoir reprendre les concertations sur l’OIN Plaine du Var et la LN-Pca qui font, l'une et l'autre, l’objet des communications ci-après (jm).

 

[1] OIN Plaine du Var : le GTIC refuse de se prêter désormais à une concertation dépourvue de Garant

 

(a) 2015.03.29 - Déclaration commune du GTIC à l'attention des représentants de l'État

Constatant que les documents produits à ce jour par l'EPA, comme les actions déjà lancées par ce dernier, ne prennent suffisamment en considération, ni les objectifs de la DTA 06, opposables aux administrations dans la vallée du Var (concernant, notamment, le maintien de l’agriculture périurbaine), ni les recommandations de la récente mission d'audit du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) sur les risques, ni celles – fondamentales - des orientations stratégiques de l'État, à savoir les prises en compte des effets globaux et cumulés et, d’autre part, de l’élargissement de l’échelle d’approche.

Apprenant de surcroit, qu’une réunion du Conseil d’Administration de l’EPA, fixée au 30 mars 2015, avait pour objet d’adopter le PSO dans son entièreté, sans que les membres du GTIC n’aient été saisis d’aucune information préalable sur sa dernière partie, le Programme Prévisionnel d’Aménagement. Or, non seulement, ce Programme ne correspond qu’en partie aux orientations stratégiques du PSO, mais il ne mentionne pas moins de 13 opérations nouvelles, inconnues du GTIC à ce jour.

Le GTIC est conduit à :

(1) dénoncer ce qui s’avère n’être qu’une parodie de concertation,

(2) refuser d'être dorénavant associé à une concertation qui resterait strictement dépourvue de sens et de portée, sans le contrôle et les validations d'un garant à faire désigner par la Commission nationale du débat public (CNDP), dont le président a récemment assuré à une délégation du GTIC qu'il suffisait à Monsieur le préfet des Alpes-Maritimes d'en demander la désignation.

 

(b) Communication des décisions du GTIC à M. le Préfet des Alpes-Maritimes

Lettre du 29 mars 2015 à M. Adolphe Colrat, Préfet 06, avec Déclaration commune en pièce jointe

[cf. EpaCpcGtic.CD.2015.03.29.PrefetLettre&Pj.pdf]

Copies en ont été adressées la même jour à Mme Anne-France Didier (Directrice de la DREAL Paca), à M. Nicolas Naville (Chef du Bureau du GOU), et à M. Philippe Matheron (Commissariat à l'égalité des territoire)

 

[2] Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur (LN-Pca) : un nouveau débat public s'impose

 

(a) Audience du Président de la CNDP

à la veille de lancement de la 2ème phase des études du projet, le GIR a été reçu par M. Christian Leyrit, président de la Commission nationale du débat public (CNDP) suite aux regrets qu'il lui a exprimés sur la manière dont la concertation s’était déroulée, puis suspendue, au cours des dernières années et sur ses souhaits de reprise sur des bases constructives.

[cf. Demande d'audience in (abc – Annexe)]

Ces requêtes ne pouvaient avoir de meilleur écho auprès du nouveau Garant [M. Philippe Quèvremont], présent à l'entretien, que l'annonce des décisions de la CNDP (cf. [1]).

(b) Rencontre avec nos partenaires de la phase initiale du Projet

À l'occasion de la réunion du Collège des acteurs, des représentants de quelques partenaires de la phase initiale du Projet [AGAM, Cluster Paca Logistique, MPM, SFU] ont rencontré, le 8 avril à Marseille, la délégation du GIR pour échanger sur les propositions à formuler sur les suites à donner à la concertation.

Les participants sont convenus de s'associer à la demande formulée par le GIR auprès du Président de la CNDP et à l'attention du nouveau Garant [cf. (a)], demande qu'ils se sont déclarés prêts à partager.

(c) Réunion RFF du Collège des acteurs [Marseille 8 avril 2015]

À l’issue de la présentation du "Bilan de la consultation sur la zone de première priorité (ZPP)" [priorité 1 du projet] par Jean-Michel Cherrier, Directeur territorial adjoint SNCF Réseau, de nombreux participants ont exprimé leur déconvenue, sinon leur irritation, quant aux lacunes et aux anomalies de la concertation. En soulignant la faible implication des élus et du public qu'ils attribuent aux modalités de la concertation, certains d'entre eux ont demandé l'ouverture d'un débat public abordant en cohérence l'ensemble de la problématique d'un projet que RFF qualifie pourtant de "Grand projet ferroviaire Sud Europe Méditerranée".

(abc) Compte-rendu détaillé

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/LnPcaSituation.2015.04.08.pdf]

InfoCirc154

2015.03.07

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 154 [07.03.2015]

ÉDITORIAL - L'État lanceur d'alertes en PACA et dans les Alpes-Maritimes

(1) Audience de la Directrice régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL Paca) - Compte-rendu

(2) Observations du GIR sur le projet de révision du SAGE de la nappe et de la basse vallée du Var

 

ÉDITORIAL - L'État lanceur d'alertes en PACA et dans les Alpes-Maritimes

 

Dans notre Bulletin précédent, après avoir rappelé les circonstances de la constitution d'un Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) au sein du Comité permanent de concertation (CPC) de l'OIN Plaine du Var, nous avons fait état de sa position sur le Projet Nice Méridia, exprimée dans le cadre d'une consultation publique, à partir des Avis de l'Autorité environnementale (DREAL Paca) et du Rapport d'Audit du CGEDD sur les risques naturels et industriels, sans lesquels il ne lui eut pas été possible d'étayer, sinon de fonder, des observations pertinentes.

Le décryptage, la mise en examen, sinon la mise en pièces, de projets engageant l'avenir à long terme de notre territoire, présentés souvent sous la forme massive de dossiers d'enquête publique, ne seraient pas à la portée des citoyens ou des associations, fussent-elles fédérées comme c'est le cas avec le GTIC, sans l'éclairage que leur apportent les organismes de l'État qui se révèlent de fait des "lanceurs d'alerte", pour autant que leurs messages soient largement portés à connaissance puis exploités.

À ce titre, et en complément du Bulletin précédent, nous présentons ci-après [1] le compte rendu de l'audience accordée au GTIC par la Directrice de la DREAL Paca, compte rendu qui éclaire sur les positions et orientations à venir des Services régionaux de l'État, ainsi qu'un avis du GIR sur le projet de révision du SAGE Var [2], lequel devrait en toute rigueur s'inscrire dans le SDAGE actuellement soumis à enquête publique avant d'entrer en vigueur en 2016.

Le GIR Maralpin rappelle à ces occasions l'attention qui doit être apportée aux recommandations de l'État et à la prise en considération de ses instructions (cc, jm)

 

[1] Audience de la Directrice régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL Paca) - Compte-rendu

Compte-rendu de l'audience accordée, le 17 décembre 2014 à Marseille, à une délégation du Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) du Comité permanent de concertation (CPC) de l'OIN Plaine du Var.

Relevé de notes prises en séance, soumis à la relecture de la Dreal Paca et obligeamment corrigé et complété par ses soins.

Principales questions abordées

Orientations stratégiques de l'État - Concertation et PSO (Projet stratégique opérationnel) de l'OIN - Gare multimodale de Nice St Augustin & problématique ferroviaire - Mobilité [Schéma régional de l'intermodalité & mobilité dans les espaces métropolitains] - Risques inondation [PAPI, TRI, PGRI (consultation publique en cours), future SLGRI] - PPRI Basse vallée du Var et chantier de Cap 3000 - Protection naturaliste.

5 pages - 0,3 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/GticAudienceDrealCr.2014.12.17.RevDreal.pdf]

 

[2] Observations du GIR sur le projet de révision du SAGE de la nappe et de la basse vallée du Var

La révision du SAGE (soumise à enquête publique de 19 janvier au 20 février 2015), semble antinomique avec celle du SDAGE 2016-2021 (en cours de consultation publique du 19 décembre 2014 au 18 juin 2015), auquel le SAGE sera pourtant assujetti.

Se référant à la Fiche 2 Problématique de l’eau produite par le GTIC, ainsi qu'à l'avis de l'Autorité environnementale, le GIR déplore l'insuffisance des recherches à conduire sur la connaissance du milieu. Regrettant la non prise en compte des recommandations de la DTA 06 quant aux mesures à prendre en matière d'épuration, le GIR préconise la réalisation d'un schéma directeur d'assainissement de la Plaine du Var.

3 pages - 0,14 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/EddInterventions.htm]

N.B. L'ensemble du dossier d'enquête publique SAGE Var est en ligne sur le site en page Gestion des eaux Paca

InfoCirc153

2015.02.11

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 153 [11.02.2015]

ÉDITORIAL - Nice Méridia : le retour de l'État ?

(1) Audit CGEDD de la mise en œuvre de la prévention des risques naturels et technologiques - Région PACA

(2) Avis de l'Autorité environnementale sur le dossier de réalisation de la ZAC "Nice Méridia"

(3) Analyse par le GTIC du Dossier de réalisation de la ZAC Nice Méridia

 

ÉDITORIAL - Nice Méridia : le retour de l'État ?

 

Lancé en 2007 par Christian Estrosi, maire de Nice, alors Ministre délégué à l'aménagement du territoire, esquissé par son Conseiller technique d'alors Thierry Bahougne, qui en fut le "préfigurateur", le projet d'aménagement de la Plaine du Var a été promptement porté en mars 2008 au rang d'Opération d'intérêt national (OIN) assortie en juillet 2008 d'un Établissement public d'aménagement (EPA).

Cette opération pompeusement baptisée d'emblée "Éco-Vallée" n'a cessé de bénéficier depuis de commentaires élogieux de la presse locale, au défi du scepticisme d'une partie du public.

La décision en mars 2013 de la ministre Cécile Duflot d'instaurer une concertation n'a pas eu la forme du débat public qu'aurait souhaité l'ensemble du milieu associatif, mais a au moins abouti fin 2014 à la mise en place d'un Comité permanent de concertation dont six des partenaires ont constitué un Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC), lequel s'applique à y exprimer des analyses et propositions s'inscrivant dans une réflexion à plus long terme que celle de l'EPA et des Autorités locales.

Des quatre projets figurant au programme de l'EPA, celui de Nice Méridia est le premier à faire l'objet de procédures formelles d'instruction où la part dévolue à la concertation est restreinte à la formulation d'observations. Pour s'y employer, le GTIC a heureusement pu accéder, en temps utile, aux Avis de l'Autorité environnementale (DREAL Paca) [cf. 1] et au Rapport d'Audit du CGEDD sur les risques naturels et industriels [cf. 2], sans lesquels il ne lui eut pas été possible d'étayer, sinon de fonder, des observations pertinentes [cf. 3].

Le présent InfoCirc appelle donc l'attention de ses lecteurs sur ces deux Documents publics qui expriment sans détours la position de l'État - position à laquelle ne peut qu'adhérer le GTIC - sur certains agissements des autorités locales présidant au devenir de la Plaine du Var.

Le GIR Maralpin souligne à cette occasion le rôle que doit jouer l'État pour une application stricte des textes, notamment en matière de risques.(cc, jm)

 

[1] Audit CGEDD de la mise en œuvre de la prévention des risques naturels et technologiques -Région PACA

Commandité le 23 mai 2013 par la Direction générale de prévention des risques (DGPR) du Ministère de l'écologie du développement durable et de l'énergie (MEDDE), l'Audit a fait l'objet du Rapport CGEDD n° 008890-06 daté d'Août 2014.

Ce rapport examine successivement l'état de la situation, la stratégie de l'État, les moyens à disposition, les outils, la planification, les actions de prévention de crise, et dresse un état exhaustif de la mise en œuvre de la prévention des risques naturels et technologiques sous ses différentes facettes, nationales, zonales (bassin et/ou massif), régionales et départementales des six départements de la Région (04, 05, 06, 13, 83 et 84).

Nombre des recommandations et suggestions qu'il formule mettent en cause les autorités locales dans certains aménagements du fleuve et de la Plaine du Var.

273 pages - 8,4 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/CgeddAuditRntPaca2014.pdf]

 

[2] Avis de l'Autorité environnementale sur le dossier de réalisation de la ZAC "Nice Méridia"

La Direction générale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) PACA a formulé le 2 octobre 2014 son avis sur l'évaluation environnementale réalisée par l'EPA sur son projet de Nice Méridia. Cet avis exprime nombre de critiques relatives à l'insuffisante prise en compte dans le projet de certains enjeux environnementaux, et notamment ceux des effets cumulés, observations reprises à son compte par le GTIC [cf. 3 ci-dessous].

19 pages - 0,8 Mo

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/NiceMeridiaAvisAutEnvrnt20141002.pdf]

 

[3] Analyse par le GTIC du Dossier de réalisation de la ZAC Nice Méridia

Dans le cadre de la mise à disposition du public de l'étude d'impact de la ZAC Nice Méridia, le Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) du Comité Permanent de Concertation de l'OIN Plaine du Var [UD CFDT 06 ; UD CGT 06 ; FNE 06 ; GADSECA ; GIR Maralpin ; Région Verte], se référant à l'Audit du CGEDD [cf. 1] et à l'Avis de l'Autorité environnementale [cf. 2], a formulé ses propres observations.

Ces dernières rappellent les dispositions et considérations à prendre en compte dans le projet, expriment une série d'avis sur l'étude d'impact et concluent sur la médiocrité du projet et sa sous-estimation des effets cumulés et des risques.

GTIC - 04.02.2015 - 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/GticNiceMeridiaDossRealAvis20150204.pdf]

InfoCirc152

2015.01.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 152 [20.01.2015]

Spécial Second tunnel routier de Tende

ÉDITORIAL - Le second tunnel routier de Tende : un projet aberrant et pervers

(1) Tende bis : au 19ème siècle, ils mirent deux fois moins de temps !

(2) Le nouveau tunnel du Col de Tende : cela aurait été mieux 100 mètres plus bas !

(3) 1999-2015 : seize années d'études, de démarches et de plaidoiries contre un projet récusant la Convention Alpine

 

ÉDITORIAL - Le second tunnel routier de Tende : Un projet aberrant et pervers

Appelant notre attention sur ses articles récemment publiés dans la presse piémontaise sur le chantier routier du Col de Tende, le Prof. G. Martinotti, expert géologue qui partage les analyses du GIR Maralpin, a bien voulu que nous en fassions largement connaître la teneur, ce dont nous nous empressons par le présent Info.Circ consacré au doublement du tunnel routier de Tende (appelé "Tenda Bis" par nos voisins piémontais). Ce projet, qui est une survivance anachronique du défunt "projet Mercantour", a été imposé le 27 février 1999, sur l'injonction de deux représentants azuréens, aux élus et populations des deux versants, qui, souscrivant aux recommandations de la Convention alpine, fondaient pourtant leurs espoirs sur la valorisation de la ligne ferroviaire et le report modal de la route vers le rail [on sait malheureusement ce qu'il en advient aujourd'hui avec les menaces qui pèsent sur le devenir de la ligne Cuneo-Vintimille et la détérioration de l'exploitation de la ligne littorale qui en constitue l'assise]

Aux deux articles du Prof. Martinotti sur le contexte et le chantier en cours, nous adjoignons un bref récapitulatif du rôle joué dans ces enjeux par le GIR Maralpin et ses partenaires des deux versants des Alpes.

 

[1] Tende - Au dix-neuvième siècle, ils mirent deux fois moins de temps !

Pour doubler le Tunnel routier de Tende, 7 ans sont prévus ; Pour le premier, il n'en fallut que 4, sans technologie et dans des roches mal sondées !

Le géologue Giorgio Martinotti a comparé temps et moyens engagés pour la réalisation des percées transalpines les plus significatives du siècle passé et du présent Tende Bis.

Rappels sur l'histoire des tunnels transalpins - Rappels sur les difficultés rencontrées lors des percements des tunnels de Tende : routier (1878-1882) et ferroviaire (1890-1898).

Les travaux actuels - Causes techniques et non techniques de leur lenteur annoncée : géologie du site ; législation.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MartinottiTendaBisHistoFrStampaSept2014.pdf]

 

[2] Le nouveau tunnel du Col de Tende : ça aurait été mieux 100 m plus bas !

De cette manière on évitait de traverser les sables aquifères !

À l'occasion d'une visite sur les lieux, le géologue Giorgio Martinotti déplore, à la lumière des premières difficultés rencontrées sur le chantier, tout à la fois son implantation et sa nature.

Quelques aspects des chantiers - Le drainage nécessaire de sables aquifères, évitables à une cote inférieure plus favorable au transit - Inutilité coûteuse d'un bitube, la sécurisation pouvant être assurée par le tunnel existant.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MartinottiTendaBisChantierFrStampaNov2014.pdf]

 

[3] 1999-2015 : Seize années d'études, de démarches et de plaidoiries contre un projet récusant la Convention Alpine

 

2008.10.30 - Appel d'associations italiennes et françaises en faveur de la complémentarité de la route et du rail au Col de Tende

Se référant aux conventions internationales ainsi qu'aux recommandations nationales françaises et italiennes, quatorze organisations de Ligurie et de Provence se prononcent pour la remise en cause des orientations prises depuis une vingtaine d'années en faveur du doublement du tunnel routier du Col de Tende, et font appel aux élus et populations des deux vallées concernées (Roya et Vermenagna) pour engager une réflexion sur l'évidente et indispensable complémentarité de la Route et du Rail dont la ligne internationale du Col de Tende présente des potentialités insuffisamment mises en valeur [cf. GIR - Cahiers techniques ferroviaires] 30 octobre 2008

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionColTendeRouteRail811.pdf]

 

2008.07.05 - Le devenir des franchissements alpins du Col de Tende - L'indispensable complémenta-rité de la Route et du Rail pour une maîtrise du transit, une amélioration des dessertes et la promotion d'un tourisme durable

Conférence-débat animée par Jacques Molinari, Secrétaire scientifique du GIR Maralpin, organisée en partenariat avec le GIR Maralpin et Roya Expansion Nature dans le cadre des "Conférences de La Brigue" et à l'invitation du Maire de La Brigue

Diaporama de la conférence (41 planches ; 5,6 Mo)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/confnvxdossiers/MolinariConfRouteRailColTende807s.pdf]

 

2007.01.19 - Transports, déplacements et territoires alpins - Les engagements internationaux de la France lui permettront-ils longtemps encore de traiter des transports et des déplacements alpins hors du champ de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme ?

Communication de Jacques Molinari au Colloque de l'Association Régionale des Urbanistes PACA [Société Française des Urbanistes] "100 ans d'urbanisme en montagne - Entre aménagement et protection pour un développement durable"

Montgenèvre - Vendredi 19 janvier 2007  [cf. MolinariConfAruSfuOacaMtGenevre701s ]

 

2005.03.05 - Motion CAF/CAI demandant réexamen des projets d'infrastructure au Col de Tende dans le sens des recommandations de la Convention alpine

Les clubs alpins régionaux et/ou provinciaux de Ligurie, des Alpes du Soleil(Piémont) et de Nice-Alpes-Maritimes, émus par le projet de doublement du tunnel routier de Tende, se sont rencontrés à l'initiative du Club Alpin de Nice et avec le soutien du GIR Maralpin le 5 mars 2005 à Nice, pour examiner le devenir des traversées sud-alpines à la lumière de la Convention Alpine et ont adopté en présence et avec la participation du Professeur Annibale SALSA, président national du CAI, une motion demandant l'abandon du projet, la simple mise en conformité du tunnel routier et la réélectrification de la ligne ferroviaire (entre Vintimille et Limone-Piemonte).[en français et en italien]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionTravSudAlpCafCaiFrIt503.pdf]

 

2001.11.10 - Du Gothard à la Méditerranée - La mise en accusation des tunnels routiers, puis des poids lourds, conduira-t-elle enfin chez nous aux solutions ferroviaires ?

Article de J. Molinari paru dans le "Patriote Côte d'Azur" du 10.11 au 16.11.2001

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/ArtGothardMediterranee101.pdf]

 

2001.02.09 - Les lignes ferroviaires du Col de Tende instruments d'une stratégie cohérente pour la maîtrise des flux de transit alpins est-ouest - Introduction au Livre Blanc sur la valorisation de la ligne et de ses affluents

Il valico ferroviario di Tenda elemento indispensabile di una stratégia coerente per il governo dei flussi di transito alpini est-ouest - Introduzione al Libro Bianco sulla valorizzazione della linea ferroviaria e delle linee convergenti

Présentation de Jacques Molinari

Convegno "Cuneo-Nizza : una ferrovia da riscoprire per il trasporto delle merci"

GIR Maralpin - Pro Natura Cuneo - Torino - 9 febbraio 2001

[cf. TdFerTendeLivreBlancTorino102] 

 

1999.12.30 - Pour un simple retubage du tunnel routier de Tende et la valorisation de la ligne ferroviaire

Six associations maralpines (4 françaises et 2 italiennes), s'appuyant sur les recommandations du Rapport Brossier (mai 1998) et les propositions formulées à Cuneo le 27 février 1999 par le Président de l'ANAS (Direction italienne des Routes) adressent le 30 décembre 1999 aux ministres français, Dominique Voynet et Jean-Claude Gayssot une requête en ce sens

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionTunlRoutTende912.pdf]

 

1999.02.22 - Motion du Syndicat intercommunal pour le développement économique local transfrontalier (SIDELT) relative à la valorisation des liaisons ferroviaires transfrontalières en Vallée de la Roya (Lignes ferroviaires du Col de Tende)

En sa séance du 22 février 1999, sous la présidence de M. Jean-Claude Guibal, député-maire de Menton, le Syndicat intercommunal regroupant l'ensemble des communes de l'Est du département des Alpes-Maritimes (et notamment toutes celles des vallées de la Bevéra et de la Roya), réaffirmant leur engagement commun "pour la mise à niveau technique des liaisons ferrées de la vallée de la Roya pour assurer le transport des voyageurs et du fret" a adopté une motion demandant d'engager des travaux de valorisation, tant sur la ligne Vintimille-Breil-Limone (Piemonte) que sur la ligne Nice-Sospel-Breil, réaffirmant leur engagement commun "pour la mise à niveau technique des liaisons ferrées de la vallée de la Roya pour assurer le transport des voyageurs et du fret" a adopté une motion demandant d'engager des travaux de valorisation, tant sur la ligne Vintimille-Breil-Limone (Piemonte) que sur la ligne Nice-Sospel-Breil.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/MotionFerTendeSidelt902.pdf]

InfoCirc151

2015.01.08

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 151 [08.01.2015]

ÉDITORIAL - Alpes-Maritimes : le mal des transports

(1) Transports dans les Alpes-Maritimes ou les effets pervers de l'OIN (2) Le pilotage de l'EPA par l'État : la note de cadrage de la ministre Sylvia Pinel

 

ÉDITORIAL - Alpes-Maritimes : le mal des transports

 

Les Alpes-Maritimes n'auront connu pire chaos ferroviaire que celui qui s'instaure depuis peu - et pour longtemps - avec tout à la fois une catastrophe évitée de peu à Tende [une autre, tragique celle-là, eut lieu naguère à St. Dalmas], le dépérissement annoncé de la ligne Vintimille-Breil-Cuneo, le report aux calendes du toilettage de Cannes-Grasse et l'abandon du cadencement sur Cannes-Vintimille au prétexte de libérer des sillons pour un exploitant privé. Pendant ce temps, le transit international poids-lourds perdure au mépris des risques pour la population, de la dégradation des chaussées et de la redevance liée aux prestations, tandis que la consommation de l'espace, le désordre urbanistique et la dégénérescence du rail génèrent de nouveaux flux automobiles.

À ces récessions et ces reculades face aux enjeux auxquels devraient faire face les tenants d'une ambition métropolitaine, le GIR ne peut que rappeler ses analyses et propositions en la matière [1] et invoquer les préconisations de l'État [2], objet les unes et les autres du présent InfoCirc [jm].

 

[1] Transports dans les Alpes-Maritimes ou les effets pervers de l'opération OIN

En réponse aux questions posées au GIR Maralpin par le Patriote Côte d'Azur consacrant un dossier sur l'Opération d'intérêt national (OIN) Plaine du Var :

1°) Quelle est votre vision de l'aménagement de cette Plaine du Var ?

2°) Le déplacement dans ce département est un problème rarement abordé par les différents administrateurs de l'OIN ; quel projet portez-vous à ce sujet ?

son secrétaire scientifique, Jacques Molinari, a abordé la question de l'OIN à travers le problème des transports dans le département

Version originale GIR Maralpin - 29.10.2013 - 8 pages ; 2 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLnPcaNoeud06.htm]

 

[2] Le pilotage de l'EPA par l'État - La note de cadrage de la ministre Sylvia Pinel

Sous la référence 14014346D, la ministre du Logement, de l'Égalité des territoires et de la Ruralité, a adressé le 4 septembre 2014 à Monsieur Christian Tordo, Président de l'EPA de la Plaine du Var, une note de cadrage définissant le cadre et les orientations stratégiques de l'État à prendre en considération par le Conseil d'administration de l'EPA pour l'élaboration de son Projet stratégique opérationnel (PSO)

Note de cadrage de la Ministre portant sur l'élaboration du Projet stratégique et opérationnel (PSO) de l'EPA

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCadrageMinistrePinel.2014.09.04.pdf]

Présentation et brève analyse de la lettre de cadrage par Cl. Brulé

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCadrageMinPinelAnalyseClBrule1412.pdf]

InfoCirc150

2014.11.14

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 150 [14.11.2014]

ÉDITORIAL - Plaine du Var - La concertation : de l'esquive à l'imposture

(1) L'institutionnalisation du débat public en France (2) DTA 06 - Bilan de 10 ans de mise en oeuvre (3) Évaluation environnementale de Plans et Programmes - Une campagne d'information initiée par la DREAL-Paca (4) Composition du Comité régional Biodiversité

 

ÉDITORIAL - Plaine du Var - La concertation : de l'esquive à l'imposture

 

Dans sa directive en date du 5 mars 2013, la ministre Cécile Duflot enjoignait la direction de l'EPA de "construire (le projet) avec les autres acteurs de l'aménagement et du développement durable agissant sur son territoire dont (elle) devra rechercher l'adhésion et pour lesquels elle doit également constituer un cadre cohérent, porteur d'une vision d'ensemble, vertueuse et partagée".

Il n'aura fallu à l'EPA pas moins de quatre (4) mois pour mettre en place un Comité permanent de concertation (CPC), quatre (4) autres mois pour organiser sa première réunion, et cinq (5) autres mois encore pour aborder un premier thème de réflexion "l'attractivité (de la Plaine du Var ?)" dont on conviendra de l'intérêt dérisoire face aux enjeux.

C'est le 2 juillet seulement, soit un an après l'instruction de la Ministre, que l'EPA engageait la concertation par un "Atelier-citoyen" (sic) suivi, dans le désordre, avec précipitation et en pleine période estivale, de deux autres, ainsi que de quatre Groupes de travail du CPC dont l'EPA s'est empressé de tirer lui-même les conclusions sans attendre l'avis de participants.

Dès le 21 octobre, le Directeur général de l'EPA annonçait la fin de la récréation aux membres du CPC, en leur indiquant qu'ils ne seraient plus réunis qu'en janvier 2015 pour se voir alors "présenter un bilan de la concertation" (sic).

Bouclée en moins de quatre mois sous la diligence de prestataires de service et de complices empressés, l'opération conduite par l'EPA, opération que le Préfet des Alpes-Maritimes n'a pas jugé bon de crédibiliser par l'entremise d'un garant de la CNDP, ne peut être qualifiée de concertation.

Néanmoins, le Groupe de Travail Inter-Collège, qui réunit six (6) organisations membres du CPC, poursuit le travail de réflexion et d'analyse qu'il a engagé depuis la création du CPC. Ce travail, qui s'appuie sur les instructions de l'État et s'y réfère, s'adresse tout à la fois aux Administrations centrales qui régissent l'OIN et l'EPA ainsi qu'aux citoyens de Alpes-Maritimes, lesquels, tout au long des 10 ans écoulés depuis l'adoption de la DTA, ont été tenus à l'écart des grandes décisions sur leur devenir [chc, jm].

 

[1] Une publication universitaire de référence - L'institutionnalisation du débat public en France : communication et régulation

 

Quelques années après les grands débats publics (Port de Nice, Contournement de Nice, LGV-Paca) où s'est pertinemment et utilement impliquée la société civile azuréenne, la consultation du public, que la ministre Cécile Duflot a imposée (à défaut de débat public) aux Autorités en charge de l'aménagement de la Plaine du Var, est loin d'avoir débouché sur une véritable concertation.

Il apparait utile à tous les acteurs et parties prenantes de ce vaste territoire, qu'ils soient représentés ou non au sein du Comité permanent de Concertation instauré à la demande de l'État, de se référer aux normes qui régissent la concertation ainsi qu'aux enseignements qui découlent de sa pratique.

La publication "L'institutionnalisation du débat public en France : communication et régulation" que son auteure Sylvie Bresson Gillet, chercheur à l'Université de Nice, nous autorise à diffuser, analyse les difficultés à surmonter pour promouvoir le dialogue et la participation des citoyens à la discussion de la chose publique et les moyens d'aboutir.

Nul doute que l'on puisse enfin y parvenir dans le cas de l'aménagement de la Plaine du Var, même hors du cadre institutionnel du Débat public, à condition de s'inspirer au plus vite des usages et des enseignements de ce dernier.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertTravauxAutres.htm]

 

[2] DTA des Alpes-Maritimes - Bilan de 10 ans de mise en oeuvre

 

L'application des dispositions prévues par la DDE 06 en 2007-2008 pour le suivi-évaluation de la DTA 06 a conduit le Préfet à soumettre aux acteurs du Département le bilan dressé par ses Services de la DDTM.

Les instructions du Préfet des Alpes-Maritimes

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/Dta10ansPrefet06CA.2014.09.09.pdf]

Bilan de 10 ans de mise en œuvre de la DTA des Alpes-Maritimes [septembre 2014]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/Dta10ansSyntheseV3.pdf]

Les 20 questions évaluatives

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/Dta10ansQuestionsEvaluatives20Fiches.pdf]

NB. Les avis sur ce Bilan devront parvenir à la Préfecture avant le 28 novembre 2014

 

[3] Évaluation environnementale des Plans et Programmes - Une campagne d'information initiée par la DREAL Paca

 

La Préfecture et la DREAL Paca ont procédé conjointement le 1er septembre 2014 à la diffusion d'informations actualisées relatives à l'évaluation environnementale des plans et programmes et notamment des documents d'urbanisme, auprès de leurs partenaires institutionnels ainsi que, notamment, des associations agréées au niveau régional PACA, dont le GIR Maralpin. Les destinataires de ces informations étant engagés à les diffuser à l'ensemble des personnes concernées, le GIR Maralpin s'est employé à les mettre à disposition sur son site

Évaluation des incidences des plans et programmes sur l'environnement [EIPPE]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/DrealEeppEippe2014.pdf]

Porté à connaissance (PAC) pour l'évaluation environnementale des documents d'urbanisme

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/DrealEeppPacEvalEnvirtDocUrbaFevr2011.pdf]

Évaluation Environnementale des Plans et Programmes (EEPP) - Le Cadrage Préalable

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/DrealEeppCadrPrealableCeteOct2009.pdf]

 

[4] Composition du Comité Régional Biodiversité

 

Le GIR en est membre au titre du 4ème Collège

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Environnement&DD/EddCrbPacaSrceConsultInvit1309.pdf]

InfoCirc149

2014.09.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 149 [20.09.2014]

Spécial Plaine du Var suite (1) Urbanisme et pouvoir local sur le Côte d'Azur - Une étude universitaire rétrospective (2) État des lieux ? La société civile en a dressé un premier inventaire (3) L'aménagement de la Plaine du Var et la Concertation

 

Éditorial - Plaine du Var (suite) - Une déconcertante concertation

 

Depuis notre dernier Bulletin [Info.Circ 148 du 05.07.2014], c'est à marches forcées que l'Établissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine du Var, après avoir temporisé près d'une année, s'efforce - dans la précipitation - de faire avaliser par l'État l'abracadabrantesque "Éco-Vallée" à laquelle il ne manquerait plus qu'un label de concertation [cf. 3. L'aménagement de la Plaine du Var et la Concertation].

Les moyens pour extorquer un consentement du public, moyens déployés par l'EPA, tant au sein du Comité permanent de concertation (CPC), que sur le terrain sous la bannière "d'Ateliers Citoyens", ont piteusement échoué.

Le désintérêt progressif de la plus grande part des 40 membres du CPC, qui croyaient savoir que rien ne s'y déciderait, a favorisé l'expression des six d'entre eux [UD CFDT 06, UD CGT 06, FNE 06, Gadseca, GIR Maralpin & Région Verte] qui se sont constitués en Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC), lequel ne se satisfait nullement du rôle de "faire valoir" que lui prêterait volontiers l'EPA, et s'attribue de fait celui de porte-parole des objectifs et des intérêts de l'État.

Le mouvement associatif s'est, pour sa part, investi dans la révélation des projets "occultes" dont le nombre dépasse celui des projets "officiels" de l'EPA [cf. 2. Tableau des opérations en projet et/ou en cours], dans la mise en pièces de ces derniers, et dans le refus de s'impliquer dans des consultations-prétextes.

Le cours de ces évènements et la substance des débats et des interventions sont régulièrement mis en ligne sur le Site du GIR auquel on renvoie les lecteurs.

Le GIR Maralpin appelle cependant leur attention sur l'intérêt de situer l'ensemble des débats en cours dans leur contexte spatial et temporel le plus large, comme l'ont clairement exprimé d'ailleurs ses interlocuteurs du CGET (ex-DATAR). C'est la raison pour laquelle il a jugé fort utile de soumettre à leur réflexion l'étude rétrospective de Pauline Guichard [cf. 1.] qui les éclairera sur la manière selon laquelle la Côte d'Azur a été traitée et risque de l'être encore si l'on n'y porte un coup d'arrêt (jm).

 

[1] Urbanisme ...et pouvoir local sur la Côte d'Azur - Une étude universitaire rétrospective

 

Compagne de route du GIR Maralpin son doctorat durant, Pauline Guichard, qui a participé à ses activités en les enrichissant de ses compétences et de son savoir, a bien voulu lui confier la mise à disposition de sa thèse qui mérite la plus grande attention des chercheurs comme du grand public et des citoyens.

Sous le double intitulé Urbanisme et développement durable/Urbanisation et pouvoir local sur la Côte d'Azur, Pauline Guichard, qui a pris le soin de parcourir l'histoire de l'urbanisme azuréen, dénonce au passage la tartuferie du nouveau précepte "développement durable" et surtout analyse, à travers des exemples précis, les jeux de pouvoir qui se sont exercés tout au long, depuis le bétonnage du domaine public maritime et la marchandisation immobilière du projet de Sophia Antipolis, jusqu'à l'OIN Plaine du Var en passant par la DTA.

En démontrant combien la survenue du dogme de "développement durable" ne s'inscrit qu'en variable d'ajustement de la crise économique naissante et en analysant les relations entre l'État et les collectivités territoriales, et plus généralement l'ensemble des acteurs sociaux, Pauline Guichard conduit son lecteur de surprises en découvertes, sinon en révélations, et lui livre les clefs de compréhension des options urbanistiques passées et à venir, en le mettant en garde à l'encontre des préceptes qui ont prévalu jusqu'ici sans que la courte intervention de l'Organisation Départementale d'Études d'Aménagement des Alpes-Maritimes (ODEAM) ait pu y pallier.

L'ouvrage nous éclaire sur les "vraies" causes du désordre urbanistique instauré depuis un demi-siècle sur la Côte d'Azur [chc, jm].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertTravauxAutres.htm]

 

[2] État des lieux ? La société civile en a dressé un premier inventaire

 

Levant les ambiguïtés que laissent planer les autorités de l'EPA entre les projets dont ils sont censés assurer la maîtrise, ceux dont la presse locale fait état, et ceux dont quelques citoyens de la Vallée ont ouï dire, les membres du Groupe de travail Inter-Collèges (GTIC) et les associations se sont appliqués à dresser un inventaire commenté des projets "officiels" et des projets "occultes" dont un premier état a été porté à connaissance à l'occasion de "l'Atelier citoyen" du 16 septembre à St Laurent-du-Var.

Inventaire des opérations en projet ou en cours de réalisation dans le périmètre de l'OIN Éco-Vallée Plaine du Var

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaGticOinOperationsTableauGlobalEdit.16.09.2014.pdf]

 

[3] L'aménagement de la Plaine du Var et la Concertation

 

Depuis les directives de la ministre Cécile Duflot, le 5 mars 2013, ses instructions n'ont guère été suivies que par la mise en place laborieuse du Comité permanent de concertation (CPC) et, tout récemment, par l'ouverture de consultations publiques, dérisoires palliatifs au débat public revendiqué depuis 2011 par l'ensemble de la société civile.

Un état de la situation est dressé sur une nouvelle page du Site du GIR :

Les directives de l' État en 2013 ...et leur suivi en 2014 - Les Ateliers Citoyens : échos des médias et de la Société civile

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaConcert.htm]

InfoCirc148

2014.07.05

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 148 [05.07.2014]

Spécial Plaine du Var (1) OIN CPC & PSO - Éditorial du Président Collet (2) Consultations CNDP et entretiens auprès des Administrations centrales (3) Déclaration publique commune du GTIC

 

[1] OIN "Éco-Vallée" : CPC et PSO - Éditorial du Président du GIR Maralpin

 

Dès l'annonce de la création de l'Opération d'intérêt national (OIN) Plaine du Var, le GIR Maralpin s'est questionné sur ses enjeux territoriaux et environnementaux, ainsi que sur la conduite du projet par ses promoteurs, caractérisée par la rétention d'informations et d'inquiétants "coups partis". Artisan de la demande de débat public, vainement formulée à deux reprises (novembre 2010 et janvier 2011) par un large collectif d'associations nationales, régionales et locales, le GIR s'est félicité de la décision gouvernementale conduisant à la mise en place, le 8 juillet 2013, par l'Établissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine du Var, maitre d'ouvrage de l'OIN, d'un Comité permanent de concertation (CPC) composé de 5 collèges (représentants de l’État, des collectivités territoriales, des milieux économiques, du monde associatif et de personnalités qualifiées), de 8 membres chacun, "aux fins de refléter au mieux la diversité des acteurs et parties prenantes de ce vaste territoire".

Le GIR Maralpin, qui en est membre, est à l'origine de la création d'un Groupe de travail inter-collèges (GTIC), réunissant plusieurs associations et syndicats de ce CPC [à ce jour : CFDT 06 · CGT 06 · FNE 06 · GADSECA · GIR Maralpin · Région Verte].

La concertation, imposée par l'État à l' EPA, a donné lieu à plusieurs réunions, dont trois réunions du CPC, et a mis en exergue les incohérences de l'opération, ainsi que plusieurs dysfonctionnements de l'EPA auxquels devrait remédier l'élaboration de son projet stratégique opérationnel (PSO) récemment demandé à l'EPA par l'État, PSO d'ailleurs imposé à toutes les opérations d'intérêt national en cours. L'élaboration de ce PSO appelle d'ailleurs un renforcement de la concertation et vient mettre en lumière le manque d'un véritable "débat public".

 

Le GIR Maralpin dresse ici l'état d'avancement de cette opération en soulignant les points ci-dessous, partagés par plusieurs représentants de l'administration centrale rencontrés récemment [cf. 2] :

·     l'absence de réflexion globale d'aménagement à l'échelle du Département et du territoire élargi, s'agissant d'une opération sur 10 000 ha et 15 communes, ainsi que les atteintes portées à la Directive territoriale d'aménagement des Alpes-Maritimes (DTA 06) ;

·     la quasi absence de référence et de relation à Sophia-Antipolis ;

·     le maquillage, sous un discours pompeux de développement durable à coups de "éco-labels", "éco-quartiers", "éco-exemplarité", d'une opération d'aménagement lourde, visant à réaliser plusieurs centaines de milliers de m2 de locaux de toute nature dont la  justification économique n'est pas assurée ;

·     la multiplication de projets "spontanés" non maitrisés par l'EPA, et l'aveu de faiblesse de l'EPA sur la maitrise de ces projets, notamment vis-à-vis des communes membres ;

·     la fragilité du projet de territoire sur les plans : préservation et développement agricole, transports et déplacements, logement social, eau et environnement, énergie, développement économique ;

·     la mise en place d'une pseudo concertation, laquelle n'a permis à ce jour aucune prise en compte des propositions formulées sous forme de fiches techniques par le GIR et ses partenaires ;

·     la nécessité d'instaurer un vrai débat avec l'EPA grâce à la nomination d'un "garant" par la Commission nationale du débat public, afin que l'élaboration du PSO soit l'occasion d'apporter un minimum de cohérence dans cette opération.

Christian Collet, Président du GIR Maralpin

 

[2] Consultations CNDP et entretiens auprès des Administrations centrales au sujet de la Plaine du Var

 

À l'occasion du Colloque International "Le Citoyen et la décision publique" organisé à Paris les 16 & 17 juin 2014 par la Commission nationale du débat public (CNDP), une délégation du GIR Maralpin s'est vue confirmer par le Président de la CNDP la possibilité de faire bénéficier d'un Garant la concertation engagée sur la Plaine du Var.

Elle a par ailleurs été auditionnée, au CGET (ex Datar) et par le Bureau des Grandes Opérations d'Urbanisme, sur la problématique de la Plaine du Var par les hauts fonctionnaires en charge.

Compte-rendu 3 pages [en annexe courrier au Préfet des Alpes-Maritimes sollicitant un garant de la concertation]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrMissionParisJuin2014SuiteOinRevCgetGou.pdf]

 

[3] Déclaration publique commune du Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) au sujet du fonctionnement du CPC [27 juin 2014]

 

Le Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC) qui rassemble plusieurs des membres [CFDT 06, CGT 06, FNE 06, GADSECA, GIR Maralpin et Région Verte] du Comité Permanent de Concertation (CPC) :

Se déclare surpris (1) de n'avoir pas été informé des modalités du lancement imminent d'une concertation publique, (2) d'avoir été tenu dans l'ignorance des développements récents de la Plaine du Var.

Déplore (a) la lenteur de la mise en place du CPC dont la création remonte pourtant à près d'une année, (b) le peu d'intérêt des questions traitées jusqu'ici, (c) la manière contestable selon laquelle ses travaux s'engagent.

Considère (i) qu'il revient au CPC d'examiner l'ensemble des projets du territoire de l'OIN, (ii) qu'il lui revient de les inscrire territorialement et dans le long terme (iii) que la concertation soit engagée sous le contrôle d'un Garant désigné par la Commission nationale du débat public (CNDP) [cf. 2].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCpcGticPsoDeclarCommune.2014.06.27z.pdf]

InfoCirc147

2014.06.08

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 147 [08.06.2014]

(1) Regards d'un politologue universitaire sur les Alpes-Maritimes - (2) Plaine du Var : Faire savoir - (3) Plaine du Var : Comité permanent de concertation

 

[1] Regards d'un politologue universitaire sur les Alpes-Maritimes à la veille des élections municipales de mars 2014

Administrateur du GIR Maralpin, notre collègue Stéphane Cadiou, Maître de conférences en science politique à l’Université de Nice Sophia Antipolis, et auteur de divers ouvrages et publications en ce domaine, a bien voulu nous permettre de faire connaître à nos lecteurs, l'article qui a paru le 3 février 2014 dans la Revue en ligne Métropolitiques, quelques jours avant les élections municipales (23 & 30 mars 2014).

Dans cet article, l’auteur campe le contexte maralpin d’un point de vue politique en le reliant aux enjeux territoriaux qui préoccupent le GIR. Sans tomber dans les prédictions hasardeuses, il s’attache à comprendre les évolutions politiques, et notamment l’hégémonie de la droite, à la lueur des mutations d’un territoire profondément marqué par les choix stratégiques opérés depuis plusieurs décennies. La lecture de cet article invite ainsi à prendre conscience des conséquences sociologiques et politiques d’un mode de développement. Elle rappelle que les choix de développement sont rarement neutres, ni sans effets sur le patrimoine environnemental et la population.

Le lecteur qui scrute avec attention le cours de la vie politique dans les Alpes-Maritimes pourra s’amuser à relier les récents résultats électoraux des élections municipales de mars 2014 à ce cadre général. Le même lecteur pourra conjecturer sur les leviers du changement. Espérons, en tout état de cause, que l’évolution tendancielle du département des Alpes-Maritimes soit résistible et réversible pour s’engager, enfin, dans une voie non préjudiciable aux ressources de ce territoire et à ses habitants.

À droite toute ? Des bastions municipaux convoités dans les Alpes-Maritimes - Stéphane Cadiou

Sommaire : Une hégémonie locale sans partage ? - Un mode de développement… peu durable - Des histoires de famille - Bibliographie [5 pages]

L'auteur : Stéphane Cadiou, maître de conférences en science politique à l’Université de Nice Sophia Antipolis, est notamment l’auteur de Le Pouvoir local en France (2009, Presses universitaires de Grenoble) et de l’entrée « Collaborateur politique » dans le Dictionnaire des politiques territoriales (2011, Presses de Sciences Po). Il s’intéresse aux politiques urbaines et aux conflits et groupes d’intérêt locaux.

Éditeur : Métropolitiques, 3 février 2014. URL : http://www.metropolitiques.eu/A-droite-toute.html

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertActualites.htm]

 

[2] Plaine du Var : Faire savoir - Deux des Fiches réalisées par le GTIC (Groupe de travail Inter-Collèges) [Union départementale CFDT 06 - Union départementale CGT 06 - France Nature Environnement (FNE) 06 - GADSECA - GIR Maralpin - Région Verte]

 

Fiche 4 - Aménagement du territoire et infrastructures de transport

1. L'anachronisme spatial du projet : Un surgeon de la DTA : Une DTA à revitaliser : La poursuite obstinée des errements

2. Infrastructures de transport et logistique urbaine : Évolution des traversées et dessertes de la Plaine du Var ; L'EPA a-t-il pris la mesure des enjeux d'infrastructure et de logistique inhérents à la Plaine du Var ? L'EPA a-t-il pris la mesure de ses besoins intrinsèques en matière d'infrastructures ?

3. L'EPA et l'aménagement du territoire : Le projet EPA est-il antinomique avec les stratégies d'aménagement antérieures ? L'aménagement territorial interne

Encadrés : (a) Travaux universitaires de référence sur la conduite de l'aménagement du territoire azuréen ; (b) Autoroute urbaine de Nice - Voie rapide - Aide mémoire ; (c) La RN 202 bis - Aide-mémoire ; (d) Les avatars des CP

29.10.2013 ; 8 pages

[cf. EpaGticFiche4At&Transports20131029]

 

Fiche 7 - OIN Plaine du Var et EPA - Mémento [Actualisation sources : janvier 2014 - État au 27.04.2014]

1. Rappels chronologiques

2. L'Établissement Public d'Aménagement (EPA)

(a) Gouvernance de l'EPA : Le Ministère en charge de l'Urbanisme ; Le Préfet du Département ; Le Directeur général de l'EPA ; Le Conseil d'administration de l'EPA ; La Réunion des Administrateurs de l'État (RAE) ; Le Comité Permanent de Concertation (CPC) - (b) Rôle de l'EPA - (c) Objectifs de l'EPA en 2014 - (d) Le protocole de partenariat (2016-2026)

3. Enjeux et rôle de la DREAL : Rôle de la DREAL Paca ; Objectifs 2014 ; Enjeux du territoire Plaine du Var

[cf. EpaGticFiche7Memento20140427]

 

[3] Plaine du Var : Comité permanent de concertation - Rappel des activités du GTIC (Groupe de travail Inter-Collèges) [Union départementale CFDT 06 - Union départementale CGT 06 - France Nature Environnement (FNE) 06 - GADSECA - GIR Maralpin - Région Verte] durant l'intersession R2-R3, relevé des notes prises en séance de la 3ème réunion et suites données

1. Correspondance avec l'EPA et communiqué du GTIC

Le délai de réponse exagéré (2 mois) aux requêtes du GTIC l'a conduit à les exprimer publiquement sous forme de communiqué.

2. Compte rendu de la troisième réunion du CPC

Cette réunion a été essentiellement dédiée à "l'attractivité et la cohésion sociale". Ce sujet, jugé non prioritaire par le GTIC, avait néanmoins fait l'objet le 14 mars d'un Atelier fort discret auquel avait heureusement participé l'UD CGT 06 qui en a dégagé des commentaires et des propositions que le GTIC a fait siens.

3. Suites données

Annonce a été faite par l'EPA d'engager le CPC dans l'élaboration du Projet stratégique opérationnel (PSO), dont la première étape sera la réunion d'un Groupe de travail Diagnostic/État des lieux devant se tenir le 11 juin à l'EPA.

Tandis que le Directeur général se proposait d'en recevoir prochainement une délégation, le GTIC a tenu conférence de presse à l'issue de la réunion.

Annexes [7]

Échange de courriers avec l'EPA [24.02.2014 & 15.04.2014] ; Communiqué GTIC [10.04.2014] ; Commentaires et propositions de l'UD CGT 06 suite à l'atelier "Attractivité" ; Synthèse EPA des propositions de l'Atelier "Attractivité" ; Programme CPC 2014 ; Conférence de presse GTIC (article Nice Matin)

[cf. EpaCpcR3CrGtic7annexes1405] [13 pages]

·

Au moment où RFF annonce l'ouverture d'une "information et consultation" (du 12 mai au 13 juin) sur la Priorité 2 du projet LN-Pca, il importe de se référer aux Dossiers GIR qui en traitent. Cf. notamment ci-dessous

[D] Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur - Noeud ferroviaire azuréen - Avis du GIR [novembre 2013]

Dossier 24 pages, 16 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ln06ObservGir.2013.12.23.pdf]

[E] Mémorandum du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État sur les derniers enjeux de la LGV-Paca [mars 2011]

[cf. LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103] [11 pages]

InfoCirc146

2014.05.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 146 [20.05.2014]

(1) La Ville à Vivre : de la nécessaire réduction du trafic automobile - (2) Un GECT pour la coopération ferroviaire transalpine

 

[1] La Ville à Vivre : de la nécessaire réduction du trafic automobile

 

Gilbert Lieutier a bien voulu confier au GIR Maralpin le dossier sur "La Ville à Vivre" rédigé sous sa direction dans le cadre des publications de Rue de l'Avenir. Ce dossier, précédé d'un rappel de quelques unes des contributions de G. Lieutier aux activités du GIR Maralpin, constitue tout à la fois un document pédagogique sur les dysfonctionnements de la ville et un manifeste en faveur d'une conception innovante de la mobilité et des aménités urbaines. Ces réflexions sur la mobilité et l'urbanisme étayent la récente décision du GIR Maralpin d'adhérer à la proposition de Rue de l'Avenir, celle de s'associer à la campagne européenne : "30 km/h : redonnons vie à nos villes" lancée conjointement en France, le 8 février 2013 par de nombreuses fédérations et associations.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/VilleVivreLieutierG20140518.pdf]

 

[2] Un GECT pour la coopération ferroviaire transfrontalière maralpine ? Un GECT per la cooperazione ferroviaria transfrontaliera ?

 

Au barycentre de trois régions métropolitaines (Ligurie, Paca & Piémont) et avec la Principauté de Monaco en sa proximité immédiate, le noeud ferroviaire de Ventimiglia n'est toujours pas traité à l'échelle de tels enjeux territoriaux transfrontaliers. Les études sectorielles Interreg (Alcotra, Medoc), qui se sont succédées depuis une quinzaine d'années, n'ont jamais débouché sur des réalisations concrètes, tandis que l'interpénétration des dessertes des deux Rivieras reste toujours au point mort, que la survie de la ligne Cuneo-Ventimiglia se voit subordonnée à la révision d'une convention franco-italienne, et que la Principauté de Monaco s'est discrètement mise en retrait du projet LN-Pca (ex LGV-Paca).

Devançant de longue date les récentes intentions du Conseil régional Paca, celles de recourir à une procédure européenne (GECT) pour traiter de coopération ferroviaire à cette échelle triplement transfrontalière, Evelyne Niel met à disposition de tous, par l'entremise du GIR, son mémoire universitaire qui, dès 2011, en annonçait la nécessité, en exposait les fondements et devrait servir de référence pour en établir les bases.

Il GECT (Gruppo Europeo di Cooperazione Territoriale) dell’Euroregione Alpi-Mediterraneo: Quale futuro per la politica di cooperazione territoriale transfrontaliera nell’ambito dei trasporti ferroviari tra la Regione PACA, Liguria e il Principato di Monaco [en italien]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/GectFerrovMasterUnsEvelyneNiel20140518.pdf] 

·

Au moment où RFF annonce l'ouverture d'une "information et consultation" (du 12 mai au 13 juin) sur la Priorité 2 du projet LN-Pca, il importe de se référer au Dossier GIR qui en traite. Cf. ci-dessous [InfoCirc 142 du 28 décembre 2013]

[C] Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur - Noeud ferroviaire azuréen - Avis du GIR

Dossier 24 pages, 16 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ln06ObservGir.2013.12.23.pdf ]

InfoCirc145

2014.04.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 145 [20.04.2014]

(1) Ligne Nice-Breil : éboulement de Bon Voyage - (2) OIN Plaine du Var : une concertation balbutiante

 

[1] Observations sur l’éboulement de Bon Voyage à Nice et sur la coupure de la voie ferrée Nice-Breil

 

Le 30 Janvier 2014, suite à de fortes précipitations, plusieurs tonnes de roches se décrochaient d’une falaise dominant la voie ferrée Nice-Breil, en sortie Nord-Est de la Ville de Nice. Un éboulement, qui n’a heureusement pas fait de victimes, mais qui a provoqué la fermeture temporaire de la ligne. Préoccupé par l'ampleur et la durée des travaux annoncés par la SNCF, notre collègue Jean Piraud a pris soin d'examiner sur place l'état de la situation et de l'éclairer par un examen attentif dont on verra qu'il ne remet nullement en cause les grandes lignes des communiqués de l'exploitant et de la Ville de Nice [6 pages (dont 5 clichés) ; en annexe : arrêté de péril (3 pages)].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

[2] OIN Plaine du Var : une concertation balbutiante

 

Instrument d'une nouvelle gouvernance de l'OIN Plaine du Var requise par les ministres de l’Égalité des Territoires et de l’Écologie, Mmes Cécile Duflot et Delphine Batho, un Comité permanent de concertation (CPC), qui rassemble en cinq collèges une quarantaine de membres (dont le GIR Maralpin), a été formellement instauré le 8 juillet 2013 par l'Établissement public régional (EPA) en charge de l'OIN.

À l'issue des deux premières réunions de cette nouvelle instance et à la veille de la troisième, le Groupe de travail Inter-Collèges (GTIC), qui s'est constitué dès la création du CPC et qui réunit à ce jour 2 syndicats et 4 associations, ne peut qu'exprimer un certain scepticisme quant à la manière dont la concertation espérée s'engage ; en témoignent les différents courriers adressés aux Autorités de l'EPA, ainsi que son Communiqué du 10 avril 2014.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCpcGticCommuniq.2014.04.10.pdf]

InfoCirc144

2014.03.03

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 144 [03.03.2014]

(1) Renouvellement de l'Agrément régional Paca du GIR pour 2014-2019 - (2) Du nouveau à la CNDP ? - (3) Tout savoir sur l'EPA Eco-Vallée et les enjeux de la Plaine du Var [Rappel de l'Info.Circ 143] - (4) Ligne nouvelle PCA - Noeud de Nice - Avis du GIR sur la zone de passage préférentielle [Rappel de l'Info.Circ 142]

 

[1] Renouvellement de l'Agrément régional Paca du GIR pour 2014-2019

 

L'entrée en vigueur du Décret n°2011-822 du 12 juillet 2011 a mis fin, le 31 décembre 2013, à la validité des agréments des associations de protection de l'environnement, subordonnant leur octroi au respect, par ces dernières, de procédures et de règles de fonctionnement strictes que nombre d'entre elles seront difficilement en mesure d'observer.

Invité à le faire par les Autorités préfectorales des Alpes-Maritimes dont il dépend, le GIR Maralpin a déposé le 30 juin dernier, le dossier de demande de renouvellement satisfaisant aux nouvelles directives. C'est le 18 février 2014 que lui est parvenu l'arrêté notifiant, à cette date, la délivrance de l'Agrément au titre de protection de l'environnement dans un cadre régional, pour une durée de cinq ans renouvelable à compter du présent arrêté.

Ces dispositions, qui s'assortissent de contraintes accrues, offrent en revanche au GIR des ouvertures nouvelles sur "toutes les instances consultatives ayant vocation à examiner les politiques d'environnement et de développement durable".

[cf. http://www.gir-maralpin.org/EddAgrementGir.htm]

 

[2] Du nouveau à la CNDP ?

 

Claude Brulé, Administrateur délégué du GIR auprès des Administrations centrales, rend compte de la conférence de Christian Leyrit, sur "La CNDP, organe majeur de la participation du public".

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

Organisée le 8 novembre 2013, sous l'égide de la Cofhuat et de la Sfu, institutions dont le GIR est membre et partenaire depuis plusieurs années, cette conférence du nouveau président de la CNDP pourrait laisser pressentir de cette dernière une ouverture dont elle n'a pas fait preuve avec l'OIN Plaine du Var [cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm], et une vigilance qu'elle n'a encore toujours pas exercée dans le suivi du projet LGV-Paca devenu LN-Pca

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertation2011BilanRffAvisGir121112.pdf.

 

[3] Tout savoir [ou presque] sur l'EPA Eco-Vallée et les enjeux de la Plaine du Var

[Rappel de l'InfoCirc 143 (09 février 2014)]

 

La récente création, à l'initiative de l'état, d'un Comité permanent de concertation (CPC), entrouvre enfin une fenêtre d'accès aux dispositions qui, sous couvert d'une OIN et d'un EPA, régissent depuis la mi-2008, le devenir des 10 000 ha à enjeux de la Plaine du Var.

Depuis la genèse de cette opération imposée par le Maire de Nice, Christian Estrosi, le GIR Maralpin n'a eu cesse d'informer et d'intervenir sur des processus qui couvrent en fait une vaste opération d'urbanisation et ont échappé à ce jour à un véritable contrôle démocratique, lequel eut dû s'exercer sous la forme d'un débat public.

 

L'insuccès de la demande de débat public

On trouvera sur le Site du GIR, sous différentes rubriques, les études, conférences, colloques, consultations, démarches, entreprises par ses soins, dès avant les décrets portant création de l'OIN, puis de l'EPA, jusqu'à l'échec, en 2010-2011, des demandes de débat public, conduites, à son initiative et en collaboration avec les associations et fédérations de défense de l'environnement locales, régionales et nationales.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm

& http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpSaisineCndpContexteGir1110.pdf]

 

Un palliatif : le Comité Permanent de Concertation (CPC)

Plus récemment, dès l'annonce de la création du CPC, trois nouvelles rubriques ont été ouvertes sur le Site du GIR.

La première : sur la nature de cet organisme [cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpc.htm],

La seconde : sur le dispositif de coordination Groupe de Travail Inter-Collège (GTIC) qui s'est spontanément constitué autour du GIR pour constituer à la fois une force de proposition au sein du CPC et un vecteur d'information auprès du Public

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpcGtic.htm].

La troisième rubrique est relative aux archives de l'EPA, notamment les comptes-rendus de son Conseil d'administration, dont le contenu n'avait pas été, jusqu'ici, porté à connaissance du Public. Cette mise en ligne sera du plus haut intérêt pour tous les enseignants, chercheurs, administrateurs, techniciens et citoyens concernés et intéressés par la chose publique. L'ensemble de ces informations ne devrait pas manquer de retenir aussi l'attention des institutions tenues écartées jusqu'à ce jour de la concertation.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaFonct.htm]

 

[4] Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur - Noeud ferroviaire azuréen - Avis du GIR

[Rappel de l'InfoCirc 142 (28 décembre 2013)]

 

Les documents d'information hâtivement présentés au CoTer 06 (le 8 novembre), puis brièvement mis à disposition du public au cours d'une prétendue "consultation", appellent commentaires et critiques sur les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le porteur de projet, ainsi que sur le choix des gares, notamment sur celui d'une gare aux Bréguières-Sophia, implantation qui n'a jamais fait l'objet du moindre débat à la hauteur de ses répercussions territoriales.

Tout en reconnaissant que, dans sa configuration générale, le projet valide les positions du GIR quand au rabattement de la section nouvelle sur la gare de Cannes-Marchandises (positions combattues par RFF, avec acharnement et mauvaise foi, tout au long du débat public et de la concertation), le GIR en examine les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le maître d'ouvrage, en remettant en cause l'essentiel du projet, y compris même le choix de la gare "sophipolitaine", et confortant de ce fait ses propres propositions.

Dossier 24 pages, 16 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ln06ObservGir.2013.12.23.pdf ]

InfoCirc143

2014.02.09

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 143 [09.02.2014]

(1) Tout savoir sur l'EPA Eco-Vallée et les enjeux de la Plaine du Var - (2) Ligne nouvelle PCA - Noeud de Nice - Avis du GIR sur la zone de passage préférentielle [Rappel de l'Info.Circ 142]

 

[1] Tout savoir [ou presque] sur l'EPA Eco-Vallée et les enjeux de la Plaine du Var

 

La récente création, à l'initiative de l'état, d'un Comité permanent de concertation (CPC), entrouvre enfin une fenêtre d'accès aux dispositions qui, sous couvert d'une OIN et d'un EPA, régissent depuis la mi-2008, le devenir des 10 000 ha à enjeux de la Plaine du Var.

Depuis la genèse de cette opération imposée par le Maire de Nice, Christian Estrosi, le GIR Maralpin n'a eu cesse d'informer et d'intervenir sur des processus qui couvrent en fait une vaste opération d'urbanisation et ont échappé à ce jour à un véritable contrôle démocratique, lequel eut dû s'exercer sous la forme d'un débat public.

 

L'insuccès de la demande de débat public

On trouvera sur le Site du GIR, sous différentes rubriques, les études, conférences, colloques, consultations, démarches, entreprises par ses soins, dès avant les décrets portant création de l'OIN, puis de l'EPA, jusqu'à l'échec, en 2010-2011, des demandes de débat public, conduites, à son initiative et en collaboration avec les associations et fédérations de défense de l'environnement locales, régionales et nationales.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm

& http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpSaisineCndpContexteGir1110.pdf]

 

Un palliatif : le Comité Permanent de Concertation (CPC)

Plus récemment, dès l'annonce de la création du CPC, trois nouvelles rubriques ont été ouvertes sur le Site du GIR.

La première : sur la nature de cet organisme [cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpc.htm],

La seconde : sur le dispositif de coordination Groupe de Travail Inter-Collège (GTIC) qui s'est spontanément constitué autour du GIR pour constituer à la fois une force de proposition au sein du CPC et un vecteur d'information auprès du Public

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpcGtic.htm].

La troisième rubrique est relative aux archives de l'EPA, notamment les comptes-rendus de son Conseil d'administration, dont le contenu n'avait pas été, jusqu'ici, porté à connaissance du Public. Cette mise en ligne sera du plus haut intérêt pour tous les enseignants, chercheurs, administrateurs, techniciens et citoyens concernés et intéressés par la chose publique. L'ensemble de ces informations ne devrait pas manquer de retenir aussi l'attention des institutions tenues écartées jusqu'à ce jour de la concertation.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaFonct.htm]

 

[1] Tout savoir [ou presque] sur l'EPA Eco-Vallée et les enjeux de la Plaine du Var [Rappel de l'InfoCirc 142 (28 décembre 2013)]

 

Les documents d'information hâtivement présentés au CoTer 06 (le 8 novembre), puis brièvement mis à disposition du public au cours d'une prétendue "consultation", appellent commentaires et critiques sur les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le porteur de projet, ainsi que sur le choix des gares, notamment sur celui d'une gare aux Bréguières-Sophia, implantation qui n'a jamais fait l'objet du moindre débat à la hauteur de ses répercussions territoriales.

Tout en reconnaissant que, dans sa configuration générale, le projet valide les positions du GIR quand au rabattement de la section nouvelle sur la gare de Cannes-Marchandises (positions combattues par RFF, avec acharnement et mauvaise foi, tout au long du débat public et de la concertation), le GIR en examine les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le maître d'ouvrage, en remettant en cause l'essentiel du projet, y compris même le choix de la gare "sophipolitaine", et confortant de ce fait ses propres propositions.

Dossier 24 pages, 16 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ln06ObservGir.2013.12.23.pdf ]

 

N.B. Dans un prochain InfoCirc, le GIR reviendra plus en détail sur l'ensemble de ces informations et sur les suites qui leur ont été données depuis

InfoCirc142

2013.12.28

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 142 [28.12.2013]

(1) Ligne nouvelle 06 - Avis du GIR sur la zone de passage préférentielle - (2) Dossier sur la LN-Pca - (3) Dossier sur la LN 06 - RAPPELS sur l'OIN/EPA, sur Cap 3000 et sur l'état des lieux 06 dressé par le GIR

 

[1] Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur - Consultation sur le noeud ferroviaire azuréen - Avis du GIR sur des données occultées par le porteur du projets

 

Comme les autres acteurs azuréens de la société civile sans doute, le GIR a reçu notification, le 26 novembre dernier, de l'ouverture ...le 21 novembre (sic) d'une "Information & Consultation" sur la zone de passage préférentielle devant désaturer le noeud ferroviaire azuréen, projet dont les caractéristiques essentielles ont été définies par le Comité de pilotage [CoPil] du 23 septembre, convenues lors d'une Commission consultative 06 s'étant tenue le 28 octobre, puis hâtivement présentées au CoTer 06 le 8 novembre où seuls les représentants associatifs (Amis du rail azuréen et GIR) ont exprimé des avis critiques.

Les documents d'information mis, depuis lors, à disposition du public appellent en effet commentaires et critiques sur les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le porteur de projet, ainsi que sur le choix des gares, notamment sur celui d'une gare aux Bréguières-Sophia, implantation qui n'a jamais fait l'objet du moindre débat à la hauteur de ses répercussions territoriales.

Tout en reconnaissant que, dans sa configuration générale, le projet valide les positions du GIR quand au rabattement de la section nouvelle sur la gare de Cannes-Marchandises, (positions combattues par RFF, avec acharnement et mauvaise foi, tout au long du débat public et de la concertation), le GIR en examine les contraintes de tracé et d'exploitation occultées par le maître d'ouvrage, en remettant en cause l'essentiel du projet, y compris même le choix de la gare "sophipolitaine", et confortant de ce fait ses propres propositions.

Dossier 24 pages, 16 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ln06ObservGir.2013.12.23.pdf ]

 

[2] Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur [Dossier GIR]

 

Du SFI Paca à la LN Pca

De la priorité des trains au quotidien à la désaturation des noeuds ferroviaires Marseillais et Azuréens ; du premier comité de pilotage sur le nouveau projet (9 janvier 2013) au suivant (23 septembre 2013)

La LN Pca conçue et conduite à marches forcées

Des conclusions de la Commission Mobilité 21 et des décisions de l'État sur le phasage et le découpage du projet, à la définition d'une Zone de passage prioritaire (ZPP) soumise à une brève consultation

3 communiqués, 2 dossiers, 1 étude

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLnPca.htm]

 

[3] LN Pca - Le noeud ferroviaire azuréen [Dossier GIR]

 

Information & consultation sur la zone de passage préférentielle

CR du Coter 06 - Secteur Siagne-Nice - Désaturation du noeud ferroviaire azuréen

Le contexte du projet

Quelques avis de collectivités formulés dans le cadre du projet au fil de ses métamorphoses successives

Consultation sur le projet de désaturation du noeud ferroviaire azuréen

Avis du GIR

2 dossiers, 2 délibérations, 1 analyse, 1 compte rendu

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLnPcaNoeud06.htm] 

InfoCirc141

2013.11.23

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 141 [23.11.2013]

OIN Plaine du Var : premiers jalons d'une concertation. [1] Mise en place du Comité permanent de concertation [2] Mise en place du Groupe de travail Inter-Collèges [3] Compte rendu succinct de la 1ère réunion du CPC [4] La Plaine du Var, le GIR Maralpin et l'OIN

 

Dans un prochain Info.Circ, le GIR reviendra sur la genèse de l'OIN Plaine du Var et de son "bras armé" l'EPA, sur le refus réitéré des Autorités de consentir au débat public que justifiait pourtant l'ampleur du projet, sur la parodie de concertation organisée par ces dernières en septembre 2011, tandis qu'étaient menés, à grand rythme et sans frein, indépendamment ou non de l'OIN, de grands projets structurants, et que se poursuivaient par ailleurs, dans le plus grand laxisme, les errements passés, tous engageant gravement l'avenir de la Plaine du Var et des territoires environnants.

La courageuse décision de l'État de consentir, tardivement certes, à une concertation réelle et inscrite dans la durée, ne permettra sans doute pas de remettre en cause certains des "coups partis" dont n'ont cessé de pâtir les Alpes-Maritimes, mais appellera l'attention des citoyens sur le rôle qu'ils doivent et peuvent désormais jouer en matière d'aménagement du territoire.

Le présent Info.Circ offre au lecteur un premier éclairage sur les procédures engagées avec le nouveau dispositif de concertation auquel le GIR Maralpin, et les organisations qui s'associent à sa démarche dans le cadre d'un Groupe de Travail Inter Collèges, convie l'ensemble des acteurs à s'impliquer.

 

[1] Mise en place du Comité permanent de concertation [CPC]

 

Le 8 juillet 2013, le Conseil d’administration de l’EPA Éco-Vallée a approuvé la création d’un comité permanent de concertation. Cette instance consultative a pour vocation d’analyser et de débattre des principaux enjeux d’aménagement durable présents sur le territoire de l’Opération d’Intérêt National.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpc.htm]

 

Présentation du projet au Conseil d'administration de l'EPA

Objectifs ; Composition du Comité selon le principe des 5 collèges [État ; Élus des collectivités locales ; Associations ; Acteurs économiques ; Personnalités qualifiées] mis en œuvre lors du Grenelle de l'environnement, avec 8 représentants par collège ; Mode de fonctionnement et calendrier prévisionnel.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCa2013.07.08.Point3Cpc.pdf]

 

Décision du Conseil d'administration de l'EPA

Composition détaillée du Comité ; formalisation des décisions.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCa2013.07.08.Delib015Cpc.pdf]

 

Invitation et ordre du jour de la première réunion

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCpcR1InvGir2013.10.21.pdf]

 

[2] Mise en place du Groupe de Travail Inter-Collèges [GTIC]

 

Dès l'annonce de sa désignation au Comité permanent de concertation de l'EPA (CPC), le GIR Maralpin a pris l'initiative d'inviter ceux des autres membres désignés de ce Comité à se rencontrer dans l'intention de procéder à un échange de vues sur l'évolution de la situation dans la Plaine du Var et le département des Alpes-Maritimes, de confronter les informations disponibles sur le projet de concertation, et de se concerter sur les propositions à formuler ainsi que sur la conduite à tenir dans ce cénacle.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtPlaineVarEpaCpcGtic.htm]

 

3 septembre - 30 octobre 2013 : trois rencontres, six fiches techniques et une résolution commune

Une première rencontre s'est tenue à Nice le 3 septembre 2013. Les participants auxquels s'étaient joints des experts et responsables associatifs, syndicaux et politiques, sont convenus de se constituer en groupe de travail et de se répartir la tâche d'entreprendre la rédaction de fiches documentaires sur une série non limitative de thèmes, ces fiches documentaires devant constituer une base de réflexions communes dans le cadre de la concertation devant s'engager.

Afin de s'éclairer sur la problématique Agriculture, et aux fins d'actualiser les éléments de la fiche correspondante, le groupe a auditionné le 10 octobre un exploitant agricole de la plaine du Var et par ailleurs élu local.

À l'achèvement des ébauches des six premières fiches techniques [Économie, Eau, Urbanisme, Aménagement du territoire & Transports, Agriculture, Environnement] et à la veille de la première réunion du CPC, le Groupe, désormais constitué en Groupe de Travail Inter-Collèges (GTIC), est convenu le 30 octobre d'une résolution commune sur (a) sur le mode de fonctionnement du CPC, et (b) sur les thèmes d'études prioritaires, à présenter le 6 novembre 2013 lors de la première réunion du CPC [cf. § 3].

 

[3] Compte rendu succinct de la première réunion du CPC

 

Ce compte rendu succinct dressé par le GIR Maralpin fait état des propos introductifs du Préfet, des principaux échanges et des conclusions du Préfet et des autres représentants de l'État.

Il porte en Annexe la Déclaration commune du Groupe de Travail Inter-Collèges : (a) sur le mode de fonctionnement du CPC [accès à l'information et création de groupes de travail] ; (b)sur les thèmes d'études prioritaires [définition et clarification globale du projet & réexamen du projet de transfert du MIN].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaCpcR1CrGir1311.pdf]

 

[4] La plaine du Var, le GIR Maralpin et l'OIN - Éphéméride

 

Au moment où, sur instructions de l'État, s'amorce enfin une concertation en bonne et due forme sur l'OIN Plaine du Var, concertation qui eut dû relever d'emblée d'un débat public, au moment où le Parlement européen a jugé recevable une pétition portant sur les projets situés sur le périmètre de l’OIN Plaine du Var et relatives à des infractions à la législation européenne en matière de biodiversité et d’eau [cf. prochain Info.circ], le GIR Maralpin juge utile à ses propres membres, à ses partenaires, ainsi qu'a ses correspondants, de dresser un tableau récapitulatif et chronologique des actions qu'il a conduites et des travaux qu'il a réalisés en matière d'aménagement du territoire sur le secteur à enjeux que constitue la Plaine du Var.

Cet inventaire non exhaustif, qui renvoie aux documents auxquels on pourra avoir directement accès par les liens hypertextes qui l'assortissent, est éclairé par la mention des évènements institutionnels et administratifs qui s'y rapportent [5 pages].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/EpaRecapActionsValleeVarGir20131123.pdf]

InfoCirc140

2013.11.12

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 140 [12.11.2013]

Interventions GIR sur enquêtes publiques à enjeux en 06 (1) Projet d'extension de Cap 3000 (2) Qualité de l'air (PPA) des Alpes-Maritimes

 

[1] Démesures et aberrations d'un projet commercial scandaleux à l'embouchure du Var - Enquête publique sur le projet d'extension de Cap 3000 - Observations du GIR Maralpin

 

Par le biais d'une brève enquête publique (d'une durée d'à peine un mois), incluant pourtant la révision du plan local d'urbanisme (PLU) de St Laurent du Var, la société Altarea et la Métropole Nice Côte d'Azur, porteurs d'un projet visant à tripler la valeur patrimoniale d'un espace privé, compromettaient irrémédiablement la réhabilitation d'un site qui relève pourtant d'une Opération d'intérêt national (OIN) conduite par l'État

Fleuron du "tout automobile" azuréen, le centre commercial Cap 3000 fut incongrument implanté il y a une quarantaine d'années à la pointe extrême de l'embouchure du Var, s'y exposant aux risques de toutes natures en impactant de surcroît la dernière des zones humides littorales (zone naturelle protégée Natura 2000). Le projet d'extension, qui répond à des intérêts purement spéculatifs (multiplication d'un facteur 3 de la valeur patrimoniale de la société ALTAREA, propriétaire des emprises), aboutirait au parachèvement de l'anthropisation de ce secteur littoral, l'ensemble des espaces de stationnement (autour du bâti actuel) devant être dévolu au bâti projeté.

(1) Brève introduction à l'étude des dossiers [13 pages, 7 planches]

(2) Note sur la protection et la gestion des risques d'inondation [3 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtInterventions.htm]

 

[2] Observations du GIR Maralpin sur le Projet de Plan de protection de l'atmosphère (PPA) des Alpes-Maritimes

 

Dans les Alpes-Maritimes, un Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA), dit "de première génération", avait été approuvé par arrêté préfectoral en date du 23 mai 2007. Cependant, le plan d'actions national arrêté en 2007 s'étant révélé insuffisant pour atteindre les normes de qualité de l'air, la France a été assignée le 19 mai 2011 devant la cour européenne de justice pour non respect de ces normes dans 15 zones ou agglomérations, dont notamment la zone des Alpes-Maritimes du Sud.(ZAS)

La révision de ce PPA ("PPA 06 révisé"), pour définir un plan d'actions sur la zone en contentieux européen portant sur les particules PM10, n'a porté que sur cette ZAS délimitée par la bande littorale de Théoule à Villefranche-sur-Mer

Dans ses Observations, déposées le 14 août lors de la clôture de l'enquête publique, le GIR Maralpin regrette que cette révision ne porte pas sur l'Est du département, englobant ainsi la Principauté de Monaco principal foyer générateur de ce secteur.

Ces observations sont en cohérence avec l'état des lieux précédemment dressé par le GIR à l'attention du Préfet des Alpes-Maritimes [cf. Rappel ci-dessous]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/EddInterventions.htm]

InfoCirc139

2012.08.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 139 [20.08.2013]

(1) Alpes-Maritimes - État des lieux ; Compte rendu de l'Audience accordée le 14 mai 2013 au GIR par le Préfet Christophe Mirmand

(2) D'un continent à l'autre : des espaces littoraux en péril

(3) Le Rapport Mobilité 21 - Clés de lecture et avis du GIR Maralpin

 

[1] Alpes-Maritimes : Un état des lieux dressé par le GIR à l'attention du Préfet et les réponses de ce dernier à nos requêtes

 

Aux fins de préparer l'audience du 14 mai 2013 accordée par M. Christophe Mirmand, Préfet des Alpes-Maritimes, le GIR a dressé à son attention un "état des lieux" qu'il accompagné de diverses requêtes auxquelles le Préfet a donné réponses par le biais du Compte rendu validé par ses soins.

 

Réflexions sur le territoire des Alpes-Maritimes à la lumière de 17 années d'activités du GIR Maralpin

Synopsis :

I. Les Alpes-Maritimes et leurs enjeux de territoire (a) Le contexte international, transfrontalier et interrégional et "le désenclavement" (b) Un territoire maltraité (c) Un environnement menacé - II. L'organisation et la gestion du territoire (a) L'intercommunalité (b) De la DTA 06 à l'OIN Plaine du Var (c) retours sur Monaco et la France - III. Des enjeux majeurs d'aménagement... ou de désagrégation du territoire (a) Vers un système ferroviaire intégré ou la salutaire métamorphose de la LGV-Paca en LN-Pca (b) Les liaisons transfrontalières (c) La percée autoroutière du Mercantour et le Col de Tende (c) Un imbroglio aveuglément entretenu autour d'un réseau étoffé de communications routières et ferroviaires majeures, communes à trois régions frontalières alpines (d) Transport : les spectres du transit international et de la logistique métropolitaine azuréenne - IV. Focus sur la Plaine du Var : la DTA 06 et l'OIN (a) Infrastructures (b) Delta du Var : Aéroport et Port communautaire (c) Environnement et agriculture.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertActualites.htm]

Les requêtes du GIR Maralpin et les réponses données par le Préfet sous la forme, révisée par ses soins, du Compte rendu de l'audience

L'ampleur des sujets exposés dans "l'État des lieux" débordant largement le cadre d'une audience, les échanges de vues auxquels cette dernière a donné lieu ont porté successivement sur : la ligne ferroviaire nouvelle ; la problématique transfrontalière ; la problématique monégasque ; Sophia Antipolis ; l'OIN Plaine du Var ; la DTA 06.

À quelques unes des attentes du GIR, le Préfet des Alpes-Maritimes, a bien voulu donner les réponses qui suivent :

Suivi-évaluation de la DTA

La proposition du GIR est retenue et le GIR sera associé à la démarche.

OIN et consultation

Un organisme consultatif sera constitué sous une désignation non encore arrêtée [qui pourrait être "Conseil consultatif de concertation permanente"]. Sans qu'il eut été nécessaire au Préfet d'intervenir, des communes ont déjà demandé la participation du GIR [depuis lors, le GIR a été admis à son Conseil d'administration au titre du "Collège État"].

Renouvellement de l'Agrément

Le dossier est à adresser par le GIR au Préfet des Alpes-Maritimes qui le transmettra au Préfet de Région avec avis favorable.

Suites au présent entretien du 14 mai 2013 avec le Préfet

À un souhait exprimé en séance par le GIR, le Préfet a accepté qu'à ce tour d'horizon puissent succéder périodiquement de nouveaux entretiens sur des questions générales ou particulières.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[2] D'un continent à l'autre : des espaces littoraux en péril

 

Les considérations qui précèdent ne sont pas l'apanage des Alpes-Maritimes dont le devenir préoccupant est progressivement partagé par les espaces littoraux du globe. Elles étaient de toute évidence sous-jacentes dans les interventions de Jacques Molinari lors de ses entretiens en Uruguay en novembre 2012 à La Pedrera et à Montevideo sur le thème Les façades littorales uruguayennes en péril - Tirer à temps les leçons de la Côte d'Azur [cf. InfoCirc 137]

 

Quel avenir pour La Pedrera et sa région face à la nouvelle conjoncture ? Contribution et commentaires de Jacques Molinari

Original français [13 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/UruguayPedreraMolinariContribFr20130224.pdf ]

Diffusion Uruguay (espagnol & français)

[cf. http://polomercosur.org/que-futuro-para-la-pedrera-y-la-region-ante-la-nueva-coyuntura/uruguaypedreramolinaricontribfr20130224/]

 

[3] Le Rapport Mobilité 21 "pour un schéma national de mobilité durable" - Clefs de lecture et avis du GIR Maralpin

 

Le GIR Maralpin a consacré son précédent InfoCirc [n° 138 du 24 juillet] à la présentation du Rapport Mobilité 21 "pour un schéma national de mobilité durable" remis le 27 juin 2013 au ministre chargé des transports, de la mer et de la pêche par M. Philippe Duron, Président de la Commission Mobilité 21.

Ce document n'appelle, de la part du GIR Maralpin, que des éloges. Son extrême importance, tant par son contenu que par sa portée, a conduit le GIR à le présenter sous la forme analytique et synoptique d'un Document de travail et à en dégager quelques clefs de lecture ouvrant particulièrement sur les problématiques spécifiques à l'aménagement du territoire des secteurs de l'Arc méditerranéen occidental et de l'Arc alpin franco-italien.

 

Mobilité 21 "pour un schéma national de mobilité durable" - Clefs de lecture et avis du GIR Maralpin

[14.07.2013, 22 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Mob21ClefsLectureAvisGir14072013.pdf]

InfoCirc138

2013.07.23

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 138 [23.07.2013] 

Le Rapport Mobilité 21 - Clés de lecture et avis du GIR Maralpin

 

Le Rapport Mobilité 21 "pour un schéma national de mobilité durable" - Clefs de lecture et avis du GIR Maralpin

 

Le Rapport Mobilité 21 "pour un schéma national de mobilité durable" a été remis le 27 juin 2013 au ministre chargé des transports, de la mer et de la pêche par M. Philippe Duron, Président de la Commission Mobilité 21. Mise en place en octobre 2012 par le ministre chargé des transports, la Commission a eu pour mission de préciser les conditions de mise en oeuvre du Schéma national des infrastructures de transport (SNIT).

 

Les éloges du GIR

S'il lui fallait, en quelques mots seulement, exprimer son avis sur le Rapport, le GIR Maralpin n'hésiterait pas à le qualifier à la fois de remarquable par sa richesse, de courageux par son audace à contester nombre de présupposés, et de salutaire dans la mesure où il dresse pour la première fois un état objectif et général, à l'échelle nationale, de la problématique de la mobilité sous tous ses aspects.

L'extrême importance de ce document, tant par son contenu que par sa portée, a conduit le GIR Maralpin à en dégager quelques clefs de lecture ouvrant particulièrement sur les problématiques spécifiques à l'aménagement du territoire des secteurs de l'Arc méditerranéen occidental et de l'Arc alpin franco-italien.

 

Le dossier du GIR

Le présent dossier est conçu comme document de travail à usage interne mais il s'adresse également aux partenaires et interlocuteurs du GIR Maralpin qui consacrent, comme lui, tous leurs efforts à l'aménagement raisonné et soutenable du territoire. Qu'il fasse de très larges emprunts au Rapport de la Commission 21 ne surprendra pas. Ce "Rapport Duron" (du nom du Président de ladite Commission), dont sont loués par ailleurs les grandes qualités et le caractère novateur, servira désormais de référence et contribuera, le GIR l'espère, avec le temps nécessaire à l'assimilation de son riche contenu, à apaiser les passions de tous les "Bouvard et Pécuchet du ferroviaire", qu'ils soient tenants ou opposants de la grande vitesse, et à amener à la raison les bonimenteurs qui préfèrent les proclamations à la réflexion.

 

Le "Rapport Duron" et les projets relevant de l'Arc Méditerranéen et de l'Arc Alpin

Le présent dossier parcourt le contenu du "Rapport Duron" en en faisant ressortir les aspects les plus novateurs et les nombreuses convergences avec les thèses défendues par le GIR. Il porte l'accent sur l'attention portée par la Commission aux projets relevant de l'Arc Méditerranéen et de l'Arc Alpin, attention qui se révèle particulièrement favorable pour ces secteurs géographiques qui recueilleraient une part privilégiée des financements. Ces informations sont clairement mises en évidence à la lumière des tableaux synoptiques dressés par le GIR à cette fin.

 

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Mob21ClefsLectureAvisGir14072013.pdf]

 

Sur le contexte : rappels InfoCirc antérieures

 

Le 17 octobre 2012 - Une disposition gouvernementale et son incidence régionale : le Schéma national de mobilité durable (SNMD) se substituera au SNIT et le Système ferroviaire intégré (SFI) Paca à la LGV Paca

(a) Le SNMD remet en question le SNIT et le SFI-Paca se substitue à la LGV-Paca [Analyse du GIR Maralpin]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/SfiPacaSnmdAnalyseGir171012.pdf]

(b) Le Système ferroviaire intégré (SFI) supplante la LGV-Paca [Relevé de notes sur la rencontre de M. Hugues Parent, Préfet de Région, avec des associations le 17.01.2012]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/SfiPacaRencontrePrefAssocCrGir171012.pdf]

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - La version consolidée de l'Avant-projet soumise à la consultation ouverte le 28 février 2011 - Notes de lecture et commentaires

par Claude Brulé, Administrateur délégué du GIR Maralpin auprès des Administrations centrales

Note d'analyse du GIR portant sur les étapes franchies par l'avant-projet de schéma national depuis sa définition le 3 août 2009 par l'Autorité environnementale, sa première présentation en juillet 2010, suivie en janvier 2011 d'une nouvelle présentation sous sa forme dite "consolidée".

L'analyse, qui renvoie à une note précédente (septembre 2009) traitant de la première version de l'avant projet, porte l'accent sur les novations apportées au projet, sur les priorités retenues dans le SNIT "consolidé", mais aussi sur les critiques portées au projet par l'Autorité environnementale dans son avis du 11 mars 2011.

Cette nouvelle note est assortie de commentaires portant sur le positionnement de l'avant-projet au regard du Grenelle de l'environnement, sur les priorités retenues dans la version "consolidée", et sur les futures étapes du SNIT.

http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/SnitAvantProjetConsolideCommentClBrule1106.pdf

InfoCirc137

2012.03.27

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 137 [27.03.2013] 

(1) Regards croisés Uruguay/Côte d'Azur (2) Le projet LGV-PACA sagement recadré en LN-PCA par l'État et le Comité de pilotage du 09.01.2013

 

[1] Des associations uruguayennes consultent le GIR sur le débat public en France

 

Reçu par des représentants du Movimiento por un Uruguay Sustentable (MOVUS), à Montevideo, puis à Cerro Chato pour se familiariser sur place avec les enjeux du site minier ARATIRI qui fait l'objet d'une forte contestation, Jacques Molinari a appelé l'attention de ses interlocuteurs sur la pratique et les enseignements du débat public en France et répondu par écrit aux nombreuses et pertinentes questions qui lui ont été posées à leur sujet par leur autorité Victor L. Bacchetta. Leurs transcriptions ont fait l'objet d'une publication et d'une large diffusion sur différents sites de la société civile uruguayenne.

 

Institucionalización del debate público - Entrevista a Jacques Molinari por Victor L. Baccetta [publication en espagnol]

Semanario VOCES (Uruguay) - 28 de febrero de 2013 - Ano IX - n° 375 - páginas 14 & 15

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/UruguayDebatPublicVocesEsp1313.pdf]

Observatorio Minero del Uruguay

[cf. http://www.observatorio-minero-del-uruguay.com/2013/03/debate-publico-y-desarrollo]

 

Institutionnalisation du Débat public en Uruguay - Entretiens de Víctor L. Bacchetta avec Jacques Molinari

Réponses de J. Molinari au questionnaire de V. Bacchetta sur le débat public en France, sources de l'article publié le 28 février 2013 dans l'hebdomadaire uruguayen Voces - Traduction de l'espagnol et original français [6 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/UruguayDebatPublicEntretiensMovusFr1303.pdf]

 

[2] "Ville 30 km/h" - Le GIR s'associe à l'Initiative citoyenne européenne

 

Le texte de cette Initiative Citoyenne Européenne (ICE), soutenu par de nombreuses confédérations, fédérations et associations françaises, a été déposé le 13 novembre 2012 auprès de la Commission européenne. Cette initiative porte sur la préconisation d’une nouvelle vitesse de référence en ville et dans les quartiers résidentiels : en l’occurrence, 30 km/h, le 50 km/h n’étant plus conservé que pour les axes de transit.

 

Campagne française "30 km/h : redonnons vies à nos villes" - Document grand public

Rue de l'Avenir France ; 23.01.2013 ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ville30RueAvenirGrandPublic1301.pdf]

 

Lancement officiel en France de la campagne européenne - Communiqué de presse - 8 février 2013

Cadre et objectifs de la campagne européenne ; Rue de l'Avenir, FNAUT, FUB ; 8 février 2013 ; 2 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/Ville30CommPresseFrance1302.pdf]

 

[3] Projet de doublement du tunnel routier du Gothard - Consultation populaire

 

Iniziativa da las Alps (Suisse) lance un appel aux citoyens de toutes nationalités pour signer une consultation populaire exigeant que le Conseil fédéral renonce à la construction d'un deuxième tunnel routier au Gothard dont on doit savoir (par le GIR Maralpin) qu'il est déjà pourvu d'une galerie de sécurité [cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/RouteGrandsTunnels2.pdf] et que cette traversée alpine doit être assurée par le tunnel ferroviaire de base [NLFA] dont le percement vient de s'achever.

Le lecteur ne manquera pas d'établir une correspondance (au changement d'échelle près) avec la problématique du Col de Tende où le projet de doublement du tunnel routier compromettrait la valorisation de la ligne ferroviaire existante.

 

Pétition : http://www.alpeninitiative.ch/initiative-des-alpes/agir/petition.html

InfoCirc136

2013.02.26

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 136 [26.02.2013] 

(1) Regards croisés Uruguay/Côte d'Azur (2) La seule bonne voie pour la ligne nouvelle retenue par le Comité de pilotage

 

[1] Les façades littorales uruguayennes en péril - Tirer à temps les leçons de la Côte d'Azur

 

Sachant l'attention qu'il attache à l'Uruguay depuis plus de quarante ans, la Dra Carina Nalerio, responsable du Laboratoire de prospective de l'Université de la République (Montevideo), a invité le Secrétaire scientifique du GIR Maralpin à animer, à l'occasion de sa dernière visite en ce pays, une rencontre d'échanges de vues sur les problématiques comparées de la Côte d'Azur et du Littoral atlantique uruguayen [cf. http://www.gir-maralpin.org/EddUruguay.htm].

La rencontre s'est déroulée en Uruguay, le 23 novembre 2012 au Club La Pedrera, dans la station balnéaire du même nom, et a fait l'objet d'une communication assortie d'illustrations et d'annexes, communication dont les deux versions (original français et sa traduction en espagnol) sont accessibles ici

 

Quel avenir pour La Pedrera et sa région face à la nouvelle conjoncture ? Contribution et commentaires de Jacques Molinari

Original français [13 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/UruguayPedreraMolinariContribFr20130224.pdf]

 

Que futuro para La Pedrera y la región ante la nueva coyuntura? Contribución y comentarios de Jacques Molinari

Traduction en espagnol [13 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/UruguayPedreraMolinariContribEsp20130224.pdf]

 

[2] Ligne nouvelle Provence-Côte d'Azur - Le comité de pilotage du 9 janvier 2013 conforte le changement de cap

 

Considérant pour acquis "le recentrage du projet sur l'amélioration des transports du quotidien" tel qu'il l'avait fait admettre lors de la réunion du 17 octobre 2012 devant une assistance choisie, le Préfet de Région Hugues Parant s'est référé à la création de la commission «mobilité 21» chargée de mettre en perspective les conditions de réalisation su Schéma national de mobilité durable (SNMD) pour "donner mission à Yves Cousquer de travailler sur un phasage possible du projet, en recherchant un consensus intégrant l'acceptabilité politique et financière du projet, ainsi que sur son acceptabilité sociale".

La réflexion menée dans ce nouveau cadre par Yves Cousquer (dont le GIR Maralpin a apprécié le rôle décisif dans le choix du tracé des Métropoles) a conduit le Copil à retenir les orientations suivantes :

(a) sous-phasage du projet avec en première étape, pour la soumission à la Commission "mobilité 21" : (1) la désaturation du noeud ferroviaire de Saint-Charles et (2) la création d'une ligne nouvelle "depuis la Siagne jusqu'à Nice"

(b) confirmation de l'approche transfrontalière du projet

(c) intégration du fret à la réflexion

Ces orientations répondent en tous points à l'ensemble des préconisations que le GIR Maralpin n'a eu cesse de construire et de plaider depuis la genèse du projet. Il reste à espérer qu'elles soient retenues, sinon imposées, au plus haut niveau de l'État.

 

Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur - Comité de pilotage du 9 janvier 2013 - Compte rendu

Préfet de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LnPcaCopilJanv2013Cr.pdf]

InfoCirc135

2012.12.27

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 135 [27.12.2012]

Que penser de la Concertation LGV-Paca telle qu'elle a été pratiquée par RFF et suivie par la CNDP ?

 

[1] La "concertation" LGV-PACA de septembre à décembre 2011

 

Dix mois après l'achèvement d'une concertation engagée en septembre 2012 et interrompue en décembre de la même année, RFF a adressé à tous les membres du Collège des acteurs, et à ce titre au GIR Maralpin, un Bilan de la concertation au sujet duquel il sollicite leur avis sous la forme d'une fiche de lecture comportant quatre rubriques et devant être intitulée

Remarques du collège des acteurs sur le bilan de la concertation LGV-PACA - Septembre/Décembre 2011

On trouvera ci-après, reproduites dans leur intégralité, les réponses du GIR Maralpin à ces 4 rubriques intitulées

1.      Le dispositif d'information et de concertation

2.      Le bilan quantitatif de la concertation

3.      Les enjeux soulevés au cours de la concertation

4.      Les principaux enseignements de la concertation

Avis du GIR Maralpin sur le Bilan de la concertation 2011 dressé par RFF

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertation2011BilanRffAvisGir121112.pdf]

Le GIR Maralpin, qui se réfère à l'ensemble des observations, commentaires, requêtes et propositions qu'il a formulés tout au long de cette concertation, ne peut qu'en dresser un bilan extrêmement sévère qui met en cause non seulement RFF, maître d'ouvrage, mais aussi ses commettants en charge de l'organisation, et sans nul doute, le système de financement du projet qui a, de fait, accordé une primauté démesurée aux co-financeurs, en effaçant le rôle de l'État, lequel, au paroxysme de la confusion, a heureusement repris la main [cf. Info@Circ n° 134 : Récentes dispositions du nouveau Gouvernement : remises en question du SNIT et de la LGV-Paca - Voir Rappels ci-dessous].

 

On notera qu'à ce jour, ni le Bilan de la concertation (adressé le 16 octobre 2011 aux membres du Collège des acteurs), ni les avis (dont ceux du GIR) que RFF attend de ces derniers, n'ont été mis à disposition du public. En revanche...

 

[2] La "concertation" Nice-Italie 16 janvier/16 février 2012

 

... le Compte rendu de cette "concertation", de surcroît validé par la Commission nationale du débat public (CNDP), a été mis en ligne le 16 décembre 2012 sur le site de RFF, sans que l'avis du Collège des acteurs n'ait été sollicité.

Le GIR Maralpin ne manquera pas pourtant de donner le sien à la lecture attentive d'un document, qui surpasse en indigence, le Rapport qui l'a précédé.

 

[3] Que penser de la place et du rôle de la CNDP dans ces concertations

 

Les nombreuses critiques que le GIR Maralpin n'a cessé de formuler, tant sur l'organisation que sur le déroulement de ces concertations, ont déjà eu un écho notable auprès des Autorités de l'État. Il serait souhaitable qu'elles en aient aussi auprès de celles de la CNDP dont les responsabilités sont engagées de par la Loi, laquelle stipule :

 

Art. L. 121-1. [Loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité]

La Commission nationale du débat public, autorité administrative indépendante, est chargée de veiller au respect de la participation du public au processus d’élaboration des projets d’aménagement ou d’équipement d’intérêt national de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics et des personnes privées, relevant de catégories d’opérations dont la liste est fixée par décret en Conseil d’État, dès lors qu’ils présentent de forts enjeux socio-économiques ou ont des impacts significatifs sur l’environnement ou l’aménagement du territoire.

« La participation du public est assurée pendant toute la phase d’élaboration d’un projet, depuis l’engagement des études préliminaires jusqu’à la clôture de l’enquête publique...

« Elle conseille à leur demande les autorités compétentes et tout maître d’ouvrage sur toute question relative à la concertation avec le public tout au long de l’élaboration d’un projet.

« La Commission nationale du débat public a également pour mission d’émettre tous avis et recommandations à caractère général ou méthodologique de nature à favoriser et développer la concertation avec le public.

 

Rappels

|Info.Circ@Maralpines 134]

Le 17 octobre 2012 - Une disposition gouvernementale et son incidence régionale : Le Schéma national de mobilité durable (SNMD) se substituera au SNIT et le Système ferroviaire intégré (SFI ) Paca à la LGV Paca 

InfoCirc134

2012.10.27

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 134 [27.10.2012]

Récentes dispositions du nouveau Gouvernement : remises en question du SNIT et de la LGV-Paca

 

Le 17 octobre 2012 - Une disposition gouvernementale et son incidence régionale

Le Schéma national de mobilité durable (SNMD) se substituera au SNIT

et le Système ferroviaire intégré (SFI ) Paca à la LGV Paca

 

Le même jour, le 17 octobre 2012, où Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, annonçait les premières dispositions en vue de proposer les bases d' un nouveau schéma national de mobilité durable (SNMD) devant se substituer au schéma national des infrastructures de transport (SNIT), Hugues Parent, Préfet de la Région PACA, réunissait des associations pour transposer ces directives du gouvernement au projet de LGV-Paca, dont les orientations initiales sont remises en question sous le concept nouveau de Système Ferroviaire Intégré (SFI) Paca.

Le GIR considère l'ensemble de ces dispositions, qui correspondent en tous points à ses analyses et recommandations, comme profondément salutaires et justiciables du plus large soutien.

 

[1] Le SNMD remet en question le SNIT et le SFI-Paca se substitue à la LGV-Paca [Analyse du GIR Maralpin]

 

Considérant que le SNIT conçu par son prédécesseur implique des investissements démesurés, tant au niveau de l'État qu'à celui des collectivités locales, et n'est pas compatible avec l'objectif de retour à l'équilibre des finances publiques, le nouveau gouvernement considère nécessaire de construire une vision soutenable des transports en donnant la priorité aux transports du quotidien. Dans cette perspective, il a mis en place le 17 octobre 2011 une commission chargée de soumettre, sous six mois, des recommandations à partir desquelles pourra être élaboré un nouveau schéma national de mobilité durable.

Leur transposition a été présentée le même jour à des associations PACA par le Préfet de Région qui a précisé les raisons pour lesquelles au projet de LGV-Paca sera substitué celui d'un Système ferroviaire intégré répondant aux besoins les plus urgents de la population et satisfaisant aux recommandations du Gouvernement.

[cf. SfiPacaSnmdAnalyseGir171012]

 

[2] Le Système ferroviaire intégré (SFI) supplante la LGV-Paca

[Relevé de notes sur la rencontre de M. Hugues Parent, Préfet de Région, avec des associations le 17.01.2012]

 

S'appuyant sur une présentation d'un état des lieux sévère de l'asphyxie ferroviaire, routière et environnementale dont l'incidence sur le devenir socio-économique de la région est inquiétante, le Préfet, qui semble regretter la manière dont a été conduite la concertation, reconnait les insuffisances d'un dossier où ont été occultés l'obsolescence et l'insuffisance du réseau ferroviaire existant, la saturation irrémédiable du réseau routier et les besoins croissants de mobilité.

En déplorant l'impasse de la très grande vitesse sur laquelle RFF a été engagé, et en se référant aux orientations du nouveau gouvernement [cf. 1], le préfet considère devoir y renoncer et recentrer le projet sur le concept d'un Système Ferroviaire Intégré privilégiant le report modal sur le rail, de manière à être à la hauteur des besoins de mobilité liés aux projets de développement des métropoles littorales.

C'est à cette seule condition que le nouveau projet [en entière cohérence avec les analyses du Gir] pourra être éligible au nouveau Schéma national (SNMD).

[cf. SfiPacaRencontrePrefAssocCrGir171012]

 

[3] Accès à l'ensemble des documents 

 

Dispositions du Ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêche relativement aux projets d'infrastructures [17 octobre 2012]

·        Communiqué de presse "Commission SNIT : pour un schéma national de mobilité durable" [1 page]

·        Composition de la mission d'évaluation du schéma national des infrastructures de transport (SNIT) [1 page]

·        Lettre de mission aux membres de la Commission SNIT [2 pages]

 

Rencontre Préfet de région - Associations

·        Lettre d'invitation du Préfet de région [2 pages]

·        Présentation des enjeux du Système ferroviaire intégré Paca [diaporama 26 planches]

·        Communiqué de presse de la préfecture de région à l'issue de la réunion [2 pages]

 

Études, analyses et propositions du GIR Maralpin relatives aux infrastructures ferroviaires

Outre les très nombreuses études, communications et publications relatives au projet et au territoire qui figurent sur le site du GIR Maralpin  [http://www.gir-maralpin.org], mentionnons particulièrement :

·        Mémorandum du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État sur les derniers enjeux de la LGV-Paca [mars 2011] [11 pages]

·        Une ligne nouvelle à voie unique - Une proposition innovante formulée par le GIR Maralpin dans le cadre de la concertation - Éléments de réflexion [février 2012] [21 pages]

InfoCirc133

2012.04.28

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 133 [28.04.2012]

LGV-Paca - Concertation Nice-Italie - Propositions et commentaires du GIR

 

LGV-Paca - Liaison Nice-Italie - Propositions et commentaires du GIR Maralpin

Faute d'avoir été prise en compte dans le débat public organisé en 2005 sur la LGV-Paca, la section Nice-Vintimille a fait l'objet, au début de l'année 2012 (du 16 janvier au 16 février), d'une concertation spécifique à laquelle le GIR Maralpin a participé activement par diverses contributions, et sur l'organisation et le déroulement de laquelle il formule une série d'observations et de commentaires.

 

[1] Une ligne nouvelle à voie unique

Une proposition innovante formulée par le GIR Maralpin dans le cadre de la concertation - Éléments de réflexion

 

Les propositions relatives à ce tronçon s'inscrivent dans la réflexion générale conduite par le GIR Maralpin sur l'ensemble du projet, à savoir son ajustement aux nécessités d'aménagement du territoire et à sa desserte fret et voyageurs par un réseau maillé et sécurisé. La proposition consiste à transposer ces principes au secteur Nice-Monaco-Vintimille et à répondre progressivement à l'évolution des trafics par un double phasage géographique et infrastructurel, ce dernier étant fondé sur une réalisation et une exploitation à voie unique s'inspirant étroitement de celles de la nouvelle ligne de base du Lötschberg. Avec la remise en cause de la doxa de la grande vitesse, dépourvue de sens sur un tel tracé, les propositions du GIR visent le double objectif de réduction des coûts d'investissement et d'exploitation, allègements d'importance capitale pour un projet sur lequel pèsent d'énormes contraintes physiques, environnementales et humaines, qui en rendent le financement problématique.

L'espace transfrontalier, une préoccupation majeure du GIR Maralpin ; 1. Les propositions du Maître d'ouvrage ; 2. Le diagnostic du GIR Maralpin ; 3. Les fondements de sa proposition ; 4. Une ligne nouvelle à voie unique : une référence, la ligne du Lötschberg ; 5. Sur les investigations à poursuivre

Compléments aux propositions formulées le 24 janvier et le 7 février 2012 par le GIR Maralpin dans le cadre des réunions du groupe de travail de la concertation Nice-Monaco-Italie ; 28 février 2012 ; 6 planches ; 4 encadrés ; 21 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Etudes.htm]

 

[2] Observations et commentaires du GIR Maralpin sur la concertation spécifique à la liaison ferroviaire Nice-Italie

 

Menée en l'espace d'un mois, la concertation spécifique sur la section Nice-Italie couvrant l'espace s'étendant de la Vallée du Var à la frontière italienne, présente les même biais que celle qui l'a précédée, et ce, à un degré encore inégalé dans la mesure où ce fragment de liaison internationale, et plus encore d'Arc méditerranéen, n'a fait l'objet que d'un examen local et extemporané sans que ne soient communiquées toutes les données recueillies par le maître d'ouvrage et que ne soient exploitées par ce dernier, un certain nombre d'informations, notamment celles recueillies sur la problématique italienne par le GIR Maralpin depuis sa création [cf. Cahiers techniques ferroviaires du GIR]. On ne peut donc guère accorder, ni grande représentativité ni grande valeur, à une concertation ayant pourtant rang de "débat public" et, à quelques nuances près, maintenue au niveau de la concertation étendue qui l'a précédée.

Quoi qu'il en soit, cette concertation "à tiroir" a offert à ses participants et contributeurs l'occasion de présenter des points de vue et des éléments de réflexion de grand intérêt et dont la plupart vont à l'encontre de décisions convenues par le maître d'ouvrage et ses co-décideurs, dans le cadre des comités de pilotage ayant précédé la concertation.

Un palliatif au débat public ; Une concertation restreinte dans l'espace et le temps... en l'absence de représentants monégasques et avec une participation italienne restreinte ; Des pré-requis frustrants ; Le maillage ferroviaire de la Côte d'Azur et l'Arc méditerranéen sacrifiés au dogme de la vitesse ; Un exercice imposé ; Références

Cl. Brulé ; J. Molinari ; avril 2102 ; 6 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm] 

InfoCirc132

2012.01.31

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 132 [31.01.2012]

(1) Ligne 2 du Tramway de Nice - (2) LGV-Paca et TGV-PCA - (3) Préservation espaces agricoles et Plaine du Var

 

[1] Observations du GIR Maralpin sur le projet de ligne Ouest-Est du tramway de Nice et réflexions prospectives sur un nécessaire programme niçois de transport urbain

 

Dans son précédent bulletin [Info.Circ 131 du 10 janvier dernier], le GIR Maralpin a donné accès au lourd dossier (plus de 1500 pages) soumis à enquête publique et fait état des éléments d'analyse qu'il s'apprêtait à formuler sur un projet de "tram/métro" [à propos duquel il avait auparavant publié la position de "Rue de l'Avenir" prônant l'effacement du trafic automobile en ville au profit des transports publics et des déplacements doux, et dénonçant l'aberration d'un tracé souterrain].

Les observations déposées par le GIR le 20 janvier, lors de la clôture de l'enquête publique, portent notamment sur le cadre du projet, l'absence de retour d'expérience de la Ligne 1, la philosophie du projet, ses fonctionnalités, l'exploitation et la sécurité, les risques, nuisances et gênes occasionnés par les travaux souterrains.

Elles reprennent, en les explicitant et en les référençant en regard du dossier d'enquête, l'ensemble de ces considérations en les assortissant de réflexions prospectives sur des transports urbains et interurbains à la mesure de la conurbation niçoise.

20 pages ; 10 planches

[cf. http://www.gir-maralpin.org/DdMobiliteUrbaineAlpesMaritimes.htm]

 

[2] LGV-Paca - Rencontre du Préfet François Leblond, Président de TGV-PCA avec M. Hugues Parent, Préfet de Région, le 17.01.2012

 

Position de l'association TGV Provence Côte d'Azur sur la LGV-Paca présentée par son Président, M. le Préfet François Leblond, et son Conseiller, M. Robert Hénaff, à M. Hugues Parent, préfet de la Région PACA, lors de l'audience accordée par ce dernier le 17 janvier 2012.

[Ces termes de référence sont partagés pour l'essentiel par le GIR Maralpin dont on sait l'étroite collaboration,instaurée depuis la genèse du projet, avec l'association TGV-Pca]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

[3] Les nouvelles dispositions issues de la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010 pour la protection des espaces agricoles et naturels ...et le préservation de l'agriculture dans la Plaine du Var

 

Note de cadrage de Claude Brulé [octobre 2011] sur quelques dispositions législatives relatives à la protection des espaces agricoles périurbains avec mention de quelques cas de mises en application sur le territoire national, en écho aux inquiétudes ressenties par les tenants de l’agriculture de proximité en regard des projets d’aménagement conduits dans la vallée du Var au titre de l'opération d’intérêt national

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertActualites.htm] 

InfoCirc131

2012.01.14

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 131 [14.01.2012]

Tramway de Nice - Enquête publique Ligne 2  : un projet extravagant

La remise en cause du projet LGV-PACA [Dossier]

 

La salade niçoise du Tram/Métro de la ligne 2 du tramway de Nice

 

L'excentricité et la démesure du maire de Nice soumettent à rude épreuve la vigilance des citoyens niçois et azuréens. L'annonce tapageuse de Jeux Olympiques d'Hiver à Nice, l'orchestration de l'OIN "Éco-Vallée" sur les 10 000 ha de la Plaine du Var, l'implantation sur ses dernières terres agricoles de l'Olympic Nice Stadium (stade de football "écologique"), l'accaparement tout récent des plus hautes cimes du Mercantour par la Métropole urbaine niçoise, ne doivent cependant pas occulter l'extravagance du projet de Ligne 2 du tramway de Nice.

Naguère vigoureusement repoussé de la Promenade des Anglais qu'il était censé enjoliver, le tracé de la ligne affiche désormais une autre originalité, celle d'un parcours souterrain de 3,2 km que la municipalité niçoise tente de justifier, à plus de 750 millions d'euros, par quelques minutes gagnées et une facilitation de la circulation automobile.

Soumis à enquête publique jusqu'au 20 janvier, ce projet avait, dès sa genèse, fait l'objet de sévères critiques de principe par le GIR Maralpin et Rue de l'Avenir, le moment est venu de le mettre en pièces.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Interventions/NiceTramL2EnqPublObservGir.2012.01.20.pdf]

InfoCirc130

2012.01.04

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 130 [04.01.2012]

LGV-Paca - Un tournant décisif dans l'évolution du projet : une remise en cause radicale

 

La voie de la sagesse pour le projet LGV Paca : une remise en cause radicale

 

En s'opposant à la mascarade d'une concertation conduite à marches forcées par RFF, les viticulteurs varois ont porté un coup d'arrêt à un processus conçu pour aboutir, dès l'échéance du Comité de pilotage du 22 décembre, au choix définitif d'un "scénario" (et pratiquement d'un tracé) conçu selon les dogmes désormais contestés de ligne dédiée à la très grande vitesse et ponctuée de gares nouvelles hors-la-ville.

C'est en usant d'autres arguments, ceux-là stratégiques et techniques, que la grande métropole marseillaise et le modeste GIR obtinrent, deux ans plus tôt, l'intervention de l'État, par l'entremise de la Mission Cousquer, pour qu'à l'archaïque tracé direct dit "Côte d'Azur" soit substitué celui, novateur, dit des "Métropoles du Sud", devant présider au maillage d'un réseau ferroviaire métropolitain.

Ce premier changement de cap n'a pas suffi puisque, "mutatis mutandis" mais arc bouté sur ses a priori et sur les exigences niçoises d'un parcours Nice-Paris en quatre heures, RFF s'est obstiné depuis à vouloir imposer des tracés dérogeant à ces grands objectifs d'aménagement du territoire.

Les efforts explicatifs déployés par le GIR Maralpin, comme le ferme positionnement du Conseil régional dans cette perspective, ne sont pas étrangers à la décision du représentant de l'État de repousser à juillet 2012 le choix du tracé et de prendre en considération de nombreux correctifs, dont la prise en compte du fret pour laquelle le GIR a efficacement œuvré.

 

Déclarations officielles suite à la réunion du Comité de pilotage du 22 décembre 2011

 

Conférence de presse de M. Hugues Parent, Préfet de la Région à l'issue du Comité de pilotage du projet de LGV-Paca

Verbatim de la conférence de presse tenue à Marseille le 22 décembre 2001- Transcription du reportage télévisé de FR 3

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCopil1112PrefetRegionConfPresse20111222.pdf]

 

Impressions et réactions du Vice-président délégué aux transports du Conseil régional PACA face à l'évolution du projet

Communiqué de Jean-Yves Petit, Vice-président délégué aux transports du Conseil régional PACA, suite au Comité de pilotage de la LGV-Paca auquel il représentait la Région

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCopil1112CrPacaPetitJeanYvesCommunique.pdf]

 

Contributions, interventions et démarches du GIR Maralpin en préparation au Copil

 

20 décembre 2011 - Démarche du GIR Maralpin auprès de la Mission Finances [très récent]

[Lettre du 20.12.2011 à l'Inspecteur général des Finances Francis Idrac (copies à MM. Yves Cousquer et Philippe Marzolf)]

Requête du GIR Maralpin prônant la prise en considération conjointe par le Copil des directives de l'État et des enseignements de la concertation, avec une attention particulière sur la traversée-desserte des Alpes-Maritimes et la liaison avec l'Italie "OUI à un projet de toute la région, OUI à un réseau ferroviaire performant"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

18 décembre 2011 - Communiqué de presse de l'URVN, du Groupe varois de réflexion, du GIR Maralpin et de TGV-PCA

Face aux oppositions exprimées à l'encontre du schéma à dominante grande vitesse présenté par RFF, L’URVN-FNE Paca, le Groupe Varois de Réflexion sur la LGV Paca (qui fédère 8 associations varoises, dont la FNAUT 83), le GIR Maralpin et l'Association TGV PCA, réaffirment leur soutien à un projet qui concerne toute la région mais doit traiter d'abord des besoins prioritaires et déboucher sur la réalisation d'un réseau ferroviaire performant.

Les organismes signataires proposent pour objectifs : (1) octroyer la priorité au développement des TER ; (2) abandonner la très grande vitesse ; (3) privilégier le maillage du réseau ; (4) étudier l'implantation de haltes nouvelles ; (5) réaliser au plus tôt un report modal des transits routiers.

Ils demandent à l'État d'afficher des orientations constructives devant conduire à réexaminer les propositions de RFF en annonçant un phasage des travaux et en suscitant une réelle concertation sur les points durs (Est Var et Ouest Alpes-Maritimes)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCommuniqPresseInterAssoc20111219.pdf]

 

8 décembre 2011 - 4ème Comité territorial des Alpes-Maritimes (CoTer 06) - Déclaration liminaire du GIR Maralpin

À l'ouverture de ce quatrième CoTer 06, qui clôt l'ensemble des réunions de concertation programmées de septembre à décembre 2011 et censées devoir aboutir au choix d'un fuseau de tracé, le GIR Maralpin, qui y a occupé tout au long une part active, a tenu à exprimer son point de vue sur le déroulement de cette concertation devant les membres de ce CoTer, et à demander à ce que soit portée à connaissance de l'ensemble des acteurs du projet, la présente déclaration liminaire portant sur :

(1) les nouvelles lignes directrices issues de la concertation

(2) ses demandes antérieurement formulées sur l'ouverture et le déroulement de la concertation

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCoter06R4DeclarationGir.pdf]

 

22 novembre 2011 - Territoires, Gares, Infrastructures et Exploitation ferroviaire fret & voyageurs - S'affranchir des dogmes et s'engager sur de nouvelles voies avec le projet de ligne nouvelle [contribution GIR au Groupes de travail fret]

Parcours iconographique (diaporama de 58 planches couleurs) au fil des enjeux, des défis et des solutions proposées à la lumière de réalisations exemplaires

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertGtttFretToulonPresentGirMolinari20111122z.pdf]

 

18 novembre 2011 - Note d'information et propositions du GIR Maralpin pour la traversée-desserte des Alpes-Maritimes - La concertation à mi-parcours

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertationMiParcours1111.pdf]

 

17 novembre 2011 - Observations sur les dérives du maître d'ouvrage - Requête au Préfet de Région en date du 17 novembre 2011

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertDeriveGtttGares.2011.11.17.pdf]

 

25 octobre 2011 - Demande d'ouverture de la concertation sur des scénarios écartés par le Comité de pilotage (CoPil) - Requête au Préfet de Région en date du 25 octobre 2011

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertScenariosEcartes.2011.10.25.pdf]

 

15 octobre 2011 - Concertation : Huit requêtes du GIR Maralpin soumises à la troisième réunion du Coter des Alpes-Maritimes

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCoter06.3RequetesGir.2011.10.15.pdf]

 

Trente ans après sa naissance, le concept TGV remis en question par le Directeur général délégué de RFF

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_jdownloads&Itemid=999999&task=view.download&cid=1309]

 

Rappel important

 

LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011]

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

InfoCirc129

2011.12.21

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 129 [21.12.2011]

OIN Plaine du Var : La CNDP fraye la voie d'une saisine - LGV-Paca : recadrer le projet

 

OIN Plaine du Var

 

La CNDP ne considère pas recevables en l'état les demandes de débat public reçues de FNE et du Conseil régional PACA mais fraye cependant la voie d'une saisine

La Commission nationale du débat public (CNDP) s'est prononcée, dans son communiqué en date du 7 décembre 2011, sur les demandes d'organisation d'un débat public sur le Projet d’aménagement de la Plaine du Var, reçues le 10 novembre du Président de France Nature Environnement et le 23 novembre du Président du Conseil régional de la Région Provence Alpes-Côte d’Azur, dûment mandaté par délibération du 21 octobre 2011.

[cf. Info@Circ 128 du 03.12.2011 & http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

Après examen du dossier, la Commission a décidé que les deux saisines "n'étaient pas recevables en l'état" mais "elle appelle l’attention de la Ministre de l’écologie sur l’intérêt d’un tel débat", en précisant : "Il serait par ailleurs pertinent, dans le cadre du projet de décret en préparation, que les opérations d’intérêt national (Saclay, Plaine du Var) figurent sur la liste des plans et programmes susceptibles de faire l’objet d’un débat public en application des dispositions de l’article L. 121-10 du code de l’environnement."

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpCndpCommuniqueDecision20111207.pdf]

Si de telles propositions étaient menées à leur terme, le GIR Maralpin, qui fut à l'origine de la démarche et l'a accompagnée, pourra se féliciter d’avoir, indirectement, contribué à faire en sorte qu’un débat public puisse s’instaurer sur certaines OINs.

 

Concertation LGV-Paca

 

8 décembre 2011 - 4ème Comité territorial des Alpes-Maritimes (CoTer 06) - Déclaration liminaire du GIR Maralpin

À l'ouverture de ce quatrième CoTer 06, qui clôt l'ensemble des réunions de concertation programmées de septembre à décembre 2011 et censées devoir aboutir au choix d'un fuseau de tracé, le GIR Maralpin, qui y a occupé tout au long une part active, a tenu à exprimer son point de vue sur le déroulement de cette concertation devant les membres de ce CoTer, et à demander à ce que soit portée à connaissance de l'ensemble des acteurs du projet, la présente déclaration liminaire portant sur :

(1) les nouvelles lignes directrices issues de la concertation

(2) ses demandes antérieurement formulées sur l'ouverture et le déroulement de la concertation

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCoter06R4DeclarationGir.pdf]

 

18 décembre 2011 - Communiqué de presse de l'URVN, du Groupe varois de réflexion, du GIR Maralpin et de TGV-PCA

Face aux oppositions exprimées à l'encontre du schéma à dominante grande vitesse présenté par RFF, L’URVN-FNE Paca, le Groupe Varois de Réflexion sur la LGV Paca (qui fédère 8 associations varoises, dont la FNAUT 83), le GIR Maralpin et l'Association TGV PCA, réaffirment leur soutien à un projet qui concerne toute la région mais doit traiter d'abord des besoins prioritaires et déboucher sur la réalisation d'un réseau ferroviaire performant.

Les organismes signataires proposent pour objectifs : (1) octroyer la priorité au développement des TER ; (2) abandonner la très grande vitesse ; (3) privilégier le maillage du réseau ; (4) étudier l'implantation de haltes nouvelles ; (5) réaliser au plus tôt un report modal des transits routiers.

Ils demandent à l'État d'afficher des orientations constructives devant conduire à réexaminer les propositions de RFF en annonçant un phasage des travaux et en suscitant une réelle concertation sur les points durs (Est Var et Ouest Alpes-Maritimes)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm] 

InfoCirc128

2011.12.03

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 128 [03.12.2011]

OIN Plaine du Var : nouvelles demandes de saisine - LGV-Paca : l'argumentaire du GIR pour un réseau maillé et mixte des 2 lignes (nouvelle et historique)

 

OIN Plaine du Var · De nouvelles séries de démarches pour revendiquer un débat public

 

Le GIR Maralpin, l'URVN-Paca et France Nature Environnement se sont associés pour relancer les demandes de saisine du débat public adressées sous l'égide de Région Verte, les 04.11.2010 et le 02.01.2011, aux ministres en charge de l'Environnement

Pour leur part, les quatre groupes d'élus régionaux de la majorité avaient, pour l'assemblée plénière du Conseil régional Paca du 21 octobre 2011, déposé une motion demandant cette saisine.

 

21 octobre 2011 - Conseil régional PACA - Motion requérant la saisine par la CNDP du grand projet d'aménagement de l'OIN Écovallée

Motion présentée par quatre groupes d'élus [Groupes Socialiste, Radical et Républicain, Europe Écologie Les Verts, Partit Occitan - Front de Gauche] pour être soumise à l'assemblée plénière du 21.10.2011 [2 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpSaisineCndpCrPacaMotion4Groupes20111021.pdf]

 

Contexte de l'OIN Plaine du Var et historique des démarches effectuées à la date du 1er octobre 2011

Document élaboré par le GIR Maralpin à l'attention de l'URVN Paca en vue de la préparation du renouvellement des demandes de saisine de la CNDP pour l'organisation d'un débat public [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpSaisineCndpContexteGir1110.pdf]

 

10 novembre 2011 - France Nature Environnement - Demande de saisine de la CNDP sur le projet "Écovallée Plaine du Var"

Courrier adressé au Président de la CNDP [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpSaisineCndpFne20111110.pdf]

 

16 novembre 2011 - France Nature Environnement - Communiqué de presse

Projet "Écovallée Plaine du Var" : la consultation publique n'est pas facultative [une page]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/OinDpCommuniquePresseFne20111116.pdf]

 

Concertation LGV-Paca · S'affranchir des dogmes et s'engager sur de nouvelles voies avec le projet de ligne nouvelle PACA

 

À l'occasion de la quatrième réunion du Groupe de travail thématique transversal Fret & Logistique [Toulon, le 22 novembre 2011], ont été présentées par Jacques Molinari, sous forme de diaporama, quelques éléments majeurs des analyses et propositions du GIR Maralpin que ce dernier estime nécessaire de rappeler tout au long d'une procédure où bien peu de place est accordée à une véritable concertation autour d'un projet engoncé dans des dogmes aussi surannés qu'inadéquats, tant aux enjeux territoriaux qu'aux besoins des populations.

 

Territoires, Gares, Infrastructures et Exploitation ferroviaire fret & voyageurs - S'affranchir des dogmes et s'engager sur de nouvelles voies avec le projet de ligne nouvelle Parcours iconographique (diaporama de 58 planches couleurs) au fil des enjeux, des défis et des solutions proposées à la lumière de réalisations exemplaires

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertGtttFretToulonPresentGirMolinari20111122z.pdf]

 

Note d'information et propositions du GIR Maralpin pour la traversée-desserte des Alpes-Maritimes - La concertation à mi-parcours [Rappel du Bulletin précédent]

La traversée-desserte des Alpes-Maritimes, focalise tous les enjeux d'aménagement du territoire et de fonctionnalités ferroviaires, ainsi que toutes les stipulations à l'encontre des propositions du maître d'ouvrage, relatives à l'aménagement du territoire, aux fonctionnalités et à l'exploitation ferroviaires, stipulations assorties en premier lieu de la remise en cause de la grande vitesse dans le secteur des Alpes-Maritimes.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaConcertationMiParcours1111.pdf]

 

Rappels du Bulletin précédent [Info@Circ n° 127 du 20.11.2001]

 

Demande d'ouverture de la concertation sur des scénarios écartés par le Comité de pilotage (CoPil) - Requête au Préfet de Région en date du 25 octobre 2011

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertScenariosEcartes.2011.10.25.pdf]

 

Observations sur les dérives du maître d'ouvrage - Requête au Préfet de Région en date du 17 novembre 2011

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertDeriveGtttGares.2011.11.17.pdf]

 

Trente ans après sa naissance, le concept TGV remis en question par le Directeur général délégué de RFF

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_jdownloads&Itemid=999999&task=view.download&cid=1309]

 

Concertation : Huit requêtes du GIR Maralpin soumises à la troisième réunion du Coter des Alpes-Maritimes

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaCoter06.3RequetesGir.2011.10.15.pdf]

 

Position de l'URVN-FNE Paca actualisée au 27.09.2011 sur le Projet LGV-Paca

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaUrvnFnePosition.2011.09.27.pdf]

 

Rappel important

 

LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011]

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

InfoCirc127

2011.11.20

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 127 [20.11.2011]

LGV-Paca : à mi-parcours d'une bien étrange concertation : appel à l'intervention de l'État et du Garant

 

Une bien étrange concertation

 

Si, à mi-parcours de son déroulement, la concertation ouverte par RFF le 15 septembre dernier voit toute perspective de consensus sur ses parti-pris s'éloigner, elle aura au moins permis d'instaurer des réflexions constructives au sein d'une société civile qui fait vaillamment face à un maître d'ouvrage et à des co-financeurs campés sur des positions qui seront bientôt reconnues intenables en haut lieu.

Par delà les indignations déjà exprimées à l'Ouest et celles attendues à l'Est par les opposants à toute nouvelle infrastructure qui ne soit pas routière, de grandes avancées sont en perspective quant à la prise en compte de l'aménagement du territoire, du report modal et des recommandations de l'État, notamment sur le refus des gares hors-la-ville.

Le GIR Maralpin, pour sa part, poursuit la patiente explicitation des propositions qu'il a formulées dès avant le grand débat public, mais ne peut laisser, sans réplique, s'imposer des procédés qui ne satisfont même pas aux règles de concertation laborieusement ajustées à sa propre convenance par le maître d'ouvrage.

On trouvera dans ce numéro, d'une part notre analyse des enjeux et, d'autre part, la présentation de nos dernières requêtes auprès du Préfet de Région, représentant de l'État, et aussi auprès du Garant de la concertation, représentant de la Commission nationale du débat public.

 

Le GIR Maralpin en appelle à l'intervention de l'État et du Garant de la concertation

 

Demande d'ouverture de la concertation sur des scénarios écartés par le Comité de pilotage (CoPil) - Requête au Préfet de Région en date du 25 octobre 2011

Constat du non respect des engagements du Maître d'ouvrage sur l'ouverture d'une concertation, laquelle, à mi-parcours, exclut l'examen d'autres scénarios qu'imposés par ses soins dont aucun n'est en mesure de respecter l'ensemble des fondamentaux devant présider désormais à la réalisation du projet [3 pages].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertScenariosEcartes.2011.10.25.pdf]

 

Observations sur les dérives du maître d'ouvrage - Requête au Préfet de Région en date du 17 novembre 2011

Sur les refus de prise en charge de deux experts nationaux proposés dans le cadre du Groupe transversal Gares et le déroulement de la réunion [note GIR Maralpin, Groupe varois de réflexion sur la LGV Paca, Société française des urbanistes, Association TGV-PCA] [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaPrefRegionConcertDeriveGtttGares.2011.11.17.pdf]

 

La concertation à mi-parcours

 

Note d'information et propositions du GIR Maralpin pour la traversée-desserte des Alpes-Maritimes

La traversée-desserte des Alpes-Maritimes, focalise tous les enjeux d'aménagement du territoire et de fonctionnalités ferroviaires, ainsi que toutes les stipulations à l'encontre des propositions du maître d'ouvrage, relatives à l'aménagement du territoire, aux fonctionnalités et à l'exploitation ferroviaires, stipulations assorties en premier lieu de la remise en cause de la grande vitesse dans le secteur des Alpes-Maritimes.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Etudes.htm]

 

Rappel important

 

LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011]

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

InfoCirc126

2011.10.19

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 126 [19.10.2011]

Quelle ligne nouvelle pour PACA ? - Les scénarios RFF en perte de vitesse

 

Quelle ligne nouvelle pour la Région PACA ? - Les scénarios RFF ...en perte de vitesse

 

Trente ans après sa naissance, le concept TGV remis en question par le Directeur général délégué de RFF

 

Se confiant à Ville Rail & Transports, Jean-Marc Delon, Directeur général délégué de RFF, y déclare notamment :

"(Le TGV) C'est ce qu'il fallait commencer par faire, mais faut-il continuer sur cette lancée ? - Le modèle TGV est un modèle cher en infrastructure pour le gestionnaire, (cher) en prix du billet pour le client, et (cher) en conditions de production pour l'opérateur - Il nous faut passer d'une logique centrée sur la vitesse à une autre prenant en compte l'ensemble des attentes des clients - Faire de la qualité sans être au coût du TGV" [Ville Rail & Transports n° 527 ; 21.09.2011; pages 46-49].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_jdownloads&Itemid=999999&task=view.download&cid=1309 ]

 

Consultation : Huit requêtes du GIR Maralpin soumises à la troisième réunion du Coter des Alpes-Maritimes

 

À l'issue de deux séries de réunions des Groupes de travail géographiques 06 et de trois réunions des Groupes de travail transversaux [Fret/Logistique (2) et Gares (1)], et à la veille de la tenue du troisième Comité territorial des Alpes-Maritimes (CoTer 06), le GIR Maralpin a soumis à cette instance huit (8) requêtes portant respectivement sur :

(1) Le réexamen critique des quatre scénarios sélectionnés par le CoPil et l'étude des variantes proposés par divers acteurs ; (2) La création d'un Groupe transversal 06 ; (3) La création d'un Groupe territorial régional ; (4) L'allongement du temps de débat imparti aux CoTer ; (5) L'établissement d'un verbatim pour les réunions des CoTer ; (6) L'observation de délais et le réordonnancement de la mise à disposition des documents produits par RFF ; (7) L'implication de représentants de la Principauté de Monaco et de la Ligurie dans les réunions géographiques les concernant ; (8) La prise en charge par RFF des frais de déplacements des acteurs et experts invités à participer à des réunions situées hors de leur zone de résidence.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Procedures.htm]

 

Position de l'URVN-FNE Paca actualisée au 27.09.2011 sur le Projet LGV-Paca

 

L'Union Régionale Vie et Nature, fédération régionale de France Nature Environnement (URVN-FNE Paca), fédère à travers son réseau d'unions et de fédérations départementales, les associations de protection de la nature et de l'environnement en Provence Alpes Côte d'Azur.

Pour compléter les principes généraux qu'elle a exprimés dans des communiqués précédents, l’URVN-FNE Paca a souhaité faire part de son positionnement sur les fuseaux de passage dans les départements, positionnement qui, pour l'essentiel, ne diffère pas de celui que le GIR Maralpin affiche depuis la genèse du projet.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaUrvnFnePosition.2011.09.27.pdf]

 

[Rappel] LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011]

 

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

InfoCirc125

2011.09.26

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 125 [26.09.2011]

Spécial concertations LGV Paca et OIN Plaine du Var : un double enjeu stratégique à l'embouchure du Var [cf. Fichier joint]

 

L'OIN Plaine du Var et la LGV-Paca

Les Alpes-Maritimes aux prises avec deux grands projets soumis à deux consultations dissociées

Un double enjeu stratégique à l'embouchure du Var

 

Deux consultations biaisées et distinctes sur deux projets imbriqués

 

Ces deux projets importants engagent l'avenir à long terme du département des Alpes-Maritimes et des régions limitrophes (Var, Monaco, Ligurie, Piémont).

Bien que ces deux programmes se chevauchent au débouché de la Vallée du Var, ils sont conduits séparément et n'ont pas fait le moindre objet d'une réflexion commune d'aménagement du territoire.

Tandis, qu'à des degrés divers, l'un et l'autre sont déjà engagés sur des voies inquiétantes, la population du Département se voit proposer des consultations dont les modalités sont contestables et dont les conclusions (qui en seront tirées par les seuls organisateurs) risquent d'aller à l'encontre de l'intérêt général.

 

Deux enjeux majeurs à Nice St Augustin, à la croisée des deux projets

 

L'implantation d'une gare TGV ("Nice-Aéroport") doit-elle s'accompagner du déport du Marché d'intérêt national (MIN) et d'un renoncement à la logistique et au fret ?

Sans qu'aucune réflexion approfondie n'ait été conduite

·     sur l'intérêt d'une desserte directe TGV du nœud ferroviaire de Nice-Thiers en cœur de ville,

·     sur l'accès ferroviaire à Nice-Ville et au-delà depuis Nice-St Augustin à travers l'étranglement de Saint Philippe par les deux récentes autoroutes urbaines (voies rapides "Mathis"),

·     sur la desserte logistique de la métropole niçoise et de "l'éco-Vallée",

décisions ont été prises

·     d'implanter la gare TGV à St-Augustin ("Nice Aéroport"),

·     d'en déporter le MIN, actuellement embranché SNCF, à plusieurs kilomètres en amont sur le site agricole de La Baronne où aucune intermodalité ferroviaire n'est, ni envisagée, ni possible.

 

Les dangers des prises de décisions séparées compromettant la faisabilité d'un des projets, sinon des deux

 

Nombreux sont les exemples [dont celui tout proche de l'aliénation des emprises ferroviaires à la tranchée de Saint Philippe au bénéfice de la voirie urbaine communale (autoroutes urbaines Nord et Sud)] de décisions ayant conduits à rendre impossible la réalisation d’équipements et d’ouvrages indispensables, du fait de ne pas avoir assuré au bon moment, la préservation des espaces nécessaires à la conduite des travaux correspondants. L’insuffisance de réflexion intégrée entre les deux projets d’urbanisation, conduits, l'un par l’EPA Plaine du Var et l'autre par RFF pour la LGV PACA, contient tous les ingrédients pour aboutir à une situation similaire, la réalisation des deux projets étant décalée dans le temps puisque ce dernier est appelé à n’être opérationnel qu’après 2023, dans les meilleurs des cas, et en 2040, dans le pire des cas.

 

Un exemple des surprenantes prises de décisions de l’EPA Plaine du Var engageant l'avenir de la future gare intermodale de St Augustin "TGV Nice Aéroport"

 

L'extrait de délibérations reproduit dans la note jointe traite du projet de Pont Rail destiné à ménager le passage de la future Ligne 2 du tramway de Nice (dont le projet vient d'être présenté au public le 26 septembre 2011) sous les voies ferrées de la ligne littorale à St Augustin, au niveau des embranchements ferroviaires du MIN, où devrait être implantée la gare intermodale de "Nice Aéroport" sur la consistance de laquelle les administrateurs de l'EPA n'ont, semble-t-il, pas la moindre idée, c'est ce qu'exprime ainsi , non sans humour, la représentante du Conseil régional : "quoi qu’il en soit le projet qui nous a été présenté ce matin était plutôt un projet sur quatre voies, RFF partirait plutôt sur huit, notre bonheur se fera peut-être à six ; l’avenir nous le dira." [cf. contexte fichier joint]

 

[RAPPEL] - Demande GIR d'intervention des Services de l'État pour une mise en cohérence de ces deux grands programmes dans une démarche commune d'aménagement du territoire

 

Rappelant l'importance de ces deux grands programmes engageant l'avenir à long terme du département des Alpes-Maritimes, de la Principauté de Monaco, des régions italiennes limitrophes ainsi que du territoire national, soulignant en outre l'intrication directe de ces deux programmes au débouché de la Plaine du Var, le GIR a, le 22 juillet, sollicité auprès de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ainsi que du Délégué interministériel DATAR, l'intervention des Services de l'État pour engager une démarche commune d'aménagement du territoire.

En sa réponse du 27 juillet, le Chef adjoint du cabinet de la ministre, constatant que la démarche relevait plus particulièrement des attributions du ministre de l'agriculture, de l'alimentation de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire, a avisé le GIR de la transmission de sa requête à Monsieur Bruno Le Maire.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtInterventions.htm]

InfoCirc124

2011.09.21

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 124 [21.09.2011]

LGV Paca - Vers une plus grande ouverture de la concertation - Une série d'avancées décisives à l'actif du GIR Maralpin et de ses partenaires

 

4 août 2011 - Question écrite au Sénat sur l'état d'avancement du projet de ligne à grande vitesse en PACA

Le sénateur-maire de Valbonne (06) Marc Daunis a posé une question écrite [publiée le 4 août au JO du Sénat] invoquant et citant les positions fondamentales du GIR Maralpin qu'il partage

[cf. Site du Sénat http://www.senat.fr/questions/base/2011/qSEQ110819721.html]

[cf. Site du GIR Maralpin http://www.gir-maralpin.org/Interventions/LgvPacaSenatQuestionDaunis1108.pdf]

Cette question, qui appelle une réponse de la ministre Kosciusko-Morizet, se réfère tout particulièrement au "Mémorandum du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

 

7 septembre 2011 - Constitution d'une coordination d'associations membres des COTER - Communiqué de presse

Dans le cadre du projet LGV PACA, et à l’aube de la concertation organisée par RFF de septembre à décembre 2011, les associations membres des instances de concertation (les Comités Territoriaux COTER 13, 83 et 06) se sont réunies le 2 septembre 2011 à Toulon pour procéder à un échange de vues. Plusieurs d'entre elles, dont l'URVN Paca et le GIR Maralpin, ont souhaité affirmer leur volonté d'œuvrer ensemble dans le cadre d'une coordination, et faire part, sous la forme d'un communiqué de presse, de leurs positions et demandes communes concernant le projet, à savoir :

Exigence d'une véritable concertation ; Accord sur la nécessité d'une nouvelle infrastructure ferroviaire ; Nécessaire protection de l’environnement en vue du développement durable ; Préférer les gares en centre-ville ; Prendre en considération le fret et la logistique ; Développer les dessertes régionales (TER)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaCotersCoordAssosCommPresse20110907.pdf]

Cette démarche fait écho à un précédent Communiqué de presse en date du 22 juillet émanant de treize (13) associations (dont le GIR Maralpin), préoccupées par les difficultés d'accès aux études ainsi que par les restrictions apportées par le maître d'ouvrage au choix des scénarios [cf. Info@Circ 123].

 

9 septembre 2011 - À l'initiative du GIR Maralpin, création de deux (2) Groupes de travail thématiques transversaux à partir desquels approfondir la réflexion sur le projet

Le GIR Maralpin a sollicité et obtenu, de RFF et de ses partenaires, la création de deux groupes de travail thématiques transversaux (à l'échelle de l'ensemble du projet) dans le souci d'élargir et d'approfondir la réflexions sur de grands enjeux tenus jusqu'ici à l'écart des débats d'orientation des Comités de pilotage (CoPil).

  • Groupe de travail sur les fonctionnalités fret et logistique du réseau maillé ferroviaire devant résulter de la construction de la future LGV-Paca [projet porté en collaboration avec le Cluster Paca Logistique]

 [cf. Notice de présentation http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaGtFretLogistNoticePresentation20110901.pdf]

  • Groupe de travail sur la problématique des gares de la LGV-Paca (fonctionnalités ferroviaires, intermodalités, urbanisme, aménagement du territoire) [projet porté en collaboration avec la Société française des urbanistes (SFU), l'Association TGV-PCA et la Confédération française pour l'habitat, l'urbanisme et l'aménagement du territoire (COFHUAT)]

[cf. Notice de présentation  http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/LgvPacaGtGaresNoticePresentation20110918.pdf].

La création de ces deux groupes de travail transversaux a été validée pour le premier et approuvée pour le second, lors du Comité territorial des Alpes-Maritimes (CoTer 06), du 9 septembre 2011.

Le GIR Maralpin et ses partenaires attendent de ces deux groupes de travail, devant rassembler compétences et experts reconnus, qu'y soient notamment examinées les questions relatives à l'implantation des gares des département du Var et des Alpes-Maritimes, au report modal des trafics internationaux de transit et de desserte des métropoles urbaines, ainsi qu'à leur organisation logistique.

InfoCirc123

2011.07.31

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 123 [31.07.2011]

LGV Paca et OIN Plaine du Var au mépris de l'aménagement du territoire et de la concertation - Deux démarches du GIR Maralpin

 

LGV Paca et OIN Plaine du Var au mépris de l'aménagement du territoire et de la concertation

 

Les deux grands projets LGV Paca et OIN Plaine du Var, qui engagent le devenir à long terme de notre région et de l'ensemble des territoires transfrontaliers maralpins, sont conduits dans la précipitation et au mépris des concertations pourtant proclamées mais désormais repoussées... aux approches de la campagne électorale présidentielle.

Ce n'est en effet qu'à l'automne prochain que seront enfin accordées à la société civile les droits que lui octroie la Loi, mais sous la forme d'une concertation limitée à quelques jours pour l'OIN ("probablement sur une semaine" selon l'annonce faite lors de l'audience accordée le 24 Juin à une délégation du Collectif OIG VAR par Christian Tordo, président de l'EPA Plaine du Var), et, pour la LGV-Paca, à au plus deux mois à partir de septembre, par RFF pour ne pouvoir remettre en question des tracés, d'ici-là bien verrouillés par ses soins, à l'attention d'un comité de pilotage (CoPil), lequel ne semble pas s'être posé toutes les questions que soulèvent les citoyens se préoccupant du devenir du territoire et de ses populations.

Tandis qu' un collectif de 21 fédérations et associations nationales, régionales et départementales adressait au Ministres, J.-L. Borloo le 21.10.2010 puis N. Kosciusko-Morizet le 09.01.2011, une demande de saisine de débat public sur l'OIN Plaine du Var (requêtes restées à ce jour sans réponse), le 30 juillet dernier, se tenait à Carnoules, à l'initiative d'un collectif d'associations varoises et avec la soutien de la FNAUT Paca, une rencontre augurant bien du large rassemblement associatif devant se constituer pour exiger la prompte ouverture d'une réelle concertation sur la réalisation d'une nouvelle infrastructure ferroviaire ossature d'un réseau maillé satisfaisant aux décisions de l'État et aux besoins des populations.

Outre sa participation solidaire avec les démarches des fédérations et associations appelant à concertation, le GIR a procédé à deux requêtes, l'une relative à l'élargissement de la réflexion sur les fonctionnalités de la Ligne nouvelle, l'autre sur la prise en compte conjointe de l'aménagement du territoire par l'OIN et la LGV-Paca

 

[1] LGV-Paca - Demande de création d'un groupe de travail transversal portant sur les fonctionnalités fret et logistique du réseau maillé ferroviaire devant résulter de la construction de la nouvelle infrastructure

 

En dépit de l'importance de ses contributions dans l'élaboration global du projet, le GIR n'a été convié à participer qu'au seul comité territorial (CoTer) des Alpes-Maritimes et s'en est étonné lors de la première réunion de ce dernier, tenue le 4 juillet à Nice. À son issue, le GIR a formulé le 5 juillet à son nom et à celui du Cluster Paca Logistique, auprès de la Préfecture 06 et du Chef de la Mission LGV, la demande de création de ce groupe de travail transversal devant pallier la non prise en compte dans le projet des problématiques fret et logistique, tant au niveau des métropoles que de l'Arc méditerranéen.

Dans sa réponse en date du 26 juillet, la Préfecture 06, a fait connaître sa décision de soumettre cette proposition au prochain CoTer 06, ainsi qu'aux autres CoTer 13 & 83, devant se tenir tous trois en septembre prochain, alors qu'elle eut pu l'être directement au CoPil s'étant tenu le 11 juillet, disposition procédurière qui dénote le modique intérêt attaché tant à la proposition qu'à l'élargissement du champ de la réflexion.  

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Etudes.htm]

 

[2] LGV-Paca & OIN Plaine du Var - Demande d'intervention des Services de l'État pour une mise en cohérence de ces deux grands programmes dans une démarche commune d'aménagement du territoire

 

Rappelant l'importance de ces deux grands programmes engageant l'avenir à long terme du département des Alpes-Maritimes, de la Principauté de Monaco des régions italiennes limitrophes ainsi que du territoire national, soulignant en outre l'intrication directe de ces deux programmes au débouché de la Plaine du Var, le GIR a, le 22 juillet, sollicité auprès de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ainsi que du Délégué interministériel DATAR, l'intervention des Services de l'État pour engager une démarche commune d'aménagement du territoire.

En sa réponse du 27 juillet, le Chef adjoint du cabinet de la ministre, constatant que la démarche relevait plus particulièrement des attributions du ministre de l'agriculture, de l'alimentation de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire, a avisé le GIR de la transmission de cette requête à Monsieur Bruno Le Maire. 

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtInterventions.htm] 

 

[3] LGV-Paca  - Communiqué de presse d'un collectif d'associations réclamant plus de concertation

 

Treize (13) associations (dont le GIR Maralpin), pour la plupart membres des Comités territoriaux (CoTer) des Alpes-Maritimes et du Var, ont diffusé le 25 juillet, à l'attention notamment de Philippe Marzolf, Garant de la concertation et de Jean-Michel Cherrier, Chef de Mission de la LGV-Paca, un communiqué de presse demandant que "conformément à la Charte de concertation, soient prises en compte leurs revendications de transparence des décisions et de communication des documents en temps utile", et constatant que "les scenarii proposés répondent très imparfaitement aux objectifs fixés par le projet de LGV Paca qui sont d’offrir à l’horizon 2040 un système ferroviaire intégré et performant à l’ensemble de la Région, permettant en particulier un développement important de l’offre des TER". 

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

[Rappel] LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011)]

 

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

InfoCirc122

2011.06.29

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 122 [29.06.2011]

[1] Gare de Nice Thiers et pôle d'échanges [2] LGV-Paca, derniers enjeux (rappel) [3] SNIT consolidé [4] Rappel de travaux précédents

 

[1] Gare de Nice Thiers - Pôle d'échanges multimodal [Observations du GIR dans le cadre de la concertation préalable (25 mai /24 juin 2011)]

 

Ces observations ne portent pas sur le parti architectural du réaménagement de la Gare Nice Thiers qui semble essentiellement dévolu à sa valorisation commerciale (et dont il y aurait lieu de contester les modalités). Elles ne portent l'accent que sur les enjeux jugés majeurs par le GIR Maralpin, ceux des fonctionnalités ferroviaires et intermodales d'une gare située en cœur de ville, au nœud ferroviaire majeur du réseau ferré azuréen (ligne historique littorale, ligne Nice-Breil-Cuneo-Turin, ligne CP Nice-Digne, et future LGV-Paca circumméditerranéenne dont l'escale à Nice-Thiers est incontournable). Elles s'inscrivent dans une perspective d'aménagement du cœur de la métropole niçoise et du territoire tout entier.

Le GIR Maralpin déplore notamment :

§ l'insuffisante insertion par la communauté urbaine Nice Côte d'Azur du projet dans son contexte spatio-temporel d'aménagement du territoire (gare "cœur de ville" certes, mais aussi cœur d'une métropole de 1 million d'habitants)

§ la non prise en compte de l'évidente intermodalité avec les Chemins de fer de Provence (CP) dont la gare se situe à 450 m

§ la non prise en compte par SNCF et RFF, maîtres d'ouvrage associés, des aménagements d'infrastructure imposés par l'essor des trafics locaux et régionaux, ainsi que par la perspective proche de la traversée-desserte de la LGV dont la poursuite vers l'Italie est désormais actée

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

[2] LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011)]

 

Rappel à la veille du Comité de pilotage du 11 juillet 2011

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

 

[3] Commentaires du GIR sur la version "consolidée" du SNIT

 

L'analyse, qui renvoie à une note précédente (septembre 2009) traitant de la première version de l'avant projet, porte l'accent sur les novations apportées au projet, mais aussi sur les critiques qui lui sont portées par l'Autorité environnementale dans son avis du 11 mars 2011 et sur son positionnement vis-à-vis du Grenelle de l'environnement.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

[4] Rappel des informations et travaux figurant dans les précédents Info@Circ [n° 121 du 20 mai, 120 du 2 mai, 119 du 7 avril 2010, 118 du 10 mars 2011, 117 du 14 février 2011]

 

Dysfonctionnements d'enquêtes publiques - Y remédier [Requêtes du GIR à propos d'une récente enquête Escota sur l'A8]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertAt.htm]

 

Les suites du Grenelle vues par la Commissaire générale au développement durable - Compte rendu

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm

 

Enterrer un tramway ? À propos du projet de 2ème ligne du tramway de Nice

[cf. http://www.gir-maralpin.org/DdRepertMobilUrbaine.htm]

 

Débats publics conjoints Arc Express et Réseau de transports publics du Grand Paris

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

Audience d'une délégation du GIR/SFU par M. Pons de Vincent, Directeur général de l'EPA Plaine du Var

 [cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrAudienceDirGeEpaPlaineVarVerbatim1102.pdf]

 

Études de définition de la stratégie urbaine de la Plaine du Var pour une "Éco-Vallée"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

[cf. http://www.gir-maralpin.org/conferences/conferences.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février 2011 à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse 

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur sa Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet [à ce jour, plus de 1000 articles de presse classés et indexés]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

InfoCirc121

2011.05.19

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 121 [19.05.2011]

[1] Dysfonctionnement d'enquêtes publiques (à propos d'une enquête Escota sur l'A8) [2] LGV-Paca, derniers enjeux (rappel) [3] Rappel des travaux précédents

 

[1] Dysfonctionnements d'enquêtes publiques - Y remédier [Requêtes du GIR à propos d'une récente enquête Escota sur l'A8]

 

Pour la troisième fois (*), lors d'enquêtes publiques en région Paca et dans les Alpes-Maritimes portant sur des enjeux d'aménagement du territoire auxquels il est particulièrement attentif, le GIR s'est heurté à des difficultés d'accès aux informations produites par le maître d'ouvrage. Ces difficultés ne lui permettent pas d'élaborer dans les temps impartis ses observations et propositions, elles dissuadent la société civile d'un examen approfondi du dossier, et privent enfin les autorités des avis que la collectivité est censée attendre d'une procédure inscrite dans la Loi et ayant fait, de surcroît, l'objet d'une attention particulière lors du Grenelle II de l'Environnement.

Les requêtes adressées par le GIR Maralpin au Préfet des Alpes-Maritimes au début d'une enquête portant sur un projet Escota d'aménagement de l'A8 aux portes de Nice et de la future Éco-Vallée (OIN Plaine du Var), puis, à la veille de sa clôture, à ce dernier ainsi qu'au Président du Tribunal administratif de Nice, portent sur l'accès à un dossier de plus de 800 (huit cent) pages de format A3 dont un seul exemplaire est consultable par le public.

La mise tardive à disposition du GIR d'un autre exemplaire par Escota ne libère, ni ce maître d'ouvrage, ni la Préfecture, de leurs devoirs au regard de la procédure de l'enquête publique que le GIR considère devoir être reconduite à partir du moment où ce dossier de 800 pages sera accessible au plus large public sous la forme d'une mise en ligne sur un site Internet public.

Les requêtes formulées auprès de la Préfecture et du Tribunal de Nice, s'adressent, par delà ces instances, aux ministères en charge, pour que soient levés les obstacles entravant l'accès aux enquêtes publiques et à leur suivi (Rapports et avis des Commissaires-enquêteurs et décisions s'ensuivant).

 

(*) Des circonstances analogues s'étaient présentées lors des enquêtes sur le tunnel descendant de Monaco et sur l'extension de l'aire des Bréguières de l'A8 [cf. Site du GIR Maralpin]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertAt.htm]

 

[2] LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État [Rappel du n° 120 du 2 mai 2011)]

 

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

 

[3] Rappel des informations et travaux figurant dans les précédents Info@Circ [n° 120 du 2 mai, 119 du 7 avril 2010, 118 du 10 mars 2011, 117 du 14 février 2011]

 

Les suites du Grenelle vues par la Commissaire générale au développement durable - Compte rendu

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm

 

Enterrer un tramway ? À propos du projet de 2ème ligne du tramway de Nice

[cf. http://www.gir-maralpin.org/DdRepertMobilUrbaine.htm]

 

Débats publics conjoints Arc Express et Réseau de transports publics du Grand Paris

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

Audience d'une délégation du GIR/SFU par M. Pons de Vincent, Directeur général de l'EPA Plaine du Var

 [cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrAudienceDirGeEpaPlaineVarVerbatim1102.pdf]

 

Études de définition de la stratégie urbaine de la Plaine du Var pour une "Éco-Vallée"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

[cf. http://www.gir-maralpin.org/conferences/conferences.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février 2011 à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse

 

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur sa Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet [à ce jour, plus de 1000 articles de presse classés et indexés]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

InfoCirc120

2011.05.02

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 120 [02.05.2011]

[1] LGV-Paca, derniers enjeux [2] Suites du Grenelle vues par la Commissaire au développement durable [3] Rappel des travaux précédents

 

[1] LGV-Paca, derniers enjeux - Mémorandum du GIR à l'attention des Services de l'État

 

Lors des audiences qui lui ont été accordées, en mars et avril 2011, au Cabinet du Secrétariat d'État aux Transports, à la DATAR, à la DREAL-Paca et à la DDTM 06, le GIR a présenté, sous la forme d'un mémorandum, le contenu de ses analyses et propositions relatives à la conduite du projet de LGV-Paca dans une perspective d'aménagement à long terme de l'espace maralpin, en appelant l'attention sur l'urgence d'une large ouverture de la concertation.

Sur les derniers enjeux de la LGV-Paca et sur les moyens à mettre en œuvre pour les résoudre dans le sens de l'aménagement raisonné du territoire - Mémorandum sur les analyses et propositions du GIR Maralpin à l'attention des Services de l'État [11 pages, 3 planches]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/LgvPacaDerniersEnjeuxMemorandumServicesEtat1103.pdf]

 

[2] Les suites du Grenelle vues par la Commissaire générale au développement durable - Compte rendu

 

Sous l'égide de la COFHUAT, Michèle Pappalardo, Déléguée interministérielle et Commissaire générale au développement durable, a brossé au Ministère de l'environnement, un tour d'horizon des suites du Grenelle de l'environnement dans les domaines du logement et des transports. Bref aperçu d'une conférence-débat qui laisse nombre de questions sans réponse.

Bref aperçu de la Conférence-débat [3 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[3] Rappel des informations et travaux figurant dans le précédent Info@Circ [n° 119 du 7 avril 2010]

 

Enterrer un tramway ? À propos du projet de 2ème ligne du tramway de Nice

Argumentaire pour faire accepter le bon choix d'un tramway de surface, contribution de Gilbert Lieutier, Président de "Rue de l'Avenir" à la réflexion d'un groupe de travail du GIR Maralpin constitué dans le cadre de la consultation nationale sur le SNIT [4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/DdRepertMobilUrbaine.htm]

 

Débats publics conjoints Arc Express et Réseau de transports publics du Grand Paris

Compte-rendu de la réunion commune "Coûts et Financements" sur une esquisse de réseau commun devant être pris en compte dans l'avant projet de SNIT dit "consolidé", mais qui soulève des doutes, tant sur sa crédibilité que sur les possibilités de son financement [9 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[4] Rappel des autres informations et travaux récents [Info@Circ n° 118 du 10 mars 2011 & n° 117 du 14 février 2011]

 

Audience d'une délégation du GIR/SFU par M. Pons de Vincent, Directeur général de l'EPA Plaine du Var

Verbatim de l'audience accordée le 3février 2011 à une délégation GIR Maralpin/Société française des urbanistes (SFU) par M. Marc Pons de Vincent, Directeur général de l'Établissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine du Var [27 pages].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrAudienceDirGeEpaPlaineVarVerbatim1102.pdf]

 

Études de définition de la stratégie urbaine de la Plaine du Var pour une "Éco-Vallée"

Traits caractéristiques, plans détaillés et dossiers des 3 études de définition attribuées aux équipes MATEO, SEURA et WEST 8 suite à l'appel d'offres ouvert de la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur "pour l’aide à l’émergence d’une vision stratégique du développement de la plaine du Var « Eco Vallée »"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

Résumé [5 pages] et diaporama [38 diapos] de l'exposé présenté à Nice le 16.12.2010, sous le titre "Le contrat d'axe et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation", par Gabriel Jourdan, Maître de Conférences à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, dans le cadre d'une conférence-débat du GIR Maralpin

[cf. http://www.gir-maralpin.org/conferences/conferences.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février 2011 à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

Protocole de partenariat entre la Commune de Gênes et NCA ; Video de la déclaration de Marta Vincensi, Maire de Gênes ; Video de la présentation du Protocole par Alberto Cappato, secrétaire général de l'IIC [en italien]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse 

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur sa Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet [à ce jour, près de 1000 articles de presse classés et indexés]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

InfoCirc119

2011.04.07

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 119 [07.04.2011]

[1] Interrogations sur le tracé souterrain du tramway de Nice [2] Arc Express, Grand Paris et SNIT : interrogations sur le financement 

 

[1] Enterrer un tramway ? À propos du projet de 2ème ligne du tramway de Nice

 

Gilbert Lieutier (antérieurement chef de projet déplacements urbains au CETE Méditerranée) a bien voulu apporter, au nom de l'association "Rue de l'Avenir" qu'il préside, sa propre contribution à la réflexion d'un groupe de travail du GIR Maralpin constitué dans le cadre de la consultation nationale sur le SNIT

Argumentaire pour faire accepter le bon choix d'un tramway de surface [4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/DdRepertMobilUrbaine.htm]

 

[2] Débats publics conjoints Arc Express et Réseau de transports publics du Grand Paris

 

Ces deux débats publics conjoints se sont achevés le 31 janvier. Ils ont permis à l'État et à la Région Île-de-France d'aboutir à une esquisse de réseau commun qui sera prise en compte dans l'avant projet de Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT), dit "consolidé", devant faire l'objet d'un débat au Parlement avant d'être définitivement adopté.

Compte-rendu de la réunion commune "Coûts et Financements" [9 pages]

Ce compte-rendu de Claude Brulé souligne les incohérences et les insuffisances de projet et soulève des doutes, tant sur la crédibilité du projet que sur les possibilités de son financement

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[3] Rappel des informations et travaux figurant dans le précédent Info@Circ [n° 118 du 10 mars 2011]

 

Audience d'une délégation du GIR/SFU par M. Pons de Vincent, Directeur général de l'EPA Plaine du Var

Verbatim de l'audience accordée le 3février 2011 à une délégation GIR Maralpin/Société française des urbanistes (SFU) par M. Marc Pons de Vincent, Directeur général de l'Établissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine du Var [27 pages].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrAudienceDirGeEpaPlaineVarVerbatim1102.pdf]

 

Études de définition de la stratégie urbaine de la Plaine du Var pour une "Éco-Vallée"

Traits caractéristiques, plans détaillés et dossiers des 3 études de définition attribuées aux équipes MATEO, SEURA et WEST 8 suite à l'appel d'offres ouvert de la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur "pour l’aide à l’émergence d’une vision stratégique du développement de la plaine du Var « Eco Vallée »"

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

[4] Rappel des informations et travaux figurant dans le pénultième Info@Circ [n° 117 du 14 février 2011]

 

Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

Résumé [5 pages] et diaporama [38 diapos] de l'exposé présenté à Nice le 16.12.2010, sous le titre "Le contrat d'axe et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation", par Gabriel Jourdan, Maître de Conférences à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, dans le cadre d'une conférence-débat du GIR Maralpin

[cf. http://www.gir-maralpin.org/conferences/conferences.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

Protocole de partenariat entre la Commune de Gênes et NCA ; Video de la déclaration de Marta Vincensi, Maire de Gênes ; Video de la présentation du Protocole par Alberto Cappato, secrétaire général de l'IIC [en italien]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse 

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur sa Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6

InfoCirc118

2011.03.11

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 118 [10.03.2011]

OIN Plaine du Var [1] Verbatim audience du Directeur général de l'EPA [2] Études de définition de la stratégie urbaine pour une "Éco-Vallée"

 

[1] Audience d'une délégation du GIR/SFU par M. Pons de Vincent, Directeur général de l'EPA Plaine du Var

 

Une délégation GIR Maralpin/Société française des urbanistes (SFU) a été reçue le 3février 2011 par M. Marc Pons de Vincent, Directeur général de l'Établissement public d'aménagement (EPA) de la Plaine du Var. Le GIR et la SFU savent gré à leur interlocuteur d'avoir consenti à l'enregistrement de la totalité des entretiens qu'il leur a accordé, d'avoir attaché toute son attention à leur transcription et de l'avoir validé, lui conférant ainsi le caractère d'un document d'étape auquel il est ainsi possible de se référer.

 

Verbatim complet des entretiens [27 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[2] Études de définition de la stratégie urbaine de la Plaine du Var pour une "Éco-Vallée"

 

Dans l'intention de donner à la plaine du Var son statut de territoire et de référence internationale dans le domaine du développement durable, la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur a lancé un appel d'offres ouvert pour l’aide à l’émergence d’une vision stratégique du développement de la plaine du Var, « Eco Vallée » et, au-delà, de la métropole Nice Côte d’Azur.

Cet appel d'offres d'assistance à maîtrise d'ouvrage a porté successivement sur

Etude de positionnement international attribuée à Rem KOOLHAAS (Pays-Bas)

Trois études simultanées de définition de la stratégie urbaine de la plaine du Var, attribuées aux équipes MATEO, SEURA et WEST 8 devant apporter chacune une lecture qui leur est propre du territoire.

 

Traits caractéristiques, plans détaillés et dossiers des 3 études de définition

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

[3] Rappel des informations et travaux figurant dans le précédent Info@Circ [n° 117 du 14 février 2011]

 

Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

Résumé [5 pages] et diaporama [38 diapos] de l'exposé présenté à Nice le 16.12.2010, sous le titre "Le contrat d'axe et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation", par Gabriel Jourdan, Maître de Conférences à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, dans le cadre d'une conférence-débat du GIR Maralpin

[cf. http://www.gir-maralpin.org/conferences/conferences.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

Protocole de partenariat entre la Commune de Gênes et NCA ; Video de la déclaration de Marta Vincensi, Maire de Gênes ; Video de la présentation du Protocole par Alberto Cappato, secrétaire général de l'IIC [en italien]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse

 

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur sa Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

 

InfoCirc117

2011.02.14

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 117 [14.02.2011]

[1] Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe [2] LGV-Paca Liaison avec l'Italie : signature le 11.02.2011 du partenariat entre Gênes et Nice

 

[1] Étalement urbain et mobilité : le Contrat d'axe

 

Le contrat d'axes est un dispositif de coordination entre les autorités organisatrices de transport et les communes (en charge de l'urbanisme), afin d'amener les municipalités à intensifier l'urbanisation le long des axes de transport public et à renforcer en parallèle l'offre de transport, notamment par la mise en place de modes lourds (tramway, BHNS, mais aussi TER comme sur l'axe Nîmes-Alès).

Sous le titre "Le contrat d'axe et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation", Gabriel Jourdan, Maître de Conférences à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, a présenté à Nice le 16.12.2010, dans le cadre d'une conférence-débat du GIR Maralpin, les grandes lignes de ce dispositif, offrant ainsi l'occasion d'une réflexion sur le fonctionnement du système de planification français et sur les enjeux d'une meilleure coordination entre les institutions en charge des différentes politiques publiques, qu'il s'agirait de mettre en cohérence pour mieux réguler le développement de l'urbanisation et anticiper les ruptures à venir dans les conditions qui structurent en partie les choix de localisation des acteurs (comme le renchérissement des prix du pétrole).

 

Résumé de l'exposé [5 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/confnvxdossiers/JourdanConfContratAxeResume1012.pdf]

Diaporama [38 diapos ; 4,6 Mo]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/confnvxdossiers/JourdanConfContratAxeDiaporama1012.pdf]

 

[2] LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : Signature le 11 février à Gênes du partenariat entre la Capitale ligure et Nice Côte d'Azur

 

Christian Estrosi, député-maire de Nice et son homologue génoise, Marta Vincensi, sont convenus, par la convention de partenariat entre la Commune de Gênes et Nice Côte d'Azur (NCA), signée le 11 février 201 à Gênes, de promouvoir notamment la liaison à grande vitesse ferroviaire entre leurs deux villes, la synergie entre le port de Gênes et l'aéroport de Nice, la taxation des poids lourds en transit et le report modal de la route sur les autoroutes de la mer

 

Protocole de partenariat entre la Commune de Gênes et NCA [Version italienne ; 4 pages]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TransptsDeplacemts/GenovaNizzaPartenariatoProtocollo20110211]

Video de la déclaration de Marta Vincensi, Maire de Gênes [en italien]

[cf. http://www.youtube.com/watch?v=8vVaJDG7Mrs]

Video de la présentation du Protocole par Alberto Cappato, secrétaire général de l'IIC [en italien]

[cf. http://www.youtube.com/watch?v=gPwFXkRqMgU] 

 

[3] LGV-Paca - Rappels des informations et travaux récents

 

Schémas de desserte ferroviaire PACA aux horizons 2012, 2015, 2023 & 2040 - Observations du GIR

Observations du GIR Maralpin sur les réticulaires de desserte proposés par RFF et propositions sur les aménagements d'infrastructures devant conférer la robustesse requise à l'exploitation du secteur Est.

Ces observations mettent l'accent sur quelques questions laissées à ce jour sans réponse et susceptibles de mettre en cause une partie de propositions de RFF, tant pour ce qui concerne le projections de desserte que les projets et aménagements à réaliser

[La définition des schémas de desserte ferroviaire régionale aux différents horizons temporels constitue l'étape première des études préliminaires de la LGV-Paca ; elle doit faire l'objet d'un accord préalable du Comité de pilotage du projet]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Etudes.htm]

 

Tunnel ferroviaire de Monaco : propositions pour remédier aux conditions d'exploitation dégradées

Observations du GIR Maralpin sur les situations d'exploitation dégradées de la desserte ferroviaire de la Riviera  - Propositions pour y remédier, améliorer la robustesse d'exploitation et augmenter la capacité de la ligne. Note technique adressée au Comité de ligne Riviera [Monaco, le 16 décembre 2010] ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : l'échelonnement des études bousculé

En conclusion d'une série de démarches initiées par un accord des Présidents du Conseil général des Alpes-Maritimes (CG 06) et de la Communauté urbaine Nice Côte d'Azur (NCA) avec leurs homologues génois, le 21 janvier 2011, selon un communiqué de presse commun à NCA et au CG 06, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, de l'Environnement, du Développement durable, des Transports et du Logement, "aurait répondu favorablement aux demandes concernant la modernisation de la ligne ferroviaire existante entre Nice Saint Augustin et Vintimille, et la prise en compte de la section Nice-Vintimille dans la déclaration d'utilité publique prévue en 2014" [Nice Matin (22.01.2011)].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

 

Revue de presse

Les sources journalistiques citées par le GIR Maralpin sont toutes directement consultables sur la Revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de son site Internet

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

InfoCirc116

2011.01.28

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 116 [28.01.2011]

LGV-Paca [1] Schémas de desserte ferroviaire aux horizons 2012, 2015, 2023 & 2040 [2] Liaison avec l'Italie : l'échelonnement des études de la LGV-Paca bousculé

 

[1] Schémas de desserte ferroviaire PACA aux horizons 2012, 2015, 2023 & 2040 - Observations du GIR

 

Observations du GIR Maralpin sur les réticulaires de desserte proposés par RFF et propositions sur les aménagements d'infrastructures devant conférer la robustesse requise à l'exploitation du secteur Est

Ces observations mettent l'accent sur quelques questions laissées à ce jour sans réponse et susceptibles de mettre en cause une partie de propositions de RFF, tant pour ce qui concerne le projections de desserte que les projets et aménagements à réaliser

[La définition des schémas de desserte ferroviaire régionale aux différents horizons temporels constitue l'étape première des études préliminaires de la LGV-Paca ; elle doit faire l'objet d'un accord préalable du Comité de pilotage du projet]

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Etudes.htm]

 

[2] LGV-Paca - Liaison avec l'Italie : l'échelonnement des études bousculé

 

Les Présidents du Conseil général des Alpes-Maritimes (CG 06) et de la Communauté urbaine Nice Côte d'Azur (NCA) sont en voie d'obtenir gain de cause pour que les études préalables à l'enquête d'utilité publique de la LGV, devant s'achever en 2012, incluent la liaison avec l'Italie.

Le 10 janvier 2011 à Nice : accord avec leurs homologues génois ayant, parmi ses objectifs, l'établissement d'une liaison ferroviaire s'épaulant sur la liaison à haute capacité dont l'achèvement entre Vintimille et Gênes est acquis à l'horizon 2018 [Nice Matin (11.01.2011) ; Les Échos (12.01.2011)]

Le 17 janvier 2011 à Marseille : lors de la réunion du Comité de pîlotage (COPIL), demande, sous menace de leur retrait du projet qu'ils co-financent, que le nouveau ministre en charge des transports "valide la prise en compte immédiate des études vers l'Italie" [Nice Matin (18.01.2011)].

Le 21 janvier 2011, selon un communiqué de presse commun à NCA et au CG 06, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, de l'Environnement, du Développement durable, des Transports et du Logement, "aurait répondu favorablement aux demandes concernant la modernisation de la ligne ferroviaire existante entre Nice Saint Augustin et Vintimille, et la prise en compte de la section Nice-Vintimille dans la déclaration d'utilité publique prévue en 2014" [Nice Matin (22.01.2011)].

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdLgvPacaPhase1Debats&Concert.htm]

Nota : Les sources journalistiques citées sont toutes directement consultables sur la revue de presse (entrées chronologiques et indexées) de notre site Internet

[cf. http://www.gir-maralpin.org/perinet/index.php?option=com_content&view=article&id=17&archive=0&Itemid=6]

 

Travaux récents

 

OIN Plaine du Var (Éco Vallée) : la demande de débat public est relancée auprès de la Ministre en charge

Se fondant sur les informations recueillies auprès de la CNDP (Commission nationale du débat public) et du GOU (Grandes opérations d'urbanisme) du Meeddm, le GIR avait pris l'initiative de susciter la demande de saisine par la CNDP d'un débat public sur l'OIN Plaine du Var. La démarche, conduite sous le patronage de Région Verte, association azuréenne agréée au niveau national, avec le soutien de 12 (douze) fédérations et associations (dont le GIR Maralpin), a été adressée à M. Jean-Louis Borloo le 23.10.2010.

Sans réponse du ministère, une nouvelle requête, à laquelle se sont ralliées 8 (huit) nouvelles fédérations et associations, a été adressée le 9 janvier 2011, cette fois à Mme Kosciusko-Morizet, nouvelle ministre en charge, avec copie au Président de la CNDP

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

Tunnel ferroviaire de Monaco : propositions pour remédier aux conditions d'exploitation dégradées

Observations du GIR Maralpin sur les situations d'exploitation dégradées de la desserte ferroviaire de la Riviera  - Propositions pour y remédier, améliorer la robustesse d'exploitation et augmenter la capacité de la ligne. Note technique adressée au Comité de ligne Riviera [Monaco, le 16 décembre 2010]; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

Autres travaux récents (rappels)

 

LGV-Paca : Observations du GIR Maralpin sur le projet de charte de concertation

Comme précisé dans son Mémorandum en date du 18 novembre 2010, le Gir Maralpin a participé au Comité institué par RFF pour la rédaction, sous forme de Charte, du dispositif de concertation devant être mis en place tout au long du déroulement du projet Lgv-Paca.

À l'issue des trois premières réunions de travail de ce Comité et de la réunion des acteurs organisée le 30.11.10 à Marseille, restent pendantes un certain nombre de questions. Certaines font l'objet des observations que le Gir Maralpin a formulé à l'attention des participants de la dernière réunion du Comité tenue à Marseille le 14.12.2010 [cf. LgvPacaConcertationCharteObservationsGir2012z]

 

LGV-Paca & Concertation - Mémorandum du GIR Maralpin

Mémorandum : 7 pages - Annexes : 4 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

Débat public Réseau de Transport public du Grand Paris - Réunion sur l'intermodalité

Compte rendu par Claude Brulé de la réunion thématique qui s'est tenue le 15 novembre 2010 à Paris à l'UIC.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

TCSP Antibes-Sophia Antipolis : un projet qui esquive à deux titres la concertation publique

Formulation par le Gir, sous forme de mémorandum, d'une série d'observations sur le projet de TCSP élaboré sous forme de BHNS par la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) ; 27.10.2010 ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - Évocation de l'avant-projet de Schéma et commentaires

Note de cadrage de Claude Brulé en date du 17 septembre 2010 ; 10 pages (dont 2 planches couleurs)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

LGV-Paca - Perception des enjeux - Étude de contexte [mis en ligne en octobre 2010]

[État arrêté au 31 mai 2008] ; 22 juin 2008 (rév. 03.10.10) ; 116 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/CtxtLgvPacaGirMaralpin806rev1010z.pdf ]

InfoCirc115

2011.01.18

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 115 [18.01.2011]

Conférence-Débat GIR "Les Contrats d'axes" le 16 décembre de 17:30 à 19:00, Nice Campus St Jean d'Angély, Maison des Sciences de l'Homme

 

[1] OIN Plaine du Var (Éco Vallée) : la demande de débat public est relancée auprès de la Ministre en charge

 

Se fondant sur les informations recueillies auprès de la CNDP (Commission nationale du débat public) et du GOU (Grandes opérations d'urbanisme) du Meeddm, le GIR avait pris l'initiative de susciter la demande de saisine par la CNDP d'un débat public sur l'OIN Plaine du Var. La démarche fondée sur l'absence totale de concertation sur un projet d'aménagement couvrant 10 000 ha et mis en place depuis 2006, a été conduite sous le patronage de Région Verte, association azuréenne agréée pour l'environnement au niveau national, avec le soutien de 12 (douze) fédérations et associations (dont le GIR Maralpin) et adressée à M. Jean-Louis Borloo le 23.10.2010.

Sans réponse du ministère, une nouvelle requête à laquelle se sont ralliées 8 (huit) nouvelles fédérations et associations, a été adressée le 9 janvier 2011, cette fois à Mme. Kosciusko-Morizet, nouvelle ministre en charge.

Informations sur ces deux démarches ont été adressées dans les mêmes temps à M. Philippe Deslandes, Président de la Commission nationale du débat public (CNDP)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

[2] Tunnel ferroviaire de Monaco : propositions pour remédier aux conditions d'exploitation dégradées

 

Observations du GIR Maralpin sur les situations d'exploitation dégradées de la desserte ferroviaire de la Riviera  - Propositions pour y remédier, améliorer la robustesse d'exploitation et augmenter la capacité de la ligne. Note technique adressée au Comité de ligne Riviera [Monaco, le 16 décembre 2010]; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

Autres travaux récents (rappels)

 

LGV-Paca : Observations du GIR Maralpin sur le projet de charte de concertation

Comme précisé dans son Mémorandum en date du 18 novembre 2010, le Gir Maralpin a participé au Comité institué par RFF pour la rédaction, sous forme de Charte, du dispositif de concertation devant être mis en place tout au long du déroulement du projet Lgv-Paca.

À l'issue des trois premières réunions de travail de ce Comité et de la réunion des acteurs organisée le 30.11.10 à Marseille, restent pendantes un certain nombre de questions. Certaines font l'objet des observations que le Gir Maralpin a formulé à l'attention des participants de la dernière réunion du Comité tenue à Marseille le 14.12.2010 [cf. LgvPacaConcertationCharteObservationsGir2012z]

 

LGV-Paca & Concertation - Mémorandum du GIR Maralpin

Mémorandum : 7 pages - Annexes : 4 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

Débat public Réseau de Transport public du Grand Paris - Réunion sur l'intermodalité

Compte rendu par Claude Brulé de la réunion thématique qui s'est tenue le 15 novembre 2010 à Paris à l'UIC.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

TCSP Antibes-Sophia Antipolis : un projet qui esquive à deux titres la concertation publique

Formulation par le Gir, sous forme de mémorandum, d'une série d'observations sur le projet de TCSP élaboré sous forme de BHNS par la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) ; 27.10.2010 ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - Évocation de l'avant-projet de Schéma et commentaires

Note de cadrage de Claude Brulé en date du 17 septembre 2010 ; 10 pages (dont 2 planches couleurs)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

LGV-Paca - Perception des enjeux - Étude de contexte [mis en ligne en octobre 2010]

[État arrêté au 31 mai 2008] ; 22 juin 2008 (rév. 03.10.10) ; 116 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/CtxtLgvPacaGirMaralpin806rev1010z.pdf ]

InfoCirc114

2010.12.11

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 114 [11.12.2010]

Conférence-Débat GIR "Les Contrats d'axes" jeudi 16 décembre de 17:30 à 19:00, Nice Campus St Jean d'Angély, Maison des Sciences de l'Homme

 

Conférence-débat du GIR animée par

Gabriel JOURDAN, Docteur en Urbanisme et Maître de conférence à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, sur le thème

Le contrat d'axes

et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation

 

Synopsis - Le contrat d'axes est un dispositif de coordination entre les autorités organisatrices de transport et les communes (en charge de l'urbanisme), afin d'amener les municipalités à intensifier l'urbanisation le long des axes de transport public et à renforcer en parallèle l'offre de transport, notamment par la mise en place de modes lourds (tramway, BHNS, mais aussi TER comme sur l'axe Nîmes-Alès).

Gabriel Jourdan présentera les grandes lignes de ce dispositif ce qui sera l'occasion d'une réflexion sur le fonctionnement du système de planification français et les enjeux d'une meilleure coordination entre les institutions en charge des différentes politiques publiques qu'il s'agirait de mettre en en cohérence pour mieux réguler le développement de l'urbanisation et anticiper les ruptures à venir dans les conditions qui structurent en partie les choix de localisation des acteurs (comme le renchérissement des prix du pétrole).

 

Ce thème, qui concerne de très près les questions que nous nous posons sur l'aménagement de notre territoire, devrait retenir l'attention de nos interlocuteurs associatifs et institutionnels et, bien entendu, de nos collègues enseignants qui sont conviés à inviter ceux de leurs étudiants concernés à y assister.

La conférence-débat est ouverte à tous. Elle s'achèvera à 19:00, devant être suivie par l'A.G. statutaire ouverte aux seuls membres adhérents du GIR Maralpin et se prolongeant par un repas convivial à proximité

 

Le lieu  (Attention, il a changé !)

La Faculté de Droit et Sciences économiques ayant été en partie délocalisée au Campus Saint Jean d'Angély (Quartier Nice Riquier), la Conférence se tiendra à l'amphithéâtre (Amphi n° 031), au rez-de-chaussée de la Maison des Sciences de l'Homme (dit "Bâtiment de l'Horloge") [Bâtiment rouge, ancien bâtiment de commandement de l'ex-caserne des diables bleus], face à l'arrêt du Tramway : St Jean d'Angély - Université.

Accès : Tramway (face à l'entrée), Gare de Nice-Riquier (5 minutes), Parking Université

 

Travaux récents

 

LGV-Paca : Observations du GIR Maralpin sur le projet de charte de concertation

Comme précisé dans son Mémorandum en date du 18 novembre 2010, le Gir Maralpin participe au Comité institué par RFF pour la rédaction, sous forme de Charte, du dispositif de concertation devant être mis en place tout au long du déroulement du projet Lgv-Paca.

À l'issue des trois premières réunions de travail de ce Comité et de la réunion des acteurs organisée le 30.11.10 à Marseille, restent pendantes un certain nombre de questions. Certaines font l'objet des observations que le Gir Maralpin formule à l'attention des participants de la dernière réunion du Comité devant se tenir à Marseille le 14.12.2010 [cf. LgvPacaConcertationCharteObservationsGir2012z]

InfoCirc113

2010.11.26

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 113 [26.11.2010]

LGV-Paca (Concertation) & Grand Paris (Débat public) - Table ronde GIR sur les Contrats d'axes le 16 décembre

 

[1] LGV-Paca : Poursuite du projet et Concertation - Mémorandum du GIR Maralpin

 

À l'initiative de RFF, maître d'ouvrage, et sous le contrôle de la CNDP représentée par un garant de la concertation, a été lancée en septembre 2010 une opération portant sur la définition du dispositif de concertation devant être mis en place tout au long du déroulement du projet, et formalisé au préalable par une Charte. dont la mise en forme est confiée à un Comité de rédaction. novembre 2010

Le Gir Maralpin, qui y participe à titre d'association, rend compte, sous la forme du présent mémorandum arrêté au 18.11.2010, de l'avancement des réflexions sur les formes de la concertation à instaurer dans la suite du projet.

Mémorandum : 7 pages - Annexes : 4 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

[2] Débat public Réseau de Transport public du Grand Paris - Réunion sur l'intermodalité

 

Compte rendu par Claude Brulé de la réunion thématique qui s'est tenue le 15 novembre 2010 à Paris à l'UIC.

Cadre et objet de la réunion. La tribune, les experts et les témoins invités. Points les plus marquants. Commentaires sur les propos émis par les organismes en charge des réseaux de transport. Personnalités rencontrées à cette occasion ; 4 pages.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/comptes_rendus.htm]

 

[3] Produits récemment mis en ligne [Septembre-Octobre 2010] [cf. Info@Circ 111 & 112]

 

OIN Plaine du Var (Éco Vallée) : le débat public revendiqué

À l'initiative du Gir Maralpin et sous le patronage de Région Verte, association agréée au niveau national, demande de saisine par la CNDP d'un débat public sur l'OIN Plaine du Var adressée au Ministre du Développement durable et au Président de la CNDP (le 23.10.2010) par treize (13) grandes fédérations et associations.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

TCSP Antibes-Sophia Antipolis : un projet qui esquive à deux titres la concertation publique

Formulation par le Gir, sous forme de mémorandum, d'une série d'observations sur le projet de TCSP élaboré sous forme de BHNS par la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) ; 27.10.2010 ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - Évocation de l'avant-projet de Schéma et commentaires

Note de cadrage de Claude Brulé en date du 17 septembre 2010 ; 10 pages (dont 2 planches couleurs)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

LGV-Paca - Perception des enjeux - Étude de contexte

Étude mise en ligne à l'occasion de la définition du dispositif de concertation sur les études préalables de la LGV-Paca

Comité de rédaction : Brigitte Gourmanel, Gabriel Jourdan, Jacques Molinari ;

[État arrêté au 31 mai 2008] ; 22 juin 2008 (rév. 03.10.10) ; 116 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/CtxtLgvPacaGirMaralpin806rev1010z.pdf ]

 

[4] Première annonce - Conférence-débat GIR "Le Contrat d'axes" le 16 décembre à Nice

[Nice, Maison des Sciences de l'Homme, Campus St Jean d'Angély, à 18 heures]

Le Contrat d'axes et la mise en cohérence des politiques publiques et des choix de localisation

par Gabriel Jourdan, Docteur en Urbanisme, Maître de conférences à l'Institut d'Urbanisme de Grenoble

InfoCirc112

2010.11.05

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 112 [05.11.2010]

Citoyens azuréens en quête de concertation : deux cas exemplaires : OIN Plaine du Var & TCSP Sophia Antipolis - Autres produits récents

 

[1] OIN Plaine du Var (Éco Vallée) : le débat public revendiqué

 

Se fondant sur les informations recueillies auprès de la CNDP (Commission nationale du débat public) et du GOU (Grandes opérations d'urbanisme) du Meeddm, le GIR a pris l'initiative de susciter une demande de saisine par la CNDP d'un débat public sur l'OIN Plaine du Var. Fondée sur l'absence totale de concertation sur un projet d'aménagement couvrant 10 000 ha et mis en place depuis 2006, la démarche a été conduite sous le patronage de Région Verte, association azuréenne agréée pour l'environnement au niveau national, avec le soutien de nombreuses fédérations et associations (dont le GIR Maralpin).

À la date de l'envoi conjoint de la requête au Ministre du Développement durable et au Président de la CNDP (le 23.10.2010), treize (13) grandes fédérations et associations (dont le GIR) s'en étaient déclarées solidaires et l'avaient ratifiée.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtRepertOinValleeVar.htm]

 

[2] TCSP Antibes-Sophia Antipolis : un projet qui esquive à deux titres la concertation publique

 

Inventorié dans le SNIT [cf. Info@Circ précédent] et justiciable à ce titre de la concertation annoncée, le projet de TCSP a été élaboré par la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) durant cinq années, sans avoir fait l'objet du moindre échange de vues avec son Conseil de développement (CD).

Le GIR, qui est membre de ce dernier, formule sous forme de mémorandum une série d'observations portant sur :

§  l'insuffisante insertion du projet dans le contexte spatio-temporel d'aménagement du territoire ;

§  l'absence de volontarisme dans l'aménagement urbain et, parallèlement, l'occultation de problèmes urbanistiques graves ;

§  le choix technique contestable d'un BHNS.

Rédaction : Jourdan G., Desriaux P., Molinari J. ; 27.10.2010 ; 5 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm]

 

[3] Produits récemment mis en ligne [Septembre 2010] [cf. Info@Circ 111]

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - Évocation de l'avant-projet de Schéma et commentaires

Note de cadrage de Claude Brulé en date du 17 septembre 2010 ; 10 pages (dont 2 planches couleurs)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

LGV-Paca - Perception des enjeux - Étude de contexte

Étude mise en ligne à l'occasion de l définition du dispositif de concertation sur les études préalables de la LGV-Paca

Regards sur la démarche ; Gouvernance du projet ; Paysages de la gouvernance ; Positionnement des acteurs institutionnels ; Paysage associatif ; Positionnement de la société civile

Comité de rédaction : Brigitte Gourmanel, Gabriel Jourdan, Jacques Molinari ;

[État arrêté au 31 mai 2008] ; 22 juin 2008 (rév. 03.10.10) ; 116 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/CtxtLgvPacaGirMaralpin806rev1010z.pdf ]

InfoCirc111

2010.10.06

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 111 [06.10.2010]

Sur deux concertations LGV-Paca & SNIT (Schéma national d'infrastructures de transport) - Autres produits récents

 

[1] Deux étranges concertations

 

En ce second semestre 2010, sur l'arc méditerranéen, deux concertations sont engagées en matière d'infrastructures de transport, mais à des échelles spatiales et selon des modalités bien différentes.

L'une, celle du SNIT (Schéma national d'infrastructures de transport), dont l'avant projet a été présenté par le Meeddm le 3 août, est annoncée comme devant s'achever  promptement, puisque son objet "doit être soumis sans débat au Parlement avant la fin de l'année", sans que n'en soient précisées les modalités, ainsi que l'atteste une question écrite au Sénat, restée à ce jour sans réponse.

L'autre, celle relative à la LGV-Paca, va concerner les études préalables à l'enquête publique, mais ne deviendra opérative qu'après qu'ait été défini le dispositif de concertation, définition soumise à concertation préalable des acteurs à la mi-octobre pour conclure en janvier 2011 sur la configuration du dispositif.

Dans le premier cas, c'est "à la hussarde" que l'État fera valider un schéma national de 170 milliards € sur 30 ans, tandis que, dans le second cas, c'est "à un train de sénateur" que RFF sollicitera l'avis de la société civile, pendant que les bureaux d'études qu'il a engagés verrouillent hâtivement un tracé auquel seuls les co-financeurs du projet ont accès.

 

Afin d'éclairer ses lecteurs sur ces questions d'actualité, le GIR Maralpin leur soumet deux de ses propres études, l'une portant sur le SNIT dont elle analyse le contenu, et au sujet duquel elle formule quelques commentaires, l'autre, non diffusée à ce jour, intitulée "LGV-Paca - Étude de contexte" qui brossait en 2008 un large panorama d'une situation, laquelle n'a guère changé depuis, ainsi qu'on pourra le constater lors des "Ateliers départementaux sur la concertation" devant être orchestrés par RFF à la mi-octobre.

 

Le Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT) - Évocation de l'avant-projet de Schéma et commentaires

Note de cadrage de Claude Brulé en date du 17 septembre 2010 ; 10 pages (dont 2 planches couleurs)

[cf. http://www.gir-maralpin.org/TdAnalysesCommentaires.htm]

 

LGV-Paca - Perception des enjeux - Étude de contexte

Regards sur la démarche ; Gouvernance du projet ; Paysages de la gouvernance ; Positionnement des acteurs institutionnels ; Paysage associatif ; Positionnement de la société civile

Comité de rédaction ; Brigitte Gourmanel, Gabriel Jourdan, Jacques Molinari ;

[État arrêté au 31 mai 2008] ; 22 juin 2008 (rév. 03.10.10) ; 116 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/CtxtLgvPacaGirMaralpin806rev1010z.pdf ]

 

[2] Produits récents [Juin - Août 2010]

 

Le stationnement des gens du voyage : une affaire d'État et d'aménagement du territoire

Note de cadrage en date du 20 août 2008 rétablissant ce que prescrit la législation en vigueur ; 3 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/GensDuVoyage&TerritoireBruleCl1008.pdf]

 

Résolution des associations écologistes de la Province de Cuneo sur les voies de communication du Sud Piémont

Panorama complet et critique de sa problématique, telle qu'elle est perçue depuis la Province de Cuneo, analyse qui rejoint, conforte et légitime celle qu'a développé le GIR Maralpin. Traduction GIR ; août 2010 ; 4 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/PermeabiliteSudPiemontPositionAssocCuneesesFr811.pdf]

 

Rapport d’observations rhopalocères et zygènes - Vallée de la Mourachonne à Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes)

Ces observations, soulignant l’absolue nécessité d’en préserver l'écosystème, ont contribué à écarter l'implantation d'un important projet intercommunal. Nouvelle édition ; août 2010 ; 12 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/InventLepidopteresMouansSxDesriauxP1004.pdf]

 

Plan local d'urbanisme (PLU) de la Ville de Nice - Observations et propositions du GIR Maralpin

déposées le 18 juin 2010 en clôture de l'enquête publique ouverte le 10 mai 2010 ; 16 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertAt.htm]

InfoCirc110

2010.08.27

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 110 [27.08.2010]

Nouveaux travaux (été 2008) : Gens du Voyage & législation - Infrastructures Sud-Piémont - Écoprotection

 

[1] Nouveaux produits [Juillet - Août 2010]

 

Le stationnement des gens du voyage : une affaire d'État et d'aménagement du territoire

Note de cadrage en date du 20 août 2008 rétablissant ce que prescrit la législation en vigueur ; 3 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/GensDuVoyage&TerritoireBruleCl1008.pdf]

 

Résolution des associations écologistes de la Province de Cuneo sur les voies de communication du Sud Piémont

À la veille du rassemblement associatif du 29 août à Tende pour la sécurisation du tunnel et contre le projet de son doublement, le GIR présente la résolution des quatre associations environnementalistes italiennes offrant un panorama complet et critique de sa problématique, telle qu'elle est perçue depuis la Province de Cuneo, analyse qui rejoint, conforte et légitime celle qu'a développé le GIR Maralpin. Traduction GIR ; août 2010 ; 4 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AmenagementTerrit/PermeabiliteSudPiemontPositionAssocCuneesesFr811.pdf]

 

Rapport d’observations rhopalocères et zygènes - Vallée de la Mourachonne à Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes)

L'étude a dressé constat de la présence sur site de plusieurs espèces de papillons de jour et zygènes, soit protégées, soit classées comme espèces patrimoniales vulnérables ou menacées. Ces observations, soulignant l’absolue nécessité d’en préserver l'écosystème, ont contribué à écarter l'implantation d'un important projet intercommunal. Nouvelle édition ; août 2010 ; 12 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/Etudes/InventLepidopteresMouansSxDesriauxP1004.pdf]

 

[2] Produits récents [Mai - Juin 2010]

 

Plan local d'urbanisme (PLU) de la Ville de Nice - Observations et propositions du GIR Maralpin

déposées le 18 juin 2010 en clôture de l'enquête publique ouverte le 10 mai 2010 ; 16 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertAt.htm]

 

Projets d'ESCOTA en faveur du transit Poids lourds sur l' Autoroute A8 - Des suites à l'enquête publique de Mougins

Ensemble de la problématique et des dossiers de référence

[cf. http://www.gir-maralpin.org/IntervRepertTd.htm

 

OIN Plaine du Var - Audience de M. Thierry Bahougne, Directeur général de l'EPA Éco-Vallée Côte d'Azur

Procès verbal des entretiens du 29 avril 2010 ;  l0 pages

[cf. http://www.gir-maralpin.org/comptes-rendus/CrAudienceDgEpaPlaineVar1004.pdf]

 

[2] Rappels de quelques autres produits récents

 

Impact du tramway de Nice sur la mobilité et le logement des étudiants : les études pilotes conduites par le GIR Maralpin signalées par le CERTU

Dans son Bulletin d'informations des déplacements urbains de mars 2006 (Trans Flash n° 351), le CERTU a publié une brève sur la synthèse de ces études (p. 4)